AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Burn Baby Burn - Marcus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Burn Baby Burn - Marcus Mar 26 Juin - 10:39

Je courrais en direction du parc, poursuivit par un sanguinaire. Non je ne prenais pas la fuite, je voulais simplement le tuer dans un coin paisible, loin des regards des passants et des fêtards nocturnes. Mais à peine dans le parc qu’il m’avait déjà rattrapé. Au fond je pense qu’il jouait avec moi, car je savais d’expérience que les vampires n’avaient pas besoin de courir derrière des humains, ils étaient bien plus rapides que nous. Du coup, je pense que j’avais réussi à l’exciter à la chasse. Mais il se trompait lourdement si il pensait que je serais le lapin et lui le chasseur. Néanmoins je sentis mon corps se faire jeter contre la terre. Au moment où je touchais le sol, je cherchais une fiole de mon sac et jetais le contenu sur le visage du vampire. “Espèce d’idiote, tu penses vraiment que l’eau bénite me fait quelque chose ? » Allongée sur le sol, le vampire au-dessus de moi, riait bien. Mais ce n’était qu’un imbécile, un petit jeunot qui pensait être invincible. Un sourire naquit sur mes lèvres. « Et tu penses que l’eau bénite a une telle odeur ? « Je ne lui laissais pas beaucoup de temps pour réfléchir, sortant mon briquait de ma poche je le jetais dans sa direction. En contact avec la substance inflammable, il ne tardait pas à prendre feu et à hurler de douleur. Je me relevais et fis plusieurs pas en arrière. Observant le spectacle de feu. J’avais toujours aimé le feu. C’était beau tout en étant douloureux. Un peu comme une rose et ses épines. Il ne faut jamais s’y approcher de trop près. Le vampire allait de droit à gauche, tentant de se débarrasser du feu, mais en vain. En moins de quelques secondes sa chair sur son visage n’existait déjà plus et le corps finit par tomber mort au sol. « Et un vampire de moins… » Ah cela faisait du bien. Pas de tuer, mais de savoir que celui-là ne pourrait pas faire du mal à des familles, pas donner des cauchemars aux petites filles. Je passais à côté du cadavre qui continuait à brûler et qui allait surement alerter quelqu’un, mais je serais déjà bien loin.

Quelques minutes plus tard, je me retrouvais au bord de l’étang, bien loin du cadavre. Lorsque j’entendis les sirènes au loin, je souris faiblement. Pourquoi tant de peine pour un vampire ? Il ne méritait même pas autant d’attention, aucun vampire ne le méritait…. A part peut-etre Lucas, mais c’était différent. Je m’assieds près de l’étang, une jeune fille comme moi ne devrait pas être seule dans un coin perdue et si tard le soir. Mais je n’étais pas innocente, je venais de tuer un vampire et ce n’était pas mon premier et encore moins le dernier. Je savais me défendre. Oh cela ne voulait pas dire que je m’en sortais à chaque fois sans séquelles, mais c’était le danger du métier eh. Je regardais mon propre reflet dans l’eau. Pendant un court instant je tentais de devenir à quoi j’aurais ressemblé si mes parents n’étaient pas morts. Une adolescente insouciante ? Fêtarde ? Studieuse ? Est-ce que j’aurais eu l’envie d’aller à l’université ? Ah et puis qu’est-ce que j’étais en train de faire ? Cela ne servait à rien. La fille que j’aurais pu devenir n’existe plus, depuis la mort de mes parents j’avais changé et pas en bien… Oh non… pas en bien. Je soupirais. Mais subitement je voyais une silhouette derrière moi. Je ne réfléchissais pas, ma main allait immédiatement vers mon arme à feu. Me retournant d’un coup de sec, je visais l’imprudent qui s’était approché de moi. Mon regard ancré dans le sien, je reconnu Marcus. Pourtant… je ne baissais pas mon arme.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Mer 18 Juil - 9:44



Quelques jours après que Marcus ait reçu de jolis objets en argent en lui, même si la charmante Ruby l’avait aidé à le soigner, il avait encore quelques séquelles, comme le fait de ne pas pouvoir lever son bras trop haut, ou juste tourner le haut de son corps sans faire suivre ses jambes. Il pouvait marcher tout de même et courir, même s’il avait recours à son loup plus régulièrement pour pouvoir se soigner, il mettait du temps, mais justement, du temps il n’en avait peut-être pas, il ne savait pas quand Nina l’appellerait, mais il avait envie d’être en forme, car il savait très bien que lorsqu’ils se verraient, cela ne serait pas pour boire une tasse de thé ! Il se promenait, enfin, c’était un bien grand mot, sa cible faisait son footing tous les jours à la même heure et même s’il ne pouvait le suivre, il regardait ses habitudes, d’où il pourrait se mettre pour l’abattre vite fait bien fait. Il avait trouvé l’endroit parfait lorsqu’un feu se faisait sentir. Il fronçait les sourcils et avançait droit dessus, un corps en décomposition en était à l’origine et il continuait son chemin comme si de rien n’était en voyant les voitures de police et de pompier arriver. Il suivait une odeur qu’il aurait pu reconnaitre, c’était celle de Crystal et une idée germait dans son esprit. Tiens donc un feu, un corps qui semblait se réduire en poussière plus vite que prévu et elle, ici…

Il hésitait encore à lui donner ce nom, ce nom de Prime, mais il trottait depuis un moment, depuis le jour où elle l’avait menacé de lui planter de l’argent en lui, ou plutôt non, depuis le jour où il c’était fait frapper par des balles en argent lui rappelant ses paroles… Il s’avançait sans faire de bruit, juste le vent dans ses cheveux qui les faisait bouger, il comptait la prendre par surprise, mais à lorsqu’elle se retournait ainsi, une arme à la main et surtout ne la baissant pas, il comprit enfin qu’elle en était une… Une de ceux qui vouaient leurs morts à un dieu quelconque, qui s’amusaient avec leur peau, leur carcasse… Il ne se démontait pas, une balle de plus ou de moins qui passerait dans son corps, oui, mais même si c’était une balle en argent, il savait déjà vers qui il se tournerait. Il s’arrêtait juste à un mètre d’elle et mettait ses mains dans ses poches de son jean bleu, qui le serrait parfaitement. Son pull blanc jurait dans la nature si verdoyante, mais il savait quand il devait se faire discret ou non. Il plongeait son regard dans celui de Crystal, ne bougeant plus et ouvrait la bouche pour lui parler.

Ainsi donc tu fais partie de l’ennemi… Ce serait dommage que du rouge vienne tacher ce si beau pull tu ne penses pas ?

Il baissait les yeux sur son pull, le sourire aux lèvres, même s’il n’atteignait pas ses yeux. Ils étaient sombres, aussi vert que la végétation, une pointe de loup ancré en lui s’y reflétait. Il regardait autour de lui, peu de passage, peu de personne, sa cible était repartie à l’heure même de d’habitude, donc il savait que cela se ferait dans les jours prochain. L’étang, il n’aimait pas trop aller dans l’eau, il semblait froid, mais il reportait son attention sur Crystal, voila pourquoi il la trouvait changé, elle était devenue… autre chose, tout comme lui d’ailleurs.

Je suppose que c’est ton œuvre ce qui est en miette là-bas ? C’était quoi, un vampire ? Il l’observait quelques secondes, puis soupirait tu devrais savoir qu’une vraie tueuse ne montre jamais ses armes en public, tu as des enfants qui arrivent…

Il faisait toujours ces « affaires » sans témoin et surtout sans enfants !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Sam 21 Juil - 22:47

« Tant que ce rouge ne vient pas de moi, je me fou bien si il se tâche ou pas. » Oh la mort allait forcement m’attraper un de ces jours. Et pourtant cela ne me faisait pas peur, non j’avais toujours recherché les sensations fortes, dangereuses. Et u fond j’avais commencé à me demander si je n’étais pas autodestructrice. Je laissais peu de gens m’approcher et dès que je me sentais trop bien, je m’en fuyais. Et je pourchassais un destin qui finira par être me tuer… Mouais je pense qu’on pouvait dire que j’avais des tendances d’autodestruction.

Faire partie de l’ennemi? Mmmm tout dépend surement du point de vue qu’on a sur la question. Ainsi je ne comptais pas lui répondre. J’étais une prime, oui, et je ne comptais pas le nier. Mais mon but est surtout d’éliminer des vampires. C’était rare que je m’attaque à des lycans. Mon meilleur ami et ma meilleure amie sont toutes les deux des lycans, Mais oui, cela m’arrivait de tuer des lycans, lorsque je les juge trop dangereux ou quand ils m’attaquent et que je n’ai aucun autre choix que de me défendre. Mon regard dans celui de Marcus, je savais bien qu’il faisait partie de ceux qui sont dangereux. « Mon butin préféré, un vampire. … Depuis quand t’es un loup ? « Pourquoi chasser les lycans lorsque je savais que la moitié de ces personnes n’ont pas demandés d’être ainsi, lorsqu’ils tentent de ne tuer personne ? Non lycan et vampire étaient deux choses bien différentes, bien que toutes les deux soient très dangereux pour ma personne. Une vraie tueuse ? Je n’en étais pas une. Du moins je ne voulais pas en être une. Mais souvent en chassant les monstres on commence à en être un soi-même… Mais en ce qui concerne Marcus, je ne pense pas qu’à l’époque ou je vivais avec lui, il était un lycan. Je l’aurais remarqué. J’avais toujours connue l’existence de ce monde… Enfin à partir de mes six ans. Non, je pouvais bien me remémorer chaque instant passé avec lui, aucun signe de lycanthropie ou alors j’étais aveugle !

C’est à contre cœur que je rangeais doucement mon arme. Jamais je n’obligerais Marcus à se changer en loup devant les yeux d’enfants. Je n’étais pas ainsi. Je connaissais trop fort les sentiments qu’on puisse ressentir quand le sang coule devant les yeux innocents d’un enfant. Je savais les dégâts que cela pouvait causer à l’âme. Ainsi pour l’instant je devrais rester calme, ne rien faire, à part rester sur mes gardes et ne pas le laisser s’approcher de moi de trop près. Au fond je savais que l’arme que je venais de ranger ne m’aurait servi à rien contre lui, que ce n’était que du bluff. La plupart du mon attirail était contre les vampires. Cependant le couteau de poche que j’avais reçu de Kirian était bien fait en argent et mes doigts caressaient doucement la lame lorsque je rangeais mes mains dans les poches de mon pull, mon regard fixé sur Marcus. « Tu ferais mieux de partir. » Ca ne servait à rien de lui demander s’il m’avait suivi, ce qu’il faisait ici. Non le mieux, pour lui, et peut-etre aussi pour moi, était qu’il parte. Mais je doutais fort qu’il allait m’écouter. Mon regard se posait un court instant sur les voix des enfants qui à présent étaient à la portée de mes oreilles humaines. Je ne savais pas si Marcus était le genre de personne à s’en prendre à des enfants, à des humains. Pour moi, bien qu’il fût violent, je ne le voyais pas tuer des enfants d’un signe de la main. Mais je ne pouvais pas me fier au passé. Il a pu changer. « T’es un loup mort si tu touches à un des cheveux de ces enfants. » Mieux faut prévenir que guérir, non ? Et puis autant se là jouer à l’honnête et à la franchise. Et là, plus claire je n’aurais pas pu l’être d’avantage. Si il me considérait comme une ennemie, comme une tueuse, moi je me voyais plutôt comme quelqu’un qui voulait empêcher que d’autres enfants souffraient de ces créatures.

Mais comme souvent quelque chose me trottait dans l’esprit. Pourquoi il ne m’avait pas encore attaqué ? Attendait-il que les enfants partent ? Maintenant qu’il savait que j’étais une prime, qu’attendait-il pour me tuer ? Cette question, ce n’était pas la première fois que je me la posais. Avec Lucas aussi je me l’étais posé. A quel jeu mesquin ils jouent tous ? Bonne question…. Note que pour l’instant à part me protéger et de le garder à distance, j’étais resté sur la défensive. Arf finalement je pense que je suis en train de me faire tourner en bourrique moi-même. Je savais que Marcus était dangereux, alors qu’attendais-je ? Mmm je n’en sais rien, faut croire que malgré tous les efforts que je fais pour effacer mon cœur, ce dernier arrive parfois à faire ses propres règles.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Jeu 26 Juil - 18:01



Des enfants et elle croyait que, quoi ? Marcus avait les yeux qui pourraient presque sortir tous seuls de ces orbites tellement il était sur le cul, c’était le cas de le dire, elle le prenait vraiment pour un monstre ? Oui elle le prenait pour un monstre, mais à ce point-là ? Il se sentait mal, défaillant, presque trop, il faisait toujours en sorte d’abattre ses contrats sans personne et surtout sans enfants à coté et elle, elle osait dire, non penser cela ?

- tu me prends pour qui là ? Hein ? Dis-moi ? Je suis peut-être ce que je suis, mais jamais, je dis bien JAMAIS je n’ai fait de mal à un enfant ! Je parlais pour ton arme, pas de moi, juste que cela leur fait peur et toi, TOI !

Il enrageait d’entendre qu’elle pensait cela, finalement, il avait eut tort et il s’en rendait bien compte de l’avoir suivi jusqu’ici. Il pensait qu’elle aurait, peut-être pu, enfin, il n’en savait rien, mais ça, CA, c’était au dessus de tout ! Elle était bien dans l’adversité, elle n’était pas celle qu’il croyait et inversement, mais ce qu’il voyait dans son regard, cette froide détermination, ce sang-froid, oui, c’était une tueuse et une bonne tueuse, sans trembler, rien… depuis quand il était Lycan ? Mais qu’est-ce qu’elle avait à en f**tre ? Il inspirait profondément, sentant son pansement s’étirer en même temps que lui en dessous, c’était juste au cas où, mais le cas où pouvait survenir n’importe quand…

- Je ne suis pas le meilleur des hommes, mais les enfants, on n’y touche pas, c’est MA règle, les autres font ce qu’ils veulent. Et pour ta gouverne, sache que c’est à ma sortie de prison, tu sais, celle-là même où tu m’as fait jeté, une fois planté dans la nuque ! J’étais à peine libre et l’envie de te retrouver était si forte que je n’ai pas fait attention et là, je suis devenue une bête, pire qu’avant, c’est cela que tu penses ?... Dire que j’avais cru un jour pouvoir parler de tout cela avec toi…

Sa voix était morne, presque trop basse, peiné, il ne jouait pas la comédie, il savait comment il était, le loup contrôlait une grosse partie de sa vie et il n’avait pas besoin d’armes pour tuer, ses mains nues lui étaient suffisantes, pas comme elle, qui devait avoir d’autres armes de cachés sur elle. D’ailleurs, elle pouvait bien essayer de lui cacher ce qu’elle avait dans sa poche, il n’était pas un mercenaire pour rien. La plupart des femmes plantaient de joli ornement dans leurs cheveux, mais pas toutes. Il la regardait d’un air à moiti » colère, moitié triste. Il pensait avoir vécu assez de choses, d’événements avec elle que son va t-en d’ici, même s’il n’était pas dit de cette manière il était de trop. Il se reprenait, voyons, il n’était pas une mauviette et ce n’était pas un petit bout de femme qui allait le renvoyer chez lui, il était là dans un but bien précis et il s’y conforterait.

Tu n’a aucun ordre à me donner, je ne suis pas un de ceux que tu poursuis, ni même un humain sans défense, ne l’oublie pas ! Je vous ais vu à l’œuvre, vous les chers… primes ! Sifflait-il entre ses dents. Vous vous foutez bien des enfants, des innocents autour de vous, vous tuez sans répit, alors ne viens pas me dire que je suis LE monstre du parc, car nous sommes deux ici, toi et moi !

Il ne comptait faire de mal à personne, ce n’était pas parce qu’il était un lycan qu’automatiquement il devait être un animal dans tous les sens du terme, non ? Si ? Ah, celle-là, cette femme-là le faisait tourner en bourrique et il se surprenait à se dire qu’un coup de fil de Nin maintenant serait une bonne idée, elle seule savait le calmer, sa voix, si douce le transportait dans un mon de félicité et il espérait vraiment qu’elle veuille bien le revoir. En attendant, il surveillait du coin de l’œil SON coureur qui arrivait, pile à l’heure. Cela fait déjà un bon moment qu’il le suivait, il savait de source sure que d’ici la fin de la semaine, son contrat sera clos !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Jeu 26 Juil - 20:35

Je n’avais jamais su me méfier à quelqu’un, je n’ai jamais pu faire réellement confiance à quelqu’un. J’avais des amis à qui je pouvais peut-être me confier, telle que Sky. Mais Sky était instable, peut-etre encore plus que moi. Si je ne craignais rien près d’elle, je ne pouvais pas dire la même chose des autres, elle avait tendance à attaquer pour un rien. Tomas ? Oui, lui, je lui faisais confiance, entièrement, à part quand il se transforme, car il n’a jamais réussi à contrôler cette bête. Alors la vraie confiance ? Non, jamais. Dans ma tête, les gens peu importe leur race ne sont pas digne de confiance, il faut continuer à se méfier. Et c’est grâce à ça que j’ai réussi à survivre autant d’années. Marcus pouvait bien s’emporter face à mes paroles, cela me laissait indifférente. Je n’allais pas m’excuser, je le laissais donc s’emporter, le gardant à l’œil. Sachant que la rage pouvait facilement le faire perdre contrôle de lui. Rien à foutre, j’étais prête si jamais cela devait arriver.

Ainsi donc on ne touche pas aux enfants, c’est sa règle…. Mmmm « Parce que tu as des règles ? Dommage que le viol n’est pas une de tes interdictions. » Je restais de glace, un de ces mécanisme de protection qui m’avait beaucoup aidé dans le passé. Malheureusement j’étais quelqu’un qui pouvait très vite se jeter sur ses grands chevaux et lorsqu’il me traitait de monstre, je pètais un câble. Parce qu’il n’était pas le premier à me lancer, et surtout parce qu’au fond de moi, j’avais la peur de ressembler de plus en plus à ce que je chassais. D’un pas je m’étais rapproché de lui. Rien à faire si je m’aventurais trop près. Je ne tolère pas qu’on me dit être un monstre. Qu’on me traite de folle, je veux bien. Mais pas monstre. Jamais je ne ressemblerais à Lucas ! Ni à lui ! « Je ne suis pas comme toi ! Je ne tue pas pour le plaisir ! Et si je suis une prime, c’est justement pour empêcher que des enfants puissent souffrir des monstres ! Qu’ils ne doivent pas se réveiller une nuit, d’entendre des bruits venant du rez-de-chaussée et de voir leurs parents se faire massacrer devant leurs yeux ! Je sais quelle séquelle immonde une telle chose peut causer à l’intérieure de soi, alors ne me dis jamais plus que je leur ressemble ! Jamais ! » Je m’étais avancé de lui, mon visage à quelques centimètres de lui. Mes yeux noirs de colère avec un lueur de douleur le fixaient un long moment avant que je me décale de quelques pas et lui tourne le dos. Peut-etre pas une chose intelligent, mais j’avais besoin de respirer. Ma main se posait contre un tronc d’arbre lorsque je fermais pendant quelques secondes les yeux. Avec toute cette colère qui était monté les souvenirs avaient vu leur ouverture et avaient suivi. Pas très agréable à revivre tout ça.

Toujours de dos à lui. « Et pour ta gouverne, si je suis en vie, si tu m’as rencontré c’est grâce à un prime qui m’a sauvé lorsque j’étais gamine. Alors ne prétend pas connaître les primes car tu ne sais rien d’eux, ni de leurs objectives ni de leurs intentions. Si ils existaient pas, il n’y aurait personne pour protéger les gens » On avait tous souffert, certains plus que d’autres. La plupart avait perdu une femme, un mari, un enfant… ouvrant ainsi la chasse à la vengeance. Mais je ne connaissais aucune prime qui ne voulait pas protéger les innocents et les enfants. Je me retournais pour lui faire face. Il ne voulait pas partir ? Bien ça serait moi qui me taille dans ce cas ! Il était peut-etre dangereux, mais tant qu’il ne se transformait pas je n’allais pas l’attaquer. Ma cible était des vampires. Les lycans ne venaient qu’à la place du mort lorsqu’ils s’attaquaient à des humains ou à moi. Je prenais mon sac, que j’avais laissé près du lac. Mes mains tremblaient légèrement de colère et cela me rappelait un vague souvenir.

FLASHBACK.
« Non, docteur, les vampires n’existent pas. C’est un psychopathe qui a tué mes parents. » Ma voix était profonde, honnête et claire. Mon regard ne reflétait rien à part une légère douleur suite à la perte de mes parents. Quelques minutes plus tard je quittais son bureau, il avait l’air satisfait, croyant surement qu’il avait réussi à me guérir. Foutaise, je vous ne dit pas ! Mais tant mieux s’il avait fini par me croire, c’était que j’étais devenue une excellente menteuse et actrice. Oui, j’avais réussi à me créer cette barrière, à m’entourer de mensonges et à persuader les autres que je croyais à mes mensonges. Alors que la vérité était que je les menais tous en bateau. J’avais compris que si je voulais sortir un jour d’ici, je devrais mentir. Mais pas seulement mentir, je devais y croire aussi, persuader, devenir quelqu’un d’autre. Mais des barrières comme ça, cela se casse. On ne peut pas les maintenir éternellement, et c’est en arrivant dans ma chambre que je pètais un câble. Déchirant tout ce qui me trouvait sur mon chemin, la colère, la rage, le chagrin, restaient des sentiments dont je ne pouvais pas me défaire. Je détestais ces lieux, je savais ce que j’avais vu et je savais que les vampires existent ! Ca me rendait folle que personne veuille me croire ! Et alors que je déchirais les draps de lit, je sentais subitement quelqu’un m’attraper par ma taille, me maintenir contre elle, alors qu’elle me murmurait des paroles à l’oreille. « Arrête Crycry, tu vas te faire griller…. Tes mensonges ne serviront à rien si tu te laisses aller dans la colère. » Je me débattais ne voulant pas l’écouter, et elle finit par me lâcher en entendant des pas qui se rapprochaient de nous. Puis sans que je comprenne pourquoi elle m’arrachait les draps du lit de mes mains et commençait à les déchirer tout en me criant telle une dingue. « Les vampires existent !!! Tu ne peux pas partir !!! ils existent vraiment !!! » Perplexe de sa réaction, je restais sur place alors que les infirmiers rentraient pour tenter de calmer Karsenty. Mais elle se débattait telle le diable et ils finissent par l’amener. Avant qu’elle dépasse le coin, elle me fit un clin d’œil avant de disparaître de ma vue. Elle venait de sauver mes mensonges tout en calmant ma colère.
Fin du Flashback.

Je clignotais les yeux. J’avais appris beaucoup de choses dans ce centre, à mentir, à manipuler et à contrôler le moindre de mes sentiments. Au fond je ne sais pas si c’était quelque chose de vraiment bien. Parfois ça doit sortir et quand ça sort, ce n’est pas beau à voir. Mais pour ma survie je n’avais eu guère le choix. Je devais contrôler mes sentiments surtout la colère. Je ne pouvais pas la laisser prendre le contrôle sur moi. Effacer, effacer et ne pas penser aux détails du passé. Quelques secondes plus tard mes mains s’étaient arrêtées de trembler. La colère était disparue bien que je savais qu’elle se cachait et qu’à la moindre étincelle elle risquait de pointer le bout de son nez. Mais je ne voulais pas y penser. La tout ce qui hantait mon esprit était une bonne chasse ou encore un entrainement au centre sportif. J’avais besoin de me défouler pour effacer la rage que Marcus avait fait monté en moi. Enfilant mon sac autour de l’épaule, je me tournais vers Marcus. « Tu seras gentil de ne pas me suivre. »

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Lun 30 Juil - 5:39



- Tu insinue quoi là ? Vas-y réponds-moi ? Tu veux dire quoi par le viol n’en fait pas partie ? Je n’ai jamais eut besoin de violer qui que se soit pour assouvir mes instincts, j’y vais peut-être fort parfois, mais jamais je n’ai violé quiconque ! Alors dis-moi qui à bien pu te raconter cela ?

Ses yeux se modifiaient, devenant deux fentes jaunes et en tremblant, il sentait qu’il fallait qu’il se calme autrement il allait y avoir un loup lâché dans la bergerie qu’était le parc. Il prenait ses lunettes de soleil, malgré le temps maussade et les mettait rapidement sur son nez, au moins la couleur de ces yeux étaient cachés. Il était en colère, mais il n’avait pas pour autant oublié tout ce qu’elle venait de lui dire, sans le vouloir ou peut-être bien que si, elle venait de se dévoiler et c’était la première fois qu’elle laissait sous entendre ce qui avait pu lui arriver dans son enfance. Il fourrait ses mains dans les poches de son pantalon, cachant ainsi le fait que ces ongles c’étaient allongés et respirait profondément, il ne devait pas se transformer ici, pas à la vu de tous et surtout pas alors qu’il y avait des enfants, car même si lui ne les tuait pas, ne les touchait pas, il ne c’était jamais trouvé en leur présence lorsqu’il était un animal pur.

- En quoi cela t’étonnes ? Tu pensais que je suis quoi ? Un monstre sans foi ni loi ? Marcus c’était avancé, elle pouvait bien lui dire de ne pas la suivre, il allait où bon lui semblait. Tu crois vraiment que je tue pour le plaisir ? D’accord, j’ai mon travail, mais ce n’est pas pour le plaisir, mais pour l’argent d’une part et de deux, je ne tue que des animaux sous mon autre forme, même si mon envie parfois de déchiqueter un être humain est fort, je ne le fais pas ! Mais quand je parle des primes, d’une manière générale, j’en ai assez vu tuer des enfants qui n’avait rien fait, mais qui était juste dans leur ligne de mire ! Alors ne me dis pas qu’ils protègent les gens parce que c’est faux !

Il se rappelait que trop bien qu’il ne savait pas encore comment ils s’appelaient, mais il n’avait rien pu faire pour les sauver et c’était avant qu’il ne devienne un loup. Il avait pensé que c’était des tueurs, comme lui en quelque sorte, mais ils étaient pires que tout. Si cela se trouve ces enfants étaient des sorciers, comme sa nouvelle amie qui n’avait rien demandé et qui c’était retrouvé entre deux feux. Lui, il avait beau être un loup, il ne l’avait pas attaqué, mais protégé, au contraire, par contre les deux autres n’avaient pas rechignés à l’attaquer et à vouloir sa mort… Et dans les deux, il y avait un prime, encore une fois. Donc elle pouvait dire ce qu’elle voulait, ils étaient pareils, sauf que pour Marcus, les primes étaient pires que tout, écrasant tout sur leur passage. Il se radoucissait, comprenant que trop bien la peine qu’elle devait avoir, elle s’ouvrait, parlait d’elle, c’était peut-être le moment pour lui de lui parler également de son enfance, peut-être.

- Nous sommes partis du mauvais pied… Je… je ne sais pas ce qui t’es arrivé lorsque tu étais enfant, mais ce qui nous arrive maintenant, ce n’est que fonction de ce que nous avons vécu… Crystal, je suis désolé pour tes parents, nous n’avons jamais abordé notre passé, avant de nous connaitre et enfin, je…

Marcus se mettait à respirer lourdement, il sentait qu’il était encore trop faible et un léger craquement se faisait entendre. Il posait rapidement une de ses mains sur son flanc et sentant la plaie qui c’était rouverte, il inspirait profondément, évitant ainsi à son loup de se réveiller. Il sentait les sous-bois l’appeler, il sentait le vent s’engouffrer autour de lui et faire comme s’il l’emmenait en dessous. Il avançait un peu comme un automate, oui, s’il devait se transformer, cela ne se ferait pas ici, pas alors qu’il y avait trop de monde. Il avait toujours sut contrôler cette part, une toute petite part, juste le temps de fuir la présence des humains entre autre, mais le reste du temps, il n’arrivait pas à contrôler sa bête. Il adorait chasser, le gibier, mais aussi ces contrats et c’était ce qui les rapprochaient, l’homme et l’animal, ensemble.

- Je ne te suivais pas… je suis juste venu… me promener. C’était un mensonge, mais il ne comptait pas lui dire que sa future cible était tout près et qu’elle ne serait plus là d’ici peu. D’ailleurs, je compte bien rentrer

Bon, il faudrait déjà qu’il arrive à marcher, parce que là, pour le coup, il se sentait faible comme un nouveau né et il détestait cette sensation. Il avançait doucement, presque comme un vieillard, respirant difficilement, il sentait que les fils que son infirmière Ruby lui avait mit, avait dû se défaire, par sa faute, il n’aurait pas dû bouger et rester au lit, mais il n’en faisait qu’à sa tête. Appuyant une main sur un tronc d’arbre, il attendait que le vertige qui le prenait en traitre s’en aille et il ferait de même.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Lun 30 Juil - 6:19

Je voyais bien que la colère commençait à prendre possession de lui. Mais rien à foutre, même pas peur. Qu’il se transforme donc, je pouvais parfaitement me défendre ! Et moi c’était le sarcasme que je répondis. « Oh mais que t’as la mémoire courte il me semble… ou alors tu continues à penser que chez moi un non veut dire oui. Ou tiens maintenant que j'y penses.... C'était peut-être pas toi mais la bête qui contrôlait ton corps. » Je le cherchais, oui, je le cherchais trop bien. Mais je voulais qu'il se transforme, rien que pour me défouler, pour faire disparaitre la colère qui était monté en moi. Le ton montait mais je n’avais pas peur. Et lorsqu’il s’approchait de moi, je continuais à le fixer de mon regard. « Une personne qui a du mal à maitriser sa colère et la bête au fond de lui ! « Si je pensais qu’il tuait pour le plaisir ? Je n’en sais trop rien. Mais encore une fois il fallait qu’il attaque sur les primes. « Ah parce que maintenant tu vas me dire que de tout ce qui existe sur terre, c’est les primes et par l’occurrence moi le pire monstre ?! » Je n’en croyais pas mes oreilles. C’est qu’il fallait vraiment que Marcus ouvre un peu plus ses yeux sur le monde qui l’entoure. Note peut-être que moi aussi je devrais les ouvrir… enfin peu importe.

La colère commençait doucement à disparaître. « Oh non, Marcus… Crois-moi, tu ne veux pas connaître mon passé. » Non de un parce que c’était horrible, de deux parce que c’était très compliqué et de trois parce que si je disais que j’avais été enfermé pendant douze ans dans un centre pour dingues… mmm pas sure que par la suite il ne me voit pas comme une dingo. Même si au finale, j’en étais une. Enfin j’avais toujours eu mes raisons de ne pas parler de mon passé. Je n’aimais pas, c’était douloureux et cela avait tendance à m’affaiblir mentalement. Là, si j’avais lâché quelques paroles, c’était sur le coup de la colère. Mes parents…. Je soupirais doucement. « Ils ont eu de la chance… malgré que leur mort était remplit de souffrance et que cela n’a pas été une mort rapide… ils ont eu de la chance. » Je fixais le lac. « de ne pas voir ce que leur fille est devenue. » Oui, et c’était mieux ainsi. Car ca m’avait marqué pour la vie, et les décisions que j’avais prit par la suite n’avaient suivit qu’une seule route, celle de la destruction totale. Et arrivée à la fin de cette route, on réalise qu’on s’est perdue. Que quelque part au long du chemin je m’étais perdue. J’étais Crystal Anderson… mais qu’est-ce que cela voulait bien dire. J’avais beau prétendre être une prime qui lutte pour le bien de l’humanité, au fond je ne faisais que mentir à moi-même. J’avais tué de tout… de tout… Lycan, vampire et même prime. Et je ne ressentais même pas une onde de culpabilité… C’était affreux. Comment j’avais pu devenir ainsi ?

Je remis une mèche rebelle derrière mon oreille et tournais mon regard vers Marcus. Il respirait fort. Trop fort. J’arquais un sourcil et l’observais. « Ca ne va pas ? « Il semblait ne pas aller bien, il marchait comme un vieux et sa respiration était lourd. « On t’a attaqué… T’es devenu le gibier d’un prime, c’est ca ? » Il n’avait pas besoin de me répondre, je voyais bien qu’il était blessé. Et à moins qu’il avait voulu s’amuser avec un vampire, chose que j’en doute fort, c’était un prime qui lui avait infligé ca. Et cela expliquait immédiatement sa haine envers les primes. Je me retrouvais bien vite près de lui. Encore une fois j’étais stupide. Il avait fallu peu pour qu’il se transforme et m’attaque et là voila que c’était moi qui m’approchais de lui. « Allé viens… laisse-moi t’aider. » Si il refuse bah je m’en vais, après tout je ne vais pas l’harceler non plus. « Et si tu tiens à savoir, mes deux meilleurs amis sont des lycans… j’ai rien contre les lycans. Je chasse les vampires. Faut simplement pas se mettre sur mon chemin. » Non fallait pas se mettre à travers de moi et ma cible, c’est tout. Pour le reste je m’en foutais bien si ce monde partait en vrille ou pas. De toute manière avec la vie que je menais je ne risquais pas de vivre encore longtemps.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Mar 31 Juil - 5:16


Ce qui c’était produit, c’était un jeu entre eux, il ne comprenait pas pourquoi elle mettait cela de nouveau sur le tapis, pourquoi elle disait cela, elle était pourtant consentante non ? Malgré le fait qu’il avait mal, il essayait de tenir, mais il aurait dû écouter Ruby, il aurait dû se reposer, sauf qu’il n’aimait pas rester au lit à ne rien faire, ou même ailleurs, il lui fallait bouger régulièrement. Sauf que là, c’était vraiment la mort, il ne pouvait pas aller mieux s’il ne se mettait pas à se soigner correctement. La douleur lui faisait parfois prendre de mauvais chemins, mais elle apportait son aide et il la prenait volontiers. C’était peut-être une prime, mais il ressentait toujours quelque chose pour elle, même s’il avait revus Nina dans l’abbaye, il espérait qu’elle le rappelle, mais Crystal… C’était Crystal et il avait traversé plus de la moitié de la planète pour la retrouver. Il posait son bras autour de ces épaules essayant de ne pas trop s’appuyer sur elle et avançait jusqu’à se mettre dans les sous-bois, à la limite de la lisière, ainsi, elle pourrait être vus, mais ils auraient un peu d’intimité, même s’il ne pensait pas à ce genre d’intimité. Il s’asseyait à même le sol, prenant pour dossier un tronc d’arbre et attendait que cela passe. Il savait qu’il faudrait du temps, mais il ne pensait pas autant et dire qu’il pensait non pas invincible, mais presque, qu’il en souriait.

- Ecoutes, le passé, c’est quelque chose que je connais bien pour en subir les conséquences parfaitement… Tes parents n’ont pas eut de chance et j’imagine que trop bien ce que tu à pu souffrir…Il ne savait que trop bien de souffrir à cause de ces parents, ce n’était pas pareil, elle les avait perdu et lui, il n’avait rêvé toute sa vie que son père meurt dans d’atroces souffrances comme il faisait subir à son propre fils ! Il m’arrive parfois encore de le souhaiter, sa mort, même s’il l’ait déjà… Sans s’en rendre compte, il lâchait des morceaux de phrases, incompréhensible ou peut-être pas, mais il fallait que cela sorte. Près de trente ans à ressasser tout cela, ce n’était bon pour personnes. Je ne sais pas si le plus affreux c’est de les voir mourir ou de souhaiter leur mort… Crystal, les primes, j’en ais déjà vu, je ne connaissais as leur nom avant c’est vrai, mais celui qui m’a fait cela… Ce n’est pas le prime qui me coursait, mais le loup qui m’a tiré dessus… Ils s’allient et tu veux savoir pourquoi ? De toute façon qu’elle le veuille ou non, il le lui dirait
Tout simplement parce qu’ils ont décidés d’avoir ma peau… Ma peau de loup je précise, apparemment elle vaut chère au marché noir et c’est comme cela pour tous les loups qu’ils trouvent… Reprendre sa respiration coute que coute et continuer de parler, c’était son but. Des monstres sont partout, dans chaque race, mais ceux-là, ils n’ont pas hésité à venir m’attaquer alors qu’une… qu’une jeune femme se trouvait sur la plage. Et sans rien demander, ils l’ont attaquée… Il levait une main pour la poser sur sa bouche avant qu’elle ne dise quoique se soit. Elle va bien, je l’ai défendu comme j’ai pu et les deux autres sont mort, brulés, ils ne reviendront pas. C’est elle qui m’a soigné, alors qu’elle est encore plus menu que toi, elle n’a pas eut peur de la grosse bête que j’étais… Voila pourquoi j’en veux aux primes, à cause de ce que j’ai vu, il y à peu de temps !

Il enlevait sa main, caressant doucement ses lèvres, il aimait les toucher, comme tout son corps et il se rendait compte que même si cela ne fonctionnait pas avec Nina, il laisserait tranquille Crystal. Comment avec Nina cela fonctionnerait ? Déjà il faudrait qu’elle l’appelle et qu’elle soit louve… Le fait qu’ils soient tous les deux si différents, dans un monde opposé, elle pouvait lui dire que ces meilleurs amis étaient des Lycans, il suffisait de peu pour qu’elle en devienne un et elle le détesterait parce qu’il n’aurait pas pu faire attention. La douleur était moins tenace et il se relevait doucement vérifiant sa propre solidité et plongeait son regard dans le sien.

Un jour nous rirons de tout cela, ou nous nous entretuerons, je ne sais pas, je ne promets rien sur ces points… Je suis brusque, je l’ai toujours été, enfin à partir d’un certain moment de ma vie… Il levait le regard vers le ciel un peu plus loin. Un jour peut-être que nous nous raconterons notre passé, mais le loup qui est en moi est parfois plus fort que moi et cette nuit-là, je ne lui jetterais pas la pierre, non, j’étais présent, mais je ne m’en suis pas rendu compte… Je n’ai jamais voulu te faire de mal Crystal, mais je me rends bien compte que j’ai dû aider à ta destruction, t’entrainant dans la mienne… J’en suis désolé, sincèrement, je…

Ce qu’il allait lui dire, lui coutait énormément, mais il ne pouvait pas la mettre plus en danger qu’elle ne devait l’être, il serait toujours présent, mais pas de la façon dont il aurait voulu.

- Crystal, je…J’aurais vraiment aimé que tu reviennes avec moi, mais les choses étant ce qu’elles sont, je ne peux pas prendre le risque de te faire du mal, pas alors que je pourrais je tuer en pleine transformation… Je me doute que cela doit te soulager d’entendre enfin ces mots, mais tu n’entendra plus parler de moi, sauf peut-être dans la rubrique nécrologique .

Il souriait en disant cela, d’un sourire qui n’atteignait pas ses yeux et il souffrait, non pas de sa blessure, mais émotionnellement. Il sentait que son cœur se déchirait, mais il comprenait qu’il ne pouvait pas être l’homme d’une humaine, il risquait à chaque instant de la tuer. Et cela, il ne se le pardonnerait jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Mar 31 Juil - 10:23

Je l’écoutais parler en langage codé de ses parents à lui, je présumais qu’il parlait de son père du moins c’était ce que je tirais de ses paroles. Ecoutant par la suite tous ses pensées sur les primes. Mais moi, les peu de primes que je connaissais avaient toujours été des gens corrects es chasseurs certes mais avec le cœur sur le bon endroit. Alors je ne pouvais pas m’imaginer qu’ils pouvaient être mauvais. Peut-être qu’il y en avait certains uns, mais ceux qui je connaissais… non ils était fiables, honnête. Je ne disais rien, malgré le fait que j’étais désolée pour lui, désolée qu’il avait du se battre pour sa vie, pour rester en vie.

Un jour… Oui, peut-être qu’un jour nous allons rire de tout ca, mais pour l’instant je sentis mon cœur s’alourdir d’un seul coup. “Non Marcus… ne dis pas ca… Tu n’y es pour rien. J’ai choisit la route de la destruction par moi-même.. Tu n’y es pour rien… » Je lui en voulais peut-être pour beaucoup de choses, mais je ne voulais pas qu’il pense être coupable de la vie que je menais. C’était mon choix. La destruction je la recherchais depuis toujours, même avant de le connaître. « C’est pas grave Marcus…. » Qu’il arrête de s’excuser, je n’aimais pas ca, cela me rendait faible, cela effaçait des barrières que j’aurais voulu garder autour de moi. Et le pire ? C’est que cela me faisait mal. Réellement mal. Je voulais qu’il arrête de parler, qu’il se tait, je ne voulais plus rien entendre. Mais il continuait, et moi j’avais du mal à avaler ma propre salive. Je riais faiblement en entendant ces paroles… C’était marrant tout ceux qui prétendaient m’aimer partent, pour mon propre bien certes. Mais ils ne se rendent pas compte que je suis un plus grand danger pour moi-même qu’eux. Je soupirais doucement, ma gorge me brûlait et je n’aimais pas ce sentiment d’abandon qu’il me fit ressentir. « Marcus… » Mais il continuait à parler. Oui, dangereux… Faut dire que j’ai toujours eu le chique de choisir mes hommes, toujours des dangers. Je baissais mon regard. Je ne riais même pas, ne trouvant pas sa marrant. Je le comprenais, mais je ne voulais pas. C’était difficile à expliquer. Je le détestais… du moins j’avais pensé le détester.

Et je me rends compte que finalement, je n'ai jamais cessé de penser à lui, que ce soit en bien ou en mal il était toujours quelque part en moi. C'est fou, j'étais convaincu du contraire, j'étais sûre qu’il ne me faisait plus rien. Ou peut-être que je me le faisais croire. Peu importe, il faut me rendre à l'évidence ; il me fait toujours quelque chose. Peut-être que je ne l'oublierai pas en faite. Parce que l'amour ne repart pas comme ça, comme il est venu, même lorsque que c'est ce que nous désirons le plus... Je baissais mes yeux, je ne voulais pas qu’il me voit dans l’état pitoyable qu’il était en train de me rendre. Non je ne voulais pas qu’il voit les larmes qui brillaient au fond de mes yeux. « Au revoir, Marcus. »

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Mer 1 Aoû - 7:48



Qu’est-ce qui pouvait faire que Marcus devenait ainsi ? Il la préférait en vie, loin de lui, que dans ses bras, broyée par ses propres griffes, par sa propre rage. Il avait mit du temps à comprendre, beaucoup trop, il devait l’avoir fait souffrir, prenant conscience qu’il n’était bon pour personne. Il avait cru pouvoir tout contrôler, mais il n’en était rien. Le contrôle donnait le pouvoir et sans cela, il ne pouvait se permettre de la garder pour lui, auprès de lui, même s’il avait cette impression qu’une part de lui s’arrachait en même temps que les mots sortaient. La quitter, même s’ils n’étaient pas ensemble, c’était ça le problème. Pour lui, ils étaient toujours ensemble, malgré tout ce qui avait pu se produire, tout ce qui aurait pu être eux deux, elle l’avait toujours repoussé, enfin pas toujours, mais il s’accrochait l’espoir que peut-être elle l’aimait ? Sauf que les mots n’étaient jamais sortis de son coté à lui, mais à elle non plus, ils avaient joués à un jeu dangereux et il s’en mordait les doigts maintenant. Il savait qu’il ne pourrait pas l’oublier d’un simple revers de la main, durant ces années en prison, durant sa quête d’elle, sa soif de la retrouver, de rester à ces cotés, il se rendait bien compte qu’elle n’avait jamais rien fait pour cela, pour le retenir, elle n’avait cessé de le fuir encore et encore… Elle pouvait bien dire ce qu’elle voulait, il savait qu’il l’avait emmené dans une auto-destruction qui ne pourrait cesser qu’une fois loin d’elle. De toute manière, une prime et un loup ? Cela n’irait jamais, leurs natures se détruiraient toujours, ils étaient ennemis, qu’elle dise le contraire ou non, il y aurait toujours cette part de monstre qu’elle ne supporterait pas de lui et si c’était pour que lui l’accepte entièrement et pas elle, l’échec serait considérable, jusqu’à ce qu’ils s’entretuent… Marcus ne voyait rien de bon venir de cette histoire pour elle, il fermait les yeux, revoyant la scène, oui, il n’avait plus été le même, il n’avait pas été maitre de lui-même et lui avait fait mal, alors que ce n’était qu’un jeu qui avait tourné à la catastrophe. Cela aurait pu être pire, il aurait pu la briser en une seconde et non, il ne le voulait pas.


Sa respiration était plus dure, non pas pour sa douleur, elle passait doucement, mais surement, il savait qu’il allait rentrer chez lui et ne rien faire, attendre quelque chose qui le réveille, il n’en savait rien. De toute manière, il ne pouvait concevoir qu’un jour elle veuille être comme lui, même s’il n’avait rien demandé, même si ce loup lui avait été imposé, il ne pourrait jamais la rendre heureuse et ça, il s’en rendait compte. Il préférait choisir pour elle et la laisser libre. L’entendre dire que ce n’était pas sa faute ne le faisait pas rire, il devait avoir un mauvais karma depuis longtemps, depuis le décès de sa mère, il n’avait rien eut de bon ou presque et le peu qu’il avait, il le détruisait à chaque fois. Il était fait pour être solitaire, vivre et mourir seul, n’entrainant personne avec lui, ne pouvant se résigner à espérer un jour être meilleur, il savait qu’il ne le serait jamais. Des excuses ? Il n’en avait jamais fait, mais cela, elle ne pouvait pas le savoir et il ferait en sorte qu’elle ne le sache pas, il se dévoilait trop, laissait bien trop voir qu’il était blessé de l’intérieur, toute sa vie n’avait été que violence et il était la violence. Crystal… Que c’était dur de devoir renoncer à elle, Marcus se sentais encore plus mal, sa voix n’était qu’un murmure, un sombre murmure poignant et il ne pouvait pas cacher que cela le torturait. Mais pour une fois dans sa vie, il pensait faire le bon choix pour quelqu’un d’autre. Je suis désolé de t’avoir fait souffrir… Il attrapait doucement sa main et la posait sur son cœur. Ce dernier battait la chamade si fort qu’il devait taper contre ses doigts. Je pensais que si j’étais encore en vie après toi, c’était que je devais te retrouver, finalement, c’était surement pour m’excuser… Il soulevait sa main, ne la forçant pas à le regarder, à quoi bon se faire souffrir encore plus, il préférait rentrer chez lui et y rester, fermer les rideaux, rester dans le noir et oublier le tout, une bouteille de whisky à la main. Il attrapait sa tête d’une main et déposait un baiser sur sa tempe, s’empêchant de laisser des larmes couler. C’était un homme, bordel, pas une lavette ! Adieu Crystal… Il la lâchait complètement et tournait les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Sam 4 Aoû - 12:03

Non non non, je ne voulais rien entendre, rien du tout… rien… mais il n’arrêtait pas. S’excuser de m’avoir fait souffrir, mais je ne voulais rien entendre de tout ca. Abattant mes yeux vers le sol, je fuyais son regard. Je souffrais, je souffrais et je n’avais pas l’habitude de me retrouver dans ce genre de situation. Je prenais toujours la fuite avant qu’une telle chose puisse m’arriver, car je savais que je n’avais pas le cœur assez fort pour ca. Je ne supportais pas une telle souffrance. Je pouvais endurer facilement des coups de combat, peut-être même la torture, mais ca… Non ca faisait trop mal. Je savais qu’il allait partir, qu’il allait me laisser seule et que j’allais probablement plus jamais le revoir. Et si autre fois je le voulais parti, aujourd’hui je me réalise que ce n’était peut-être pas le cas… Ah foutu cerveau, foutu cœur, toujours me tirer d’un côté et puis vers l’autre. Voilà ce qui arrive à force de me faire aller à droite et à gauche sans avoir de réel but. Je perdais tout, encore et encore. Je ravalais ma salive, ma gorge me fit mal. Et je sentis que mes yeux commençaient à gonfler, non je ne voulais pas pleurer. Je sentis ses lèvres sur ma tempe, mais je gardais mes yeux fixés sur le sol. Telle une gamine qui voit partir quelqu’un qu’elle aime.

Je connaissais ce sentiment qui m’habitait, la peur, le chagrin et la douleur. Des sentiments qui anesthésient votre esprit et vos mouvements. Je ne parlais plus, car je ne savais pas quoi dire. Il y avait tant de choses que je voulais dire, mais je savais que quoi que je dise je ne pourrais pas le faire changer d’idée. Je le savais car c’était toujours ainsi, tout le monde finit par partir un jour ou l’autre. Il ne faut pas s’attacher aux gens, car cela ne crée que de la souffrance en plus dans ce monde qui n’est fait que de ca… Oui, tout ca je le savais, alors pourquoi est-ce que je me faisais avoir à chaque fois ! Encore un qui allait partir, disparaître de ma vie et me laisser m’envahir un petit peu plus dans ce trou noir ou je tombais chaque jour.

Adieu… Encore un de ces mots détestables de l’humanité. Un simple mot qui pouvait pourtant vous briser le cœur. Mes mains tremblaient, je vacillais, mon corps entier se brisait en millier de petits morceaux. J’aurais du m’en douter, j’aurais du voir tout ca, mais non quand il s’agit d’habitude, de certitude, on ne se rend pas compte que les gens autour de nous peuvent changer, qu’ils peuvent finir par chercher autre chose, une autre personne… Quelqu’un qui irait peut-être mieux dans leur vie, quelqu’un de ne pas aussi instable que moi… oui, tout cela on ne voit pas, car on ne veut pas le voir. Je l’entendis partir et ne fit rien pour l’en empêcher. Car au fond, je savais que je n’en valais pas la peine.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Lun 6 Aoû - 9:45


Physiquement, Marcus souffrait, mais ce n’était rien comparé à la blessure émotionnelle qu’il venait de se faire subir. Il avait cette impression d’avoir le cœur broyé, passé à la moulinette, réduit en pièces pour mieux l’écraser du pied, mais il ne pouvait pas être avec elle, il n’en avait pas le droit. Un jour elle le tirerait comme un lapin et l’un des deux mourrait, il le savait que trop bien. Il marchait lentement, croyant l’espace d’un instant qu’elle le rejoindrait, mais non, pas un bruit, pas un mouvement de sa part. Il se rendait bien compte que c’était fini entre eux deux et cela le crevait littéralement. Il ne montrait rien à personne, juste un visage fermé, marchant droit devant lui. Il sentait qu’il lui fallait faire quelque chose, il avait l’impression d’exploser, de bouillir de l’intérieur et tout ce qu’il revoyait, c’était leurs vies à tous les deux. Malgré le fait qu’il l’avait frappé, il se rappelait que trop bien de tout le reste. Sa manière de le chercher dans son pseudo restaurant lorsqu’elle lui avait apporté ce qu’il avait commandé, ses grands yeux innocent, mais en creusant plus profond, il y avait vu une petite fille cachée. C’était cela qu’il avait voulu protéger, sauf qu’il n’avait pas su s’y prendre et sa propre colère, ses propres angoisses revenaient. Ses mains dans ses poches, il ne se rappelait que trop bien de leur premier baiser, enfiévré, vorace, comme si chacun d’entre eux voulait combler un manque dans leur acte, qui les avait amenés tout droit dans le lit de Marcus. L’instant avait été plus que passionné, fougueux, la tendresse et douceur était venue bien après cette étreinte.

Se passant une main nerveusement dans ses cheveux, il avait envie de faire demi-tour et de lui dire qu’il n’avait pas envie de lui dire adieu, qu’il la voulait elle, mais c’était trop tard, le mal était fait et elle était devenue une Prime… Et lui un de ces ennemis… Il se rattachait au fait de tous leurs meilleurs moment et ils n’étaient pas tous au lit, enfin la majeure partie, mais même si aucun des deux ne c’était vraiment dévoilé, ce qui était un tort, il le comprenait trop bien maintenant, s’ouvrir c’était ce qu’il aurait du faire avec elle. Il aurait dû lui parler de son enfance, même s’il ne le voulait pas, il aurait dû exorciser ses démons bien avant et maintenant… Il avait peur ! Oui, Marcus avait peur parce qu’il n’avait pas pu imaginer sa vie sans elle, sans SA Crystal et là, il venait de lui tourner le dos. Oh, il savait très bien qu’il continuerait à la surveiller, de loin, afin d’être sur qu’elle trouve un homme qui lui soit digne, il ne resterait pas les bras ballants à la regarder continuer à se détruire à ses cotés. Il savait qu’il allait avoir du mal et passer à autre chose… Même Nina, c’était différent, il pensait à elle, mais pas de la même manière, il avait toujours cru qu’un jour il trouverait son âme sœur et avait cru que c’était cette blonde sensuelle, mais… Mais il n’y arriverait pas et dépassait l’entré du parc le cœur meurtri par sa propre faute. Il fermait les yeux un instant et montait sur sa moto pour la bouger un peu, la mettre plus à l’abri. Il avait besoin de se défouler, car il savait qu’il tournait le dos à la femme qu’il aimait de tout son cœur et de toute son âme.

La moto mit sous un arbre, il se déshabillait, c’était bien gentil, mais craquer ses fringues à chaque fois non et puis il n’avait pas prévu de change et laissait le loup prendre le dessus. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, le loup était là, grognant contre les papillons qui voulaient se poser sur son museau et se mit à courir vite, très vite entre les arbres, loin des humains. Marcus ne pensait plus, il n’avait plus qu’une seule vision : Crystal et continuait de se dépenser plus que jamais, tant pis pour ses flancs, il se soignerait plus tard, il n’en avait que faire, la douleur physique allait lui faire du bien… ou non…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus Mer 8 Aoû - 5:32

FIN

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

More about me


MessageSujet: Re: Burn Baby Burn - Marcus

Revenir en haut Aller en bas
 

Burn Baby Burn - Marcus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cover Your Eyes :: Ireland :: Inis Mór :: Parc national-
Sauter vers: