AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Never Forget ... » Lysa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Solina R. Blackstone

More about me
Messages : 891
Localisation : Cherche tu finiras bien par me trouver ... ou pas !
Emploi/Etudes : Barmaid au Fever - Etudiante en droit
Age du Perso : 21 ans à jamais ...
Arrivé(e) le : 08/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: « Never Forget ... » Lysa Sam 14 Juil - 8:47


→ ELYSA & SOLINA« Quand on a l'éternité devant soi, peut-on regretter le passé et le changer ? »

    Cela faisait presque un mois que j'étais devenue vampire. Un mois. Quatre semaine. 30 jours. 720 heures. 43200 minutes. 2 592 000 secondes comme dirait une personne que je connaissais bien. Ou plutôt que j'avais bien connu. Trois mois. Ca faisait trois mois que Caleb était parti et je n'avais eu aucune nouvelle. Pas un coup de fil. Pas un e-mail. Pas même une lettre. Rien. Le vide. Le néant. Que dire face à ça ? Que faire quand encore une fois, tout nos espoirs sont brisés ? Caleb m'avait fait une promesse et il ne l'avait pas tenue. Pourquoi donc étais-je surprise ? Parce que c'était Caleb et qu'il m'avait juré de me revenir ? Mais ce que j'avais oublié, c'était que Caleb était un homme avant tout. Un homme volage. Un homme qui était parti loin de moi. Et comme les autres il avait oublié sa promesse. Il m'avait oublié moi. A quoi sert de pleurer sur un espoir déjà si mince à la base et qui avait été brisé comme un simple fil que l'on coupe quand il nous gêne ? J'étais assise sur la banquette confortable qui se située sous la fenêtre de ma chambre au château. Isis m'avait souvent surprise assise sur les rebords de fenêtre parfois même les jambes se balançant dans le vide, à respirer l'air de la nuit, à regarder l'obscurité ambiante et à écouter les bruits de l'extérieur. Alors elle avait fait installer cette banquette sous la fenêtre de ma chambre. Pour éviter que je finisse par tomber. Sous les conseils d'Isis et des autres j'avais démissionné. J'étais une nouvelle née, j'étais trop instable pour travailler pour le moment, ou même pour qu'on me laisse sortir seule du château pour le moment. Je découvrais un nouveau monde, j'étais moi même nouvelle et même si il paraît que je me débrouille très bien pour une nouvelle née, je sais que c'est mieux de ne pas retourner à la boîte. Mais j'avoue que ça me manque. Préparer des cocktails. Chanter sur scène. Danser et flirter, m'amuser sans me soucier des conséquences. Même Stan et les autres me manquaient.

    Je soupirais doucement et ouvrit ma fenêtre pour respirer l'air de la nuit. Fermant les yeux, j'écoutais les bruits et tentais d'entendre toujours plus de choses. Il y avait quelques maisons près du château. Dublin n'était pas loin. J'entendais les bruits de la ville, étouffés par la forêt qui bordait le château. Il y avait du monde sur le port et près du "Rising Sun". Ca sentait bon. Pas loin, quelqu'un avait préparé un bon repas pour sa famille. L'obscurité n'était pas encore complète. Il faisait bon. La journée avait été ensoleillée et plutôt chaude. Rouvrant les yeux je regardais autour de moi. J'apercevais la maison d'où la bonne odeur s'échappait. Je la voyais comme si j'avais été près d'elle. Des enfants jouaient dans le jardin et j'entendais leurs éclats de rire, les adultes parlaient, assis autour de la table sur la terrasse. Une femme se rapprocha de la baie vitrée. J'entendis un "A table !" et tout le monde se leva. Les enfants rentrèrent en courant. Une autre femme portait un bébé dans ses bras. Un des hommes le fit rire et passa un bras autour de sa compagne tandis que l'autre rentrait. La baie vitrée se referma et le jardin redevint silencieux. Je fermais les yeux un moment, triste. Mélancolique. Je me demandais si un jour, si je n'étais pas devenue vampire, alors j'aurais eu une jolie maison avec une barrière blanche, un mari qui m'aime et des enfants qui riaient et jouaient autour de moi ? Si j'aurais pu avoir cette vie moi aussi ? Peut-être ... Je ne le saurais jamais. Une partie de moi s'en contentait. Je n'étais pas faite pour ça. Mais une autre partie, une toute petite partie, regrettait.

    L'obscurité était totale maintenant. Je me redressais et silencieuse sorti de ma chambre pour me rendre dans la grande salle du château. J'entendais des éclats de voix et de la lumière perçait dans le couloir sombre. Poussant la porte je me glissais dans la pièce. S'y trouvais plusieurs vampires et quelques serviteurs humains. La plupart du clan avaient des verres d'un liquide rouge sombre et je savais que ça n'était pas du vin. Une esclave s'approcha avec un plateau et me tendit un verre que je pris en souriant vaguement. Je me posais contre un mur et les regardais. Mon clan. Ma famille. Ils m'avaient tous accueillis comme l'une des leurs après qu'Isis m'ai transformée et je les appréciaient beaucoup. J'étais plus liée avec certains comme Sin, que je considérais comme mon double masculin, ou Lucas, qui était un ami, ou même Elysa qui était rapidement devenue ce qui s'approchait le plus pour moi d'une meilleure amie, confidente, soeur de coeur et compagnie. C'était étrange. Il y a des fois où on rencontre des gens et où on sait, oui on sait, qu'ils feront partis de notre vie, de nous. Elysa avait été là lors de ma "résurrection", elle m'avait accueillie à bras ouvert et m'avait fait découvrir ce monde nouveau qui s'étendait à mes pieds. Elle ne m'avait jamais jugé, elle m'avait toujours écouté quand j'en avais eu besoin, et m'avait appris à chasser. En retour j'avais été là quand elle en a eu besoin et on avait découvert qu'on adorait toutes les deux faire la fête. Oui, Elysa et moi étions faites pour être des amies, des confidentes. J'étais plus réservée pour d'autres comme Natasha, la froide et solitaire Natasha ou encore Rachel-Ann qui était difficile à cerner bien que je l'apprécie. Il y a des gens comme ça, on sait qu'ils feront partis de notre vie pour un bon moment et qu'on ferait n'importe quoi ou presque pour eux. Et d'autres avec qui on passe quelques bons moments mais sans plus.

    Je restais là un petit moment, puis je me retirais, silencieuse. Ce soir, je ne me sentais pas d'humeur à jouer et à m'amuser. Il y a des soirs où je danse sur la table, ou je chante, ou je m'amuse comme une gamine. Mais ce soir n'en étais pas un. Ce soir me réclamait la solitude et le calme de ma chambre. Je me glissais hors de la pièce et retournais dans la pièce que Isis m'avait offerte et que j'avais aménagé à mon goût. J'avais quitté mon appartement, résilié le bail. J'en reprendrais peut-être un quand je me contrôlerais mieux. Ou peut-être pas. Pour le moment j'étais bien au château. J'étais entourée tout en ayant mon coin à moi dans lequel je pouvais me retirer quand je désirais un moment de calme comme en ce moment. En entrant dans la pièce, l'ouverture de la porte fit un courant d'air avec la fenêtre toujours ouverte et un coffret de bois clair tomba de ma coiffeuse sur le sol répandant son contenu sur le tapis d'un violet foncé et laissant s'échapper une douce musique. Je fermais la porte, puis la fenêtre et allait ramasser la boîte à musique délicatement ouvrée. C'était ma boîte à secret. Ma mère me l'avait offerte à mes dix ans, peu avant sa mort, pour mon anniversaire et je l'avais conservée farouchement et avec beaucoup de précaution. Elle m'étais très précieuse. Je ramassais le pendentif en or qui s'en était échappée ainsi que les quelques photos. Mon regard se porta sur celles ci.

    La première avait plus de sept ans et j'étais très jeune. C'était pour Noël, et je riais en ouvrant les cadeaux avec Christaëlle qui s'amusait avec le papier brillant. Elle n'avait que quatre ans et elle était si mignonne avec ses boucles brunes. La deuxième datait d'encore plus longtemps. J'étais assise sur les genoux de mon père qui souriait alors que ma mère avait passé ses bras autour de ses épaules, son menton posé sur l'une d'entre elle, ses boucles blondes répandues sur le bras de mon père. Moi j'étais blotti contre mon père, accrochée à sa chemise comme si rien ne pouvait changer, comme si j'étais à jamais en sécurité dans son giron. Je savais aujourd'hui que je m'étais bercée d'illusion. Mais j'étais si jeune alors. Je ne devais même pas avoir huit ans sur cette photo. La troisième datait d'il y a deux ans. Je venais tout juste d'accoucher et je portais Claryssa dans mes bras. C'était la seule fois où je l'avais tenue. On me l'avait enlevée quelques minutes après. La quatrième se composait de Caleb et moi. Il me tenait dans ses bras et je riais alors que j'étais trempée. C'était dans le jardin d'un copain. Nous avions fait un barbecue qui avait finit en bataille d'eau. Cette photo respirait la joie de vivre et le bonheur. Elle raviva en moi une douleur vive et une colère encore brûlante. Je déchirais le papier brillant et laissais tomber les restes alors que mon regard bleu se portait sur la dernière photo. Je l'avais reçut à Noël dernier. Les Jefferson me l'avaient envoyée en pensant que je serais heureuse. En réalité j'avais eu plus mal qu'autre chose. C'était une photo de Claryssa. Elle avait un an et demi et tenait solidement sur ses jambes en offrant un sourire encore un peu édenté à l'objectif. Elle avait de jolies boucles blondes et des yeux d'un bleu très clair. Elle me ressemblait beaucoup. Elle était magnifique. Parfaite. Mon regard s'assombrit alors que je lâchais les photos et me rejetais en arrière, le regard hanté.

    Je regrettais, Dieu que je regrettais. Pas ma transformation en vampire non, ça, ça m'avait semblait couler de source comme si j'avais été faite pour ça. Je regrettais d'avoir abandonnée ma fille. Je regrettais d'avoir abandonnée ma soeur. Je regrettais d'avoir abandonnée tout derrière moi, sans remord sur le moment, sans me retourner, sans faire attention à tout ce que je perdais. Je regrettais. Claryssa était mon plus beau chef d'oeuvre. Elle était parfaite. Elle était à moi. C'était ma fille. Elle était la seule chose que j'avais réussis à faire dans ma vie. Oh pourquoi l'avais-je laissé partir ? Pourquoi ne m'étais-je pas battu pour la garder ? Parce que j'étais jeune, paumée et effrayée ? Possible. Mais pas tout à fait vrai. Claryssa aurait été ma rédemption. Grâce ou à cause d'elle j'aurais quitté mon monde de déchéance et je serais redevenue la fille bien que j'avais été. C'était ça qui m'avait fait peur. L'idée d'être mère, d'avoir des responsabilités envers quelqu'un d'autre que moi, la perspective de devenir adulte, d'avoir une vie d'adulte, un comportement d'adulte. C'était ça qui m'avait fait peur. Tu avais déjà du mal à t'assumer seule alors comment aurais-tu assumé un bébé ? me direz vous. Vous n'auriez pas tord. Mais pas raison non plus. La véritable raison c'est que j'avais été terriblement égoïste. A la seule perspective de ne plus être libre, d'avoir des comptes a rendre à quelqu'un, de ne plus pouvoir être la gamine que j'étais, j'avais reculé. Egoïste. J'avais été tellement égoïste. Et aujourd'hui je le regrettais.

    M'appuyant contre le mur de pierres froides je rejetais la tête en arrière, fermais les yeux et respirais profondément. Et puis sur une brusque impulsion je me relevais et sortis de ma chambre sans prendre de quoi me couvrir. Je ne portais qu'une robe de taffetas à reflets bleu nuit et noir. Elle avait un effet drapé et plissé sur la poitrine, des manches courtes. et des volants sur le bas de la robe. Elle m'arrivait juste à mi-cuisse. Mes cheveux blonds cascadaient sur mes épaules, libres. C'était étrange que je m'habille comme ça, en général j'étais plutôt du genre jean et tee-shirt ou mini jupe en jean et débardeur mais pas en robe de soirée classe et chic tout en étant sexy. C'était à cause d'Isis et d'Elysa. En un mois elles avaient refait toute ma garde robe et avait un goût pour la mode qui déteignait violemment sur moi. Du coup maintenant j'étais complètement décalée et il m'arrivait de ressembler à une petite poupée blonde aux grands yeux bleus et à la peau pâle. Je m'effrayais moi même. La seule chose qui était bizarre dans ma tenue c'était que j'étais pieds nus. Et je m'en fichais totalement. Je ne l'avais même pas remarqué. En fait, une idée montait dans ma tête, se frayait un chemin en moi comme un poison violent et rapide et je ne contrôlais plus rien. J'avais des moments comme ça où j'étais absente du monde réel. Humaine, j'avais déjà des moments comme ça, un peu folle sur les bords, brisée par le monde extérieur et par la vie, qui m'avait violentés mais depuis que j'étais devenue vampire ça ne s'était pas arrangé. La plupart du temps je suis normale. Drôle, provocatrice, joueuse. Il y a d'autres temps où je souris mais où je suis ailleurs, plutôt rêveuse, indépendante, ailleurs. Et il y a des moments où je suis complètement absente. Je ne suis pas comme Rachel-Ann, schizophrène, je n'ai pas de double personnalité mais je suis ailleurs. Quelqu'un m'a dis que j'étais flippante dans ces moments là. Réellement. Et pas dans le genre prédatrice dangereuse, plus comme une enfant paumée et brisée dans un corps d'adulte. Ouai c'est flippant j'vous l'accorde. Je me fais peur à moi même si c'est vous dire.

    Bref, aussi silencieuse et invisible qu'une ombre je me glissais hors du château. Je n'avais pas le droit normalement, Isis ne serait pas contente, je n'avais personne avec moi mais je m'étais nourrie, et je n'avais plus faim. Je voulais juste la voir. La contempler. Me rendre compte par moi même. Et j'étais tellement focalisée sur ça que j'oubliais le reste et ne me rendis même pas compte que quelqu'un m'avait vu et me suivait. En fait si, au bout d'un moment je m'en rendis compte mais j'avais reconnu l'odeur et n'avait rien fait pour l'arrêter. Qu'elle vienne si elle le désirait. Ou non. C'était mon secret. J'avais donc essayé de la semer. Je crois que j'y parvins un bref moment. Et cet instant suffit pour que je m'enfuis. Les Jefferson habitaient un petit village en dehors de la ville mais tout près. J'adorais courir humaine. Vampire c'était littéralement un bonheur sans nom. Le monde défilait sous mes yeux à grande vitesse comme si j'étais dans un TGV mais avec les sensations en plus. Les odeurs, les bruits, les sensations. Finalement j'arrivais enfin devant une jolie maison. On sentait dès l'extérieur que c'était une maison saine, remplie d'amour et de rire. Un véritable foyer organisé et chaleureux. Mais je n'y pris pas garde. Je fis le tour et me rendis dans le jardin en prenant garde à ne pas me faire voir mais tout le monde dormait. Dans la maison et dans le quartier. Pourtant il n'était pas tard. Minuit. Une heure peut-être. Mais bon je vous l'ai dis, je suis décalée moi. Je repérais une fenêtre entrouverte et poussant le battant je me glissais dans la maison. Certaines choses dans les films sur les vampires sont faux; comme le fait que nous n'ayons pas besoin d'invitation pour entrer dans une maison. Ca m'arrangeait tient. Dans un silence et une discrétion parfaite dû à ma condition de vampire - comme quoi y avait plus d'avantages que d'inconvénients - je montais à l'étage. Je ne savais pas pourquoi. Je savais juste que sa chambre était en haut. Je m'arrêtais à la première porte et tendit l'oreille. Un léger ronflement grave se fit entendre. Ah, les parents. Je passais mon chemin. La seconde porte était la salle de bain. Mon regard se porta sur la porte du bout du couloir. Elle était en bois blanc et le prénom de l'occupante était marqué en lettres de bois rosé. C.L.A.R.Y.S.S.A. Mon coeur se serra. C'était là.

    Sans faire de bruit je m'approchais et ouvrit la porte. Mon regard se posa sur la chambre. C'était une jolie chambre et je n'avais pas besoin de lumière pour le voir. Les murs étaient clair, le sol était d'un joli parquet en bois avec un tapis rose clair qui semblait très doux. Des peintures pour enfants et des photos étaient accrochés au mur. Un mobile composé de petites fées et d'étoiles tournait au dessus du berceau de bois blanc. Je m'approchais et regardais le petit corps endormi. Elle était magnifique. Un vrai joyaux. Détendu, son petit visage gardait quand même une petite moue un brin boudeuse et tout à fait craquant. Elle avait des lèvres pleines, un visage très doux, un petit nez adorable et des joues appelant aux baisers. Sa peau était claire, et son visage étaient encadré par des boucles blondes qui semblaient aussi légères et douces que celles d'un ange. L'un de ses poings étaient fermés sur sa sucette, l'autre serrait un mouton en peluche contre elle. Je me souvins de ce mouton. C'était le seul cadeau que je lui avais fait. Ainsi ils l'avaient gardés pour elle. Une vague de reconnaissance me submergea envers les Jefferson. Et un peu de culpabilité aussi. Ils aimaient Claryssa comme leur propre fille eux qui ne pouvaient avoir d'enfant et pourtant j'allais la leur retirer. J'étais égoïste. Et je ne pouvais pas faire ça. Mais Claryssa était mon bébé, ma fille. Mon chef d'oeuvre. Je sentis sans la voir, la présence derrière moi. - Elle est parfaite. L'unique chose que j'ai réussis dans ma vie Elysa, murmurais-je à ma meilleure amie sans décrocher mon regard de ma vie. Je ma sentis qui s'approchait et bientôt je relevais mes yeux pour la regarder un bref instant, près de moi. Dans ses yeux je ne lisais pas de jugement. Juste de l'incompréhension. Elle ne savait pas. Personne ne savait. Je ne l'avais encore dit à personne. Pas à Caleb. Pas à Christa. Pas a Sin. Pas même à Isis. Personne ne savait. - Ma fille. Mon bébé. Elle est tellement belle, murmurais-je à nouveau en reportant mon regard sur Claryssa. Elle était grande pour son âge. Elle avait dû fêter ses deux ans il y a peu de temps si je me souviens bien. Bien sur que je me souvenais ... Elle avait deux ans et un mois précisément ... étrange coïncidence n'est ce pas ? Pas pour moi. Elle avait eu deux ans le jour où j'avais renoncé à ma vie de mortelle. Ma fille. Mon chef d'oeuvre. - Tellement parfaite ... répétais-je une nouvelle fois plus pour moi même que pour Elysa.



HJ/ Comme ça la robe au fait

Spoiler:
 


Dernière édition par Solina R. Blackstone le Dim 29 Juil - 5:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Elysa Melindra

More about me
Messages : 4800
Localisation : Ireland
Emploi/Etudes : Serveuse/Barmaid
Age du Perso : 175/18
Arrivé(e) le : 02/03/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: « Never Forget ... » Lysa Sam 14 Juil - 10:41

Etendue sur son lit, Elysa réfléchissait. Elle fixait le plafond, comme s'il était un écran de télévision ou de cinéma. Ecran qui lui montrerait ... de nombreuses images, défilant, dans un désordre total, sans lien, sans rapport, un pêle-mêle de souvenirs, lui revenant en mémoire, les uns après les autres. Son créateur, la nuit au cours de laquelle il l'avait transformée. C'était lors de son dix-huitième anniversaire. Elle s'en souvenait comme si c'était hier. Surgit ensuite le visage d'Isis. Cette matri, qu'elle avait rejointe, qu'elle avait appris à connaître et à aimer. Qui était une amie, à présent. Puis, passèrent les uns après les autres : Adam, Lucas, Adrian, Josh, Sin, même lui! Puis Natasha, Rachel, Roxxie... Et Sol, bien sur. Elle ne faisait pas partie de la vie d'Elysa depuis longtemps mais c'était presque une évidence. Le jour de sa transformation, Elysa avait été particulièrement excitée. Et en même temps, elle avait eu peur que la nouvelle protégée d'Isis ne se montre pas à la hauteur. Quelle idée. Non seulement elle était à la hauteur, mais elle était faite pour être une Servantes. Ravie, Elysa l'avait prise dans ses bras, pour lui souhaiter la bienvenue. Et ça n'avait été que le commencement. Elle en avait passé de bons moments avec Solina, et avec Isis. Ca avait été un vrai rafraîchissement dans sa vie un peu trop compliquée à son goût pour le moment. Survint alors, logiquement, Hunter. Et Elysa déglutit, avant de se tourner sur son lit pour se mettre sur le ventre. Croisant ses bras et posant sa tête sur ses avant-bras, elle ferma les yeux, pour combattre ces larmes qu'elle sentait monter. Pourquoi donc avait-il fallu qu'il ait sa famille à Dublin? Si seulement elle ne l'avait jamais revu, elle s'en porterait bien mieux aujourd'hui! Elle soupira. Elle n'avait toujours pas de nouvelles de lui. Plus depuis cette dernière conversation qu'ils avaient eue. Où, motivée, elle lui avait proposé un nouveau marché. Mais il avait répondu avoir besoin d'y réfléchir, et elle n'avait toujours pas de nouvelles. Elle s'était néanmoins tenue à sa parole. Et n'avait tué personne. Elle avait bu du sang, oui, il le fallait bien. Mais sans tuer ni torturer. Bon ok, c'était sur des esclaves au manoir mais... c'était toujours mieux que tuer des gens dans la rue. Cette situation... Non, Elysa n'en pouvait plus. Elle se perdait et elle n'aimait pas cela. Changer pour un homme. Un humain par dessus le marché! Et voilà que, comme trop souvent ces derniers temps, elle était malheureuse, nostalgique, et déprimée. Elle se releva brusquement. Non. Elle ne voulait pas être comme ça. Elle valait mieux que cette fille pleurant sur son lit. Elle était Elysa Melindra, membre du clan des Servantes. Cruelle, séductrice, dangereuse. Et pas faible. Surtout pas faible. Alors, elle se leva et se changea. Elle enfila un pantalon en cuir noir et un top en dentelle noire. Les cheveux ébouriffés, elle descendit vers la grande salle du manoir. Elle ferait la fête ce soir. Elle redeviendrait celle qu'elle était.

Mais alors qu'elle allait atteindre les dernières marches de l'escalier, elle aperçut Sol sortir. Ce n'était pas normal et elle n'avait pas l'air normal. Isis ne voulait pas qu'elle sorte pour l'instant. Pas seule du moins. Inquiète, Elysa se mit à la suivre, doucement, en restant à bonne distance. Mais elle avait du sous-estimer les capacités de la nouvelle vampire qui se mit à accélérer. Elle tenta de rester à distance, sans la perdre mais finalement, elle se fit distancer. Zut. Et puis. Pourquoi donc Sol tentait-elle de semer Elysa? Qu'avait-elle donc à cacher? Étrange, vraiment. "Réfléchis, Elysa. Réfléchis. Et respire." Voilà, il lui suffisait de respirer. Et de sentir. Finalement, elle réussit à remonter la piste de Solina, à croire qu'elle était un chien policier maintenant, jusqu'à une maison? D'humains? Oh non. Craignant le pire (c'est-à-dire un monstrueux carnage), Elysa passa derrière la maison, et repéra une fenêtre entrouverte. Ces humains. La sécurité, ils ne semblaient pas connaître. Elle se glissa à l'intérieur et écouta. Elle sentit, aussi, encore. Et finit par trouver Solina, dans une chambre. Elle avait dépassé une chambre dans laquelle les humains étaient toujours vivants... Alors, pourquoi? Elle resta à distance raisonnable de Sol, attendant une réaction.

Elle est parfaite. L'unique chose que j'ai réussis dans ma vie Elysa.

Perplexe, Elysa s'avança, sous le regard de Sol. Elysa n'avait pas quitté son amie des yeux mais les baissa finalement quand Sol parla de... sa fille? Elle regarda l'enfant. Parfaite, selon Sol, et... en effet. Mais... Elysa releva la tête pour regarder Sol. Elle avait eu une fille avant de se faire transformer? Elle n'était pas au courant! Si elle était dans cette maison, c'est que... elle l'avait faite adopter?! Si elle était venue la voir ce soir, c'est qu'elle ressentait quelque chose pour cette petite. La pauvre. Elle s'approcha de Sol et la prit dans ses bras. Oh, Elysa n'avait jamais eu d'enfant, et ne se sentait pas du tout la fibre maternelle mais Solina lui avait semblé bizarre en quittant le manoir et... elle semblait triste. Et Elysa n'aimait pas cela.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Solina R. Blackstone

More about me
Messages : 891
Localisation : Cherche tu finiras bien par me trouver ... ou pas !
Emploi/Etudes : Barmaid au Fever - Etudiante en droit
Age du Perso : 21 ans à jamais ...
Arrivé(e) le : 08/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: « Never Forget ... » Lysa Dim 29 Juil - 6:24


→ ELYSA & SOLINA« Quand on a l'éternité devant soi, peut-on regretter le passé et le changer ? »

    Pourquoi cette envie subite ? Pourquoi ce besoin irrépressible de voir ma fille alors que je n'avais pas pris - ou presque pas pris - de ses nouvelles en presque deux ans ? J'avais envie, j'avais besoin de la voir, de la sentir, de la regarder, de contempler la beauté qu'elle était venue. C'était plus fort que moi. Isis m'avait prévenue que pendant un moment, tous mes sentiments seraient multipliés. Elle n'avait pas eu tord. Quand c'était de l'excitation, de la joie, de l'amusement tout allait bien. Mais quand je commençais à réfléchir sérieusement, à repenser à mon passé, à ma vie de simple humaine, le chagrin, le remord et le doute étaient les principaux sentiments qui me tenaillaient. Et ça faisait mal. Alors cédant à une impulsion j'étais sortie et j'avais couru. Couru dans la nuit qui me tendait les bras, courut vers ce parfum, ce visage qui m'obsédaient sans cesse, chaque nuit, chaque jour que j'y pensais légèrement. J'en avais besoin. C'était ... vital pour moi. J'avais fini par arriver à leur maison, dans sa chambre. J'avais tant retenu ma respiration que je ne sentais rien. Les humains ne m'attiraient pas comme ça. J'avais juste besoin de la voir elle. Les autres je m'en fichais. Pour le moment du moins.

    Elysa m'avait suivie. Je l'avais senti. Et je la sentais encore là derrière moi, silencieuse, attendant de voir mes réactions pour y calquer les siennes. Elle me surveillait. Me protégeait. Ou protégeait les humains de moi. Non, Elysa n'était pas du genre à protéger de simples humains. C'était moins qu'elle protégeait. Parce qu'elle était une de mes mentors. Parce qu'elle était ma meilleure amie. Je troublais le silence la première lui avouant mon plus grand secret. Personne n'était au courant. Non personne. Penchée au dessus du berceau de Claryssa, je la contemplais endormie, avec des sentiments contradictoires qui n'étaient présents que lorsque j'étais avec Christa. Peur. Tendresse. Amour. Remord. Regret. Douceur. Tant d'émotions qui se succédaient dans mon regard alors que je regardais ma fille, mon bébé, dormir paisiblement dans son berceau serrant ses petits poings, une petite moue boudeuse sur son doux visage. J'avais les larmes aux yeux. Si belle. Si douce. Tellement ... Elysa m'enlaça comme pour me soutenir. Une larme roula sur ma joue. - Claryssa est parfaite. Elle est mon chef d'oeuvre je le sais. Même moi j'arriverais pas à l'abîmer. Tu sais à quel point c'est dur d'arriver à la perfection ? J'en aurais plus jamais l'occasion ... Alors même si j'ai raté ma vie en tant qu'humaine et que je ne fais rien de génial en tant que vampire, j'aurais au moins réussi ma fille. J'avais murmuré tout ça entre quelques soupirs et plusieurs larmes. J'avais mal. Et en même temps je me sentais fière. Fière d'être la mère d'une telle beauté. Claryssa était parfaite. Et c'était ma fille. Je voulais la récupérer. Je ne formulais pas mon voeu à voix haute. Je savais qu'Elysa m'avait comprise. Et j'ignorais comment elle le prendrait.

    Mais en parler m'avait fait beaucoup de bien. Fermant les yeux je pris une grande inspiration et me détendit un peu en m'ouvrant de nouveau au monde et à mes sens. Mauvaise idée. Très très mauvaise idée. Toutes les odeurs, les bruits, me parvinrent. Des odeurs si douces, si alléchantes. Et des bruits de respiration, de coeurs qui battent avec régularité. J'étais trop jeune. Trop inexpérimentée. Et bien que nourrie, l'idée d'une jugulaire battant doucement et l'odeur du sang alléchant me firent perdre le contrôle. Des cernes bleutées apparurent sous mes yeux qui virèrent au noir d'encre. Je me raidis violemment. Baissant mon regard vers Claryssa je la regardais. Mais ma partie vampire n'en voulait pas car ma partie humaine y tenait trop. Par contre si les deux humains disparaissaient, Claryssa reviendrait automatiquement à sa mère biologique si elle acceptait. Et sa mère biologique c'était moi ... Me dégageant brusquement de l'étreinte d'Elysa après l'avoir prise par surprise je fonçais dans la chambre du couple et m'approchai du lit, incontrôlable, les canines sorties, un grondement se faufilant dans ma gorge jusqu'à mes lèvres. Tellement appétissants ... des obstacles à croquer .. comme des bonbons ... Mais au moment où je m'approchais, je sentis qu'on me retint et me balançais contre un mur. Je grimaçai et fit face à Elysa en grondant. - Aïe ! Laisse moi passer, ils ne sont rien !! grondais-je violente. Et le pire ? Le pire de tout ? C'est que je le pensais ...

    HJ/ Désolée pas terrible mais je voulais mettre de l'action Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Elysa Melindra

More about me
Messages : 4800
Localisation : Ireland
Emploi/Etudes : Serveuse/Barmaid
Age du Perso : 175/18
Arrivé(e) le : 02/03/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: « Never Forget ... » Lysa Mar 31 Juil - 2:17

"J'en aurais plus jamais l'occasion ..."

Cette phrase surtout brisa le coeur d'Elysa. Elle-même n'avait jamais désiré fonder une famille mais elle en connaissait beaucoup qui regrettaient certains aspects de la mortalité. Notamment le pouvoir de fonder une famille, de générer un nouvel être, le sentir grandir en soi, ce petit bout qui est à moitié sa mère, qui fait partie d'elle. Alors cette phrase dans la bouche de Sol lui fit craindre qu'elle ne déprime. elle n'était pas une vampire depuis longtemps alors elle comprenait qu'elle pense à ce qu'elle avait laissé derrière elle en faisant le choix de l'immortalité. Or, la déprime entraine parfois la folie. Et elle n'avait pas du tout envie que Sol ne devienne folle. Ni ne fasse une bêtise comme kidnapper sa fille. Elysa se surprit elle-même en pensant cela. On s'en moquait des humains. Si elle voulait récupérer sa fille, il lui suffisait de la prendre et de partir! Mais qu'en ferait-elle? Elle ne pouvait quand même pas l'emmener au manoir. Une petite fille entourée de vampires, Elysa n'était pas sure que ce soit une si bonne idée. Partir loin avec elle? Et que dirait-elle à Isis? Et que ferait-elle quand sa fille grandirait?

Perdue dans ses pensées, Elysa ne remarqua les yeux de Sol que quand celle-ci se dégagea de son étreinte. Si Sol l'avait prise par surprise et en avait profité pour courir vers ce que Elysa avait reconnu comme la chambre des parents, Elysa ne mit pas longtemps à réagir et arriva avant que Sol ne fasse une bêtise. Elle avait entendu son amie grogner mais elle ne les avait toujours pas touchés heureusement. Et les deux humains ne s'étaient pas réveillés. Elysa attrapa le bras de Sol et la tira vers l'arrière, la plaquant contre un mur, avant de se mettre face à elle, ses mains sur les épaules de Sol. Elysa guetta une réaction humaine mais il n'y en eut aucune. Quelle efficacité ces parents.

"Aïe ! Laisse moi passer, ils ne sont rien !!"

Elysa planta son regard dans celui de Sol. En tant qu'humains, ils n'étaient rien, non, en effet. Mais... "ils sont ce que ta fille connait de parents." Aïe. Elle avait mal rien qu'à dire ça parce qu'elle craignait que ça ne fasse souffrir Solina. "Sortons, on discutera dehors" Elysa tira, de force, Sol à l'extérieur de la chambre principale. Dans le couloir, elle voulut néanmoins rassurer Sol "Je te laisserai revenir la voir quand nous aurons parlé, je te le promets" Qui était-elle de toute façon pour l'en empêcher? Si elle voulait vraiment tuer ces humains, elle ne pourrait pas l'en empêcher. Mais Elysa ne voulait pas qu'elle s'en veuille par après.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Solina R. Blackstone

More about me
Messages : 891
Localisation : Cherche tu finiras bien par me trouver ... ou pas !
Emploi/Etudes : Barmaid au Fever - Etudiante en droit
Age du Perso : 21 ans à jamais ...
Arrivé(e) le : 08/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: « Never Forget ... » Lysa Jeu 4 Oct - 8:00


→ ELYSA & SOLINA« Quand on a l'éternité devant soi, peut-on regretter le passé et le changer ? »

    Je ne comprenais pas vraiment pourquoi j'étais ici. Mon instinct m'y avait violemment poussé jusqu'à ce que je ne lui résiste plus et m'avait conduite ici, devant ce bébé si adorable qui dormait, si loin de se douter de ce qui se passait au dessus de sa tête. Ma fille ... Pourquoi y pensais-je maintenant ? Cela faisait deux ans. Deux ans que je l'avais eu et abandonnée. Deux ans pour me dire que c'était la meilleure chose à faire. Je crois que j'aurais fini par accepter cette réponse si j'avais pu avoir d'autres enfants, fonder ma famille mais je n'en aurais plus jamais l'opportunité. Et jamais, quand on à l'Eternité devant soit, c'est très long quand même. Pourtant, je ne regrettais absolument pas ma décision de devenir une vampire bien au contraire, j'adorais ma nouvelle vie. Le monde me paraissait si haut en couleurs, si pleins d'opportunités. Alors pourquoi est ce que j'étais venue ici voir Claryssa alors que ça ne pouvait me faire que du mal ? L'idée d'attaquer les deux humains pour retrouver sa garde était complètement stupide. Je ne savais même pas d'où elle était venue. - Ils sont ce que ta fille connait de parents. La phrase de Elysa fut si dure qu'elle me stoppa net alors que je la fixais, blessée. Je savais qu'elle n'avait pas tord. Je le savais. Pourtant cela faisait si mal de se l'entendre dire. De s'entendre dire que d'autres étaient les parents de son enfant. - Sortons, on discutera dehors Je jetais un dernier coup d'oeil aux humains profondément endormis. L'homme serrait sa femme contre lui d'un air calme. De petites rides aux coins de ses yeux prouvaient que c'était un homme qui riait souvent. La femme elle, avec ses longs cheveux blonds étalés sur l'oreiller avait l'air très douce. Ils formaient un très beau couple. Elysa me força à sortir. - Je te laisserai revenir la voir quand nous aurons parlé, je te le promets. Serrant mes bras autour de moi je secouais la tête. - Non, partons fis-je d'une voix grave.

    Sans un mot je sortis de la maison, aussi silencieuse que j'y étais rentrée, aussi invisible que la nuit elle même. Dehors, j'attendis Elysa puis marchait à ses côtés fixant l'horizon. - Je suis désolée de t'avoir grogné dessus. C'était pas voulu dis-je soudainement, brisant le silence d'une voix penaude. Je jetais un bref coup d'oeil à mon amie près de moi, puis reportait mon regard devant moi. Je sais pas pourquoi je suis venue. J'ai juste revue une photo qu'ils m'avaient envoyés, et j'ai eu une brusque envie de la voir. Et je me suis retrouvée ici. C'était ... bizarre ... comme si j'étais pas moi même tu vois ? Et puis dans la chambre ... j'avais pas envie d'elle, et les parents non plus d'ailleurs mais il fallait que je tue. Mais pas elle ... J'étais un peu perdue alors je parlais avec Elysa. Elle était vampire depuis plus longtemps que moi elle pourrait sûrement m'aider. Mes pieds nus marchaient sur la rosées qui commençait à apparaître sur l'herbe mais je n'avais pas froid. Pourtant il ne faisait pas chaud, on était pas vraiment sous les tropiques. Mais j'aimais l'Irlande et son climat aussi changeant et capricieux que moi. Marchant à reculons je regardais Elysa. - Ca fait combien de temps que tu es vampire ? lui demandais-je alors. Et ça t'es déjà arrivée de tomber amoureuse d'un humain sans le transformer et de le voir vieillir et mourir ? demandais-je de nouveau après sa réponse. J'étais curieuse de connaître un peu plus mon amie.

    HJ/ Désolée du retard :(
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Elysa Melindra

More about me
Messages : 4800
Localisation : Ireland
Emploi/Etudes : Serveuse/Barmaid
Age du Perso : 175/18
Arrivé(e) le : 02/03/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: « Never Forget ... » Lysa Jeu 18 Oct - 3:33

"Non, partons"

Elysa ne voulait pas la pousser à partir, quand elle avait dit tout ce qu'elle avait dit, notamment que ces gens étaient les parents de sa fille. Elle s'en voulait déjà d'avoir utilisé des parole si blessantes envers son amie, mais maintenant que celle-ci voulait partir pour ne plus revenir, elle s'en voulait plus encore. Elle tendit la main pour la retenir mais Sol s'était déjà mise en route. Elysa se mordit alors la lèvre inférieure puis rejoignit son amie à l'extérieur de la maison, en refermant bien derrière elle. Comme Sol se mettait à marcher plus calmement, ou bien à suivre Elysa (vous savez ce genre de moment où vous marchez en pensant suivre l'autre mais que l'autre pense vous suivre), Sol prit la parole. Elysa, qui réfléchissait, fut tirée de ses réflexions par des excuses. Des excuses? Pour avoir grogner? Elysa haussa les sourcils. Puis elle haussa les épaules. "Ce n'est rien voyons, Sol... C'est même normal. Je suis venue m'interposer." Et elle le pensait. Il fallait être fou pour s'interposer entre un vampire et sa proie. Et Elysa l'était, folle.

"Je sais pas pourquoi je suis venue. J'ai juste revue une photo qu'ils m'avaient envoyés, et j'ai eu une brusque envie de la voir. Et je me suis retrouvée ici. C'était ... bizarre ... comme si j'étais pas moi même tu vois ? Et puis dans la chambre ... j'avais pas envie d'elle, et les parents non plus d'ailleurs mais il fallait que je tue. Mais pas elle ..."

Elysa se rapprocha de Solina et passa un de ses bras sous celui de sa camarade, avant de le serrer doucement en guise de réconfort. Elle voyait ce qu'elle avait ressenti. Ca arrivait. Elysa continuait de marcher, en tenant son amie, en regardant droit devant elle. Elle avait voulu voir sa fille, c'était normal. Et ne pas ressentir l'envie de la tuer était certainement normal aussi. Après tout, c'était sa chair et son sang. C'était plus fort que tout. D'ailleurs, elle avait eu la force de la confier à un couple. Il fallait beaucoup aimer son enfant pour faire cela. Ou bien s'en moquer totalement. Mais la présence de Sol chez ces personnes ce soir confirmait que ce n'était pas cette deuxième hypothèse. Finalement, Solina se dégagea du bras d'Elysa et vint marcher face à elle, à reculons. Elysa haussa un sourcil mais sourit.

"Ca fait combien de temps que tu es vampire ?"

Elysa éclata de rire. "Voyons, tu sais que cela ne se fait pas de demander leur âge aux dames..." Elle baissa les yeux et continua de sourire. Puis elle inspira tout en se redressant, sourit de toutes ses belles dents et répondit. "Ca fait 158 ans que je suis vampire... Et j'avais 18 ans quand j'ai été transformée." Tout ça... Déjà. Elle en avait vu des choses, fait des choses, pris des vies... En 158 ans. Elle en était reconnaissante envers son créateur de lui avoir donné cette opportunité. Voir le monde, se sentir enfin à sa place, c'était grâce à lui qu'elle y avait eu droit. Son défunt créateur parti trop tôt...

"Et ça t'es déjà arrivée de tomber amoureuse d'un humain sans le transformer et de le voir vieillir et mourir ?"

Elysa se stoppa net, sous le choc de la question de Solina. Hunter. Elle baissa les yeux, détourna la tête. Pouvait-elle lui répondre? Elle avait envie d'être franche, de lui en parler. Mais elle craignait tant que cela se retourne contre elle, ou de mettre Hunter en danger. Non, Sol n'était pas un danger n'est-ce pas?! Elysa déglutit. Elle ne parvenait pas çà se décider. Dire la vérité ou se taire? Quoique, Solina avait parler de le voir vieillir puis mourir. Or, Hunter n'était pas mort... "Non.." Elle ne mentait pas vraiment. Elle ne disait pas vraiment toute la vérité non plus mais... Et puis, elle ne fut pas très convaincante non plus mais espéra que ça passerait.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

More about me


MessageSujet: Re: « Never Forget ... » Lysa

Revenir en haut Aller en bas
 

« Never Forget ... » Lysa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cover Your Eyes :: Ireland :: Les Alentours :: Autres Villages-
Sauter vers: