AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mar 22 Mai - 10:00

Oui, il habitait ici, mais il était bien trop occupé à l’embrasser, lui baiser la peau, la toucher pour lui répondre, ce n’était que des questions qui auraient des réponses plus tard, bien plus tard, pour le moment, il n’était plus lui-même, non, il était en partie la bête en lui qui rêvait de sortir et l’humain qui avait besoin de la délivrance, de la sentir se cambrer sous lui. L’ascenseur montait lentement, ce qui n’était pas pour lui déplaire, il savait qu’avant de sortir de cette cage, il l’aurait déjà eut une fois, il la ferait crier de plaisir au moins une fois. Leurs vêtements tombèrent l’un après l’autre au sol, presque arrachés, mais Marcus s’en fichait complètement, il n’avait qu’une envie et rien, pas même un petit bout de tissu comme ce qui cachait sa féminité. Des deux cotés des caresses tombaient à profusion, se cherchant de plus en plus, s’enivrant l’un de l’autre. Il était fou, fou de désir, fou de d’amour ? Non, pas cela, mais c’était proche et il n’analysait rien, non, il était trop occupé à ressentir son désir, celui de Crystal, le sien se mélangeant, tout comme leurs langues qui ne cessaient de se chercher. Il avait soupiré lorsqu’elle était venue avec sa petite main fouiner dans son caleçon, son membre vibrait dans sa main, n’attendant que de pouvoir faire son œuvre.

Plus tard

Oui, plus tard ils auraient le temps de parler de ce qu’elle lui avait fait. Marcus la déshabillait complètement déchirant ce qui restait sur elle, c'est-à-dire pas grand-chose. Il la plaquait plutôt violemment contre l’une des parois, laissant sa langue travailler sur ce corps qui ne demandait que cela. Il avait enlevé son pantalon, gardant juste son caleçon et dévorait littéralement Crystal de haut en bas. Sa nuque, son cou, sa bouche, ses seins… Il s’attardait dessus enroulant ses tétons l’un après l’autre avec la langue. Ce morceau de chair rose était tout sauf inerte, il n’aspirait qu’à gouter plus de peau, plus chair, plus bas, descendant toujours plus bas. Il se mettait à genoux devant elle, laissant ses mains sur ses hanches et venait embrasser la peau de ces cuisses bien plus doucement qu’il ne l’avait été jusqu’à lors. Il restait encore quelques étages, mais il s’en fichait, il le bloquerait si besoin et pour le moment, il empoignait une des cuisses de Crystal pour la poser sur son épaule, sentant sa jambe dans son dos et n’attendait pas plus longtemps que cela pour venir la lécher. Il ne commençait pas par de petits coups, non, il la sentait aussi fébrile que lui, sinon plus et plongeait littéralement son visage entre ses lèvres intimes. Il la dévorait, léchant sans relâche, aspirant ce petit bouton de chair rose, ce morceau de chair qui gonflait sous lui, le roulant entre ses dents, sentant le sang affluer vers cet endroit plus que stratégique. Marcus était inlassable lui offrant un plaisir bien plus grand que tout ce qu’il avait pu déjà lui apporter. Il agrippait ses fesses pour mieux la manger, enfouissant sa langue entre les plis, l’enfonçant dans son vagin d’anticipation, continuant par titiller son clitoris jusqu’à ce qu’enfin elle jouisse sur lui. Il tendait le bras pour bloquer l’ascenseur, ils étaient arrivés chez lui, mais avant de la faire entrer il voulait l’entendre crier son plaisir.

La position était parfaite pour lui, il avait accès à tous les plis, tout son sexe, c’était un accès total à sa féminité et il en profitait largement. La fierté des mâles en puissances, il voulait l’entendre, il voulait avoir son plaisir sur les lèvres, il la voulait si mouillée qu’il lui serait facile d’entrer en elle, qu’il s’appliquait, un peu trop surement, mais il sentait ses frémissements juste avant qu’elle ne jouisse, il les reconnaissait, tous ces petits trucs qui faisaient qu’elle allait avoir du plaisir, comme le fait de lui maintenir la tête, ou de l’enfoncer plus entre ses jambes, ses cris, ses gémissements, ses soupirs, il la maintenait pour ne pas qu’elle tombe. Il pensait juste à une chose, les clés se trouvait dans son pantalon, mais il était avec eux, donc il ramasserait le tout en un éclair et jetterait le tout avant de lui retomber dessus, ou bien si c’était elle qui lui sautait dessus. Il s’en fichait, du moment qu’elle restait et surtout, qu’il puisse profiter d’elle encore.



Dernière édition par Marcus Lawson le Jeu 28 Juin - 6:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mar 22 Mai - 11:28

Si l’esprit peut vous duper, le corps malheureusement pas. Pas dans les mains de quelqu’un qui jadis était votre partenaire de jeu sexuelle. Car oui, même si lui et moi avions habités ensemble pendant un certain moment, on avait passé la plupart de notre temps sur le lit, contre le mur, sur le tapis, sur une table, même sous une table… Bref tout cela pour dire qu’on avait passé plus notre temps à faire du sport à deux que de réellement parler. De ce fait, je connaissais le corps de Marcus par cœur et lui le mien. Chose qu’il ne tardait pas à me faire comprendre, à plusieurs reprises il me fit comprendre à quel point il me connaissait… ou du moins mon corps. Car oui, le corps ne peut pas mentir. Les femmes peuvent peut-être feindre un orgasme, mais les pulsions du cœur, la transpiration, et puis soyons honnête quand l’homme sait s’y prendre… on est perdues. Et c’est ce que j’étais en ce moment-même, complètement perdue dans les sensations de la chair. Je me retrouvais coincée dans un ascenseur, je n’aimais pas les petits endroits, cela me faisait trop penser à la petite chambre qui avait été la mienne, dans un passé qui me hantait encore tous les jours. Mais là, je ne pensais pas. J’aurais pu être sur le toit d’un building que je n’aurais même pas remarqué. Non, il n’y avait que mes sens qui étaient en éveillent. Et cela faisait du bien. Oui, cela faisait du bien, car pendant ce court moment je ne pensais plus à rien. Mon esprit était vide. Plus de vengeance, plus de Lucas, plus de prime, plus de centre, rien du tout. Même cette petite voix agaçant s’était arrêté de me parler. C’était le vide. Le bonheur.

Encore bien plus lorsqu’il descendit et me rendait fou d’extase. D’abord les seins, je fermais les yeux, profitant de ce moment. Il finit par arrêter l’ascenseur et je m’en souciais guère au moins, maintenant on pouvait être sure que personne viendrait nous déranger. Est-ce qu’il y avait des caméras dans cet ascenseur ? J’espérais que non, et puis merde. Rien à faire, la personne qui la visionnerait pourrait peut-être même encore apprendre des choses de Marcus et moi ! Je laissais échapper un soupir lorsque sa langue s’introduisait dans mon intimité. Et au plus qu’il se manifestait dans ses actions, au plus que j’avais du mal à retenir mes gémissements. Il s’appliquait de plus en plus, et je ne parvins pas à m’en empêcher. Non la jouissance avait prit possession de mes sens, et j’émettais plusieurs gémissements. Mes mains cherchaient de l’appuie contre le mur, mais n’ayant pas une barre de verre, et dos contre le mur, je finis par poser mes mains sur la tête de Marcus, caressant ses cheveux des bouts des ongles, alors qu’il continuait.

J’ignorais pourquoi il me donnait autant de plaisir, pourquoi il voulait me donner autant de plaisir. Alors qu’il aurait tout bonnement pu se contenter d’entrer en moi, de prendre son coup et de me laisser repartir. Mais non, il avait décidé de se la jouer plus sensuelle, éveillant tous mes sens jusqu’à même m’amener à l’extase et le plaisir extrême. Mes doigts se serraient sur ses cheveux, alors qu’un cri, un gémissement, plus fort que les autres m’échappait. Oui, il savait toujours comment il fallait s’y prendre. Il n’avait pas perdu la main, ni la langue d’ailleurs… Non je ne comprenais pas les actions de Marcus, et je m’en fichais. Je venais d’éprouver des sensations fulgurantes et c’était tout ce m’importait en ce moment. Je n’avais pas envie de revenir sur terre, je voulais rester là, à planer, à ne ressentir que les pulsions sexuelles, ressentir que les hormones, les besoins bestiales et ne pas utiliser ma tête. Non je voulais rester dans cette phase. C’était bien mieux que de flotter sur des nuages. Ma respiration commençait doucement à reprendre son calme, alors que je sentis qu’il se détachait de ma féminité. Ouvrant les yeux, je le regardais.

Et maintenant continuer dans ce tourbillon de folie ? Mmm peut-être attendre de sortir d’ici ? Je remis mes vêtements, car oui, j’ignorais que tout l’étage appartenait à Marcus. Ma main glissait sur le bouton et l’ascenseur se débloquait et ouvrait les portes. J’avais chaud, j’avais pris des couleurs, je le sentis. Je passais à côté de lui, prit mon sac à main à terre et sortie de l’ascenseur. « Alors c’est ou ? » Je retournais ma tête vers lui. Et alors que j’avais eu un moment d’extase et de jouissement, je me rendais compte que j’étais toujours aussi affamé, que j’en voulais encore et encore. Décidément… c’était moi qui étais incorrigible. Et étrangement je sentis l’impatience envahir mon esprit. Je n’étais pas dans mon état de tous les jours. Il avait réussit à réveiller mes sens comme autre fois, à ranimer certaines envies d’autre fois. Ah voila ce que je pourrais encore dire à mon psy. Vous savez quoi ? Non seulement je suis autodestructive, mais en plus de ca je suis accro au sexe ! Enfin… accro était un mot peut-être trop fort… Mmm disons simplement qu’il avait réveillé une partie de moi qui s’était endormi et qui sous sa vérocité de ses baisers s’étaient éveillés.

Je le suivais, au fond je savais pourquoi je n’étais pas encore parti. J’avais prit mon pied dans l’ascenseur, mais je voulais plus. Je le voulais en moi, entièrement.



_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mer 23 Mai - 4:52

Marcus récupérait ces affaires à la main, rapidement et rejoignait Crystal en dehors de l’ascenseur. Il avait un sourire large sur le visage et ses yeux pétillaient. Il n’avait même pas prit le temps de se rhabiller, non, cela ne servait à rien vu que personne ne pouvait venir ici. Son caleçon pointait largement vers son nord, sa femme et passait un bras autour de sa taille l’embrassant à pleine bouche. Il avait l’odeur de sa jouissance sur le visage et adorait cela, savoir qu’il lui avait fait prendre son pied juste ainsi et surtout qu’il allait recommencer vite, très vite, il la portait plus que la tirait vers l’une des portes. Il ouvrait d’une main tandis que l’autre maintenait la nuque de la jeune femme prolongeant le baiser plus fougueux, plus sensuel. Ils arrivèrent directement dans une entrée si large qu’elle prenait presque toute la largeur du bâtiment, mais il avait d’autres chats à fouetter.

J’ai tout l’étage, un seul loft, tout en haut, mais tu visiteras plus tard.

De sa voix rauque, il répondait à moitié à ses questions, oui, plus tard ils auraient tout le temps plus tard pour baptiser chacune des pièces. Il était totalement grisé par l’odeur de sexe de la femelle face à lui, et refermait d’un coup de pied la porte. Il laissait tomber ses affaires au sol et arrachait ceux qui étaient de retour sur le corps de son amante. A chaque fois qu’il dénudait un morceau de peau, il venait mordre, embrasser, lécher, la mettant totalement à nue devant lui. Ils n’avaient pas encore bougés de l’entrée et tout ce que Marcus voulait c’était la prendre maintenant. Il faisait descendre son caleçon, l’enlevant rapidement, écartant les cuisses de Crystal et plongeait enfin en elle d’un coup, d’un seul. Dans un grondement d’animal, il se sentait enfin entier, posant ses mains autour du visage de la jeune femme pour l’embrasser, mêlant leurs langues, mélangeant leurs salives. Il avait faim d’elle, de son corps et le lui montrait bien. Il se retirait lentement pour pouvoir revenir avec plus de force et de puissance entre ses cuisses, sentant son antre chaud le serrer, l’englober totalement jusqu’à la garde. Il descendait sa bouche dans son cou, venant prendre ses fesses en coupe et la soulevait pour mieux la faire monter et descendre sur son membre qui n’attendait que cela depuis le début de la soirée. Il voulait la faire grimper aux rideaux et allait puissamment entre ses cuisses, sentant la longueur de son membre frotter les parois internes de cette grotte si chaude, si humide, si attirante. Marcus tapait fort à un rythme régulier, laissant des coups réguliers contre la porte, mais ce n’était pas assez, il voulait plus, il la voulait à sa merci en un sens et la transportait vers le premier endroit où il pouvait l’allonger : la table de son salon.

C’était la seule et unique table de son loft, mais il s’en foutait royalement, au contraire et envoyait valser au sol le peu de documents qui trainaient dessus pour l’allonger. Il ne lâchait pas ces hanches, venant en elle toujours aussi fort, de plus en plus rapide, effectuant des mouvements de balancier plus profond en elle. Il était devenu l’animal qui sommeillait en lui, grondant par moment, tirant sur sa poitrine avec les dents, mordant par endroit, la rapprochant sans cesse du bord pour mieux l’envahir, pour mieux la combler. Il se sentait prêt à exploser, il sentait cette chaleur au creux du ventre qui menaçait de partir dans tous les sens dans son corps. Leurs peaux claquaient l’une contre l’autre, glissant à cause de la sueur qui se formait. Ce n’était plus deux personnes qui voulaient se venger ou fuir, non, c’était deux personnes qui couchaient ensemble, se donnant mutuellement du plaisir et quelle extase que de pouvoir enfin se déverser en elle. Marcus remontait les jambes de sa femme contre ses épaules et se cambrait encore plus, pouvant se voir entrer et sortir d’entre ses lèvres intimes. C’était l’erreur à ne pas faire, mais tant pis, il regardait les va-et-viens entre eux deux, voir comment elle le prenait totalement, se voir disparaitre en elle et ne résistait pas longtemps, juste quelques coups de bassins de plus, encore un, encore un et… Un grondement sauvage se faisait entendre au moment où la jouissance l’emportait dans un raz-de-marée, dévastant tout sur son passage. La respiration haletante, erratique même, il était sur un nuage de bonheur et de félicité qu’il n’avait pas connu depuis bien longtemps et comptait bien ne pas redescendre de suite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 24 Mai - 23:12

Ses mains sur mon corps me firent frissonner de plaisir. Ses baisers, ses légères morsures me rendaient fiévreuse. Je me donnais sans aucun détour à lui, à ses mains, à ses caresses, fermant les yeux, alors que mon visage allait se cacher dans sa nuque. Je l’aidais à lui rendre la tâche plus facile, pour m’enlever les habits que dans ma hâte j’avais remise. Oui, plus tard, plus tard. Tout serait pour plus tard. Pour l’instant il y avait des choses plus importantes à faire. D’ailleurs Marcus ne se faisait pas attendre, la porte n’était pas encore refermé qu’il s’était défait de son caleçon et que je le sentis d’un coup venir en moi, m’arrachant par la même occasion un cri de surprise, douleur mais aussi d’extase. Il n’était pas venu en moi en modérant l’ardeur qui exigeait de la hâte. Hâte de rentrer en moi. Une chose que j’avais toujours adoré chez lui, mais craint en même temps c’était sa force, ses muscles. Je n’étais pas grande, surtout pas comparé à lui, mais il avait toujours eu la facilité de me prendre, de me soutenir comme si je n’étais qu’une petite plume. Et encore une fois il le prouvait, mes mains entouraient ses épaules alors qu’il maintenait bien mes fesses, entrant de plus en plus profond en moi. Ah et quel bonheur ! Il augmentait le rythme, allant de plus en plus fort, de plus en plus profond et des cris de bonheur s’échappaient de mes lèvres. Instinctivement j’avais noué les jambes autour de sa taille et m’accrochais à ses épaules. Mû par une frénésie incoercible, ses coups de reins devinrent coups de boutoir, déclenchant chez moi des sensations fulgurantes.

Je criais, mordis Marcus au creux du coup, lui griffa le dos. J’avais l’impression d’avoir le corps parcouru de langues de feu. Oui, nos débats d’amour étaient violents, mais lui comme moi adorait ça. Se laisser aller à nos envies primaires, nos envies bestiales. Le plaisir se mêlait à la douleur, l’un se révélant aussi délicieusement ensorcelant que l’autre. Et c’est à ce moment-là que mon dos rentrait en contact avec la table. La froideur de cette dernière me fit légèrement frissonner, mais je n’avais pas le temps que je le sentais à nouveau rentrer en moi. Il enfouit son visage entre mes seins et se grisa du battement de mon cœur, aux palpitations si fortes qu’elles résonnaient dans ma poitrine. Des gémissements s’échappaient de ma bouche alors qu’il jouait avec mes tentons, non avec douceur.

Mon regard dans le sien, je ne tentais même pas de savoir ce qui lui traversait en ce moment même l’esprit. A quoi il aurait pu penser. Non je ne faisais que profiter. Gémissant de temps en temps, refermant les yeux, ma tête plus en arrière à chaque sensation forte. Je sentis son membre se déchainer en moi. Plus fort, toujours plus fort, mes ongles, mes mains cherchaient quelque chose à crisper, à détruire. Prenant les bords de la table au-dessus de ma tête entre mes deux mains, je laissais échapper à chaque coup de rein qui se voulait toujours plus fort, plus profondeur, un cri. J’espérais que cette table ne lui avait pas couté une fortune, car mes ongles avaient tendance à griffer cette table à chaque fois que je sentis son sexe toucher le point du paradis.

Lorsqu’il s’approchait de moi, pour m’embrasser, pour me mordre, ma langue cherchait la sienne, mes doigts parcouraient son torse et mes ongles le griffaient le dos. J’en voulais encore et encore. Je ne pouvais pas en avoir assez. Ma langue allait jouer avec son lobe d’oreille, alors qu’un léger gémissement de jouissance s’échapper de mes lèvres, tout près de son oreille. M’allongeant à nouveau alors qu’il relevait une de mes jambes, je ne tardais pas à voir l’extase suprême dans ses yeux. Et à sentir chaque petite parcelle de son être se répandre dans tout mon corps. Un soupir de soulagement mais aussi de bonheur s’échappait de mes lèvres, alors que je le tirais doucement vers moi. L’embrassant langoureusement, avant de reprendre mon souffle. De fermer les yeux et de trouver un battement de cœur plus normal. J’étais essoufflée, mais j’avais un sourire de bonheur, de satisfaction sur mon visage. First Round terminé.


_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Ven 25 Mai - 7:35


Ses cris de plaisir, de jouissance, ses gémissements, son corps qui ne cessait de bouger contre lui avait eut raison de sa présence d’esprit. Marcus était en pleine extase, ressentant chaque battement de cœur de sa femme, ressentant son membre baignant dans le plaisir commun des deux amants. Il relâchait ces jambes, les faisant redescendre et l’aidait à s’asseoir au bord de la table. Il était toujours en elle, sentant palpiter son intérieur autour de son membre, sentant sa cyprine couler tout de son long. Il glissait sa langue dans son cou, venant lécher sa peau moite du premier plaisir commun qu’ils avaient eut, remontant en dessous de son lobe de l’oreille pour mieux le lui mordre. Il entendait le souffle court, mais surtout il ne pourrait pas oublier ses cris de plaisir lorsque l’orgasme était venu la prendre. Il revoyait la façon dont il entrait et sortait d’elle et sentait son sexe durcir en elle. Oh que oui, la nuit ne faisait que commencer et il comptait bien la faire crier encore. Il laissait ses mains glisser le long de ces hanches, remontant à ses seins, continuant son manège avec sa langue sur ce corps qu’il connaissait par cœur, sachant où appuyer, où lécher, où insister, où frôler pour l’amener là où il le voulait. Ces mains passèrent dans son dos, caressant la chute de ces reins pour venir empoigner ces fesses.

Tu es toujours aussi bonne Crystal Murmurait-il à son oreille.

Il s’en fichait que cela pouvait être prit comme péjoratif, elle était bonne, elle était la seule à connaitre sa vraie nature, enfin pas toute sa véritable nature, mais il pouvait se laisser aller avec elle, plus fort, plus vite, ne cherchant pas midi à quatorze heure, aller droit au but ! Il venait mordre ses lèvres et la soulevait de nouveau par les fesses, la table oui, c’était à une bonne hauteur, mais maintenant, il irait bien baptiser son lit et l’emportait rapidement vers sa chambre, sauf qu’il n’arrivait pas encore à sa chambre, mais dans le salon. Il voulait la sentir bouger sur lui, voir ses seins sauter, qu’elle les lui mette sous le nez, qu’elle prenne possession de lui et tout en pensant à cela, il l’embrassait à pleine bouche, commençant à ressentir les coups de ces ongles dans son dos. Ce n’était rien, demain il n’aurait plus rien, il cicatrisait vite. Ses mains malaxaient ses fesses et s’asseyait sur l’un des fauteuils qu’il avait fait venir un peu plus tôt. Sa bouche venait prendre l’un de ces mamelons, le mordant, tirant dessus, léchant les pointes, ses mains remontaient dans son cou, plongeant dans ses cheveux, il voulait la sentir danser sur lui, la voir le chevaucher, se déhancher comme la tigresse qu’il connaissait. Il n’était pas dans la douceur, il était un peu moins dans l’urgence, mais toujours dans le fait de la remplir, de la sentir contre lui, de la voir. Il n’était pas repu d’elle loin de là, il était encore en manque, il avait toujours faim d’elle et ne savait pas comment cela s’arrêterait, car il ne comptait pas s’arrêter, pas alors qu’elle était prête à le recevoir encore et que de toute manière, il était toujours en elle, laissant leurs deux sexes se conquérir l’un l’autre. Il attrapait son visage pour l’embrasser, il ne résistait plus à ces caprices, il avait faim, encore et toujours, il voulait tout d’elle, tout ce qu’elle pouvait donner et se redressait pour lui parler à l’oreille.

Je veux te voir comme jamais, laisse-toi aller, chevauches-moi, soit une véritable furie !

Sa voix était tout sauf suppliante, elle donnait des ordres, elle était faites pour cela et son corps venait déjà à la rencontre de sa femelle, mordant dans son cou, aspirant la peau entre ses dents pour mieux la marquer, il voulait qu’elle se donne, qu’elle se donne tant qu’elle ne puisse plus bouger.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Dim 27 Mai - 4:20

Un sourire s’affichait sur mes lèvres. Non je ne prenais pas les mots prononcés par Marcus comme quelque chose de mauvais, mais plutôt comme un compliment. Puis je n’étais, et je n’avais d’ailleurs jamais été une fille avec qui on devait dire des mots doux à l’oreille, donner des roses, lui faire la cour et tout le blabla. Peut-etre que j’aurais pu être une telle fille, si ma vie avait été différente. Car c’est la vie qui forge notre caractère. Et le mien… Bah disons que j’étais différente de la plupart des femmes. Ah oui, je ne vous ai pas dit ? Je fume, je bois et j’insulte comme un homme. J’ai aussi le poing assez rapide et je déteste qu’on se met à travers de mon chemin. Alors non avec moi pas besoin de prendre des gants ou de me bercer d’illusions, je savais à quoi le monde se résumait, je savais comment les hommes étaient, et je connaissais Marcus. Alors oui, je prenais ça comme un compliment, mélangeant ma langue avec la sienne dans une danse sensuelle, comme réponse à ses paroles. Et lorsqu’il me soulevait, instinctivement je remis mes jambes autour de sa taille, mes mains autour de son cou, alors qu’on parcourait la pièce, pour finalement s’arrêter sur le fauteuil. Moi sur lui, le laissant prendre encore possession de moi, ses baisers, sa langue qui parcouraient mes seins, ma nuque. Je sentis à nouveau monter le désir en moi.

Je pouvais suivre le rythme longtemps même, mon endurance était bonne. Cependant j’avais l’impression que celui de Marcus surpassait de loin le moins. Il ne semblait même pas essoufflée, alors que moi, mon cœur battait la chamade. Mais j’étais sure de pouvoir encore continuer plusieurs ronds comme ça. Mes mains passaient sur le dos, le caressant des bouts des doigts, des bouts des ongles alors qu’il venait me murmurer d’autres paroles à l’oreille, tout en me laissant en même temps des marques rouges dans la nuque. Super… Maintenant j’allais devoir expliquer ca à ma colloc et aux amis trop curieux. Cependant ses mots, ses ordres me firent sourire. Il était ivre, ivre de moi, et j’aimais ressentir ça. Etrange pour quelqu’un qui avait tenté de lui échapper encore il y a quelques minutes. Approchant mon visage du sien, je lui murmurais à l’oreille. « Et si tu me donnais une bonne raison pourquoi je devrais obéir à ta requête. » Attendant une réponse de la part de l’homme, Crystal lui mordillait doucement l’oreille, avant de passer sa langue sur les contours de cette dernière.

Oh oui, je voulais me montrer dominante, le dominer, le sentir encore en moi, que c’est moi qui décidais quand il allait chavirer de désir. Je voulais décider du rythme, le sentir me désirer encore plus, le torturer de désir. Jusqu’ici c’était lui qui avait décidé de tout, j’avais subit. Oh j’avais subis avec plaisir, car bon sang qu’est-ce que c’était bon. Mais maintenant qu’on attaquait un autre rond, je comptais bien d’abord m’amuser un peu avec lui. Il me voulait comme une furie ? Mmm il devait savoir que je n’aime pas les ordres, sous aucune forme. Et puis là je voulais d’abord jouer. Jouer encore et encore, jusqu’à ce qu’il se montre encore plus brutale avec moi, jusqu’à ce que la passion le consume complétement. Il voulait la furie, mais il allait avoir droit à la diablesse en personne. D’ailleurs je ne tardais pas à me détacher, à briser ce qui nous unissait, à le faire glisser hors de mon clitoris. Mais qu’il n’ai crainte, je ne comptais pas m’en aller… Du moins pas encore.

L’embrassant d’abord une fois, avant de gouter à sa sueur légèrement salé que je léchais avec ma langue. Langue qui ne tardait pas à descendre de plus en plus. Je sentis son ventre se crisper, attendant espérant que je fasse à quoi il pensait en ce moment même. Créant des petits cercles sur le bas ventre de Marcus à l’aide de ma langue, je comptais pourtant m’amuser encore un peu, avant de lui donner cette délivrance à laquelle il s’attendait. Ma langue allait doucement caresser son membre. Je le pris un court moment en bouche, mais pas assez pour le combler. Remontant vers son visage, je lui murmurais. « Je veux t’entendre supplier…. Supplie moi. » Il voulait m’ordonner ? Moi je voulais l’entendre supplier. Et il allait me supplier, mes doigts allaient caresser ses bijoux de famille, alors que mon regard le fixait. Cèdes et je te ferais monter au paradis, résiste et tu n’étais pas à la fin de ton supplice hormonale.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mar 29 Mai - 8:22



Marcus était ivre d’elle, il lui en fallait encore, il la voulait encore et surtout, il pouvait la prendre toute la nuit s’il le désirait, il avait une force à toute épreuve et surtout son physique suivait le mouvement. Son cœur était un peu plus accéléré, mais sans plus, comme s’il venait de courir un cent mètres, donc pour lui ce n’était rien. Il sentait le sang courir les veines de sa femelle, il entendait son cœur battre à tout rompre et c’était ce son qui lui disait jusqu’où il pouvait aller avec elle. Elle était douée, elle était bonne, elle avait un cul qu’il avait envie de prendre, mais pour le moment, elle descendait sa langue là où il n’aurait pas cru qu’elle irait si vite. Il résistait au fait de lui tenir la tête et de s’enfoncer entre ses lèvres, serrant les accoudoirs si fort qu’un craquement sinistre se faisait entendre, se répercutant dans les pièces presque vide. Ses yeux dorés brillaient de désir tout autant que d’envie voyant sa langue se frayer un chemin sur son corps, venant l’enrouler pour mieux remonter. Il détachait une de ces mains d’un des accoudoirs pour venir la plaquer contre l’arrière du crane de son amante, venant prendre violemment ses lèvres avec gourmandises. Il avait envie de la voir sauvage comme avant, il la voulait le baisant de toutes ces forces, le faire jouir comme il l’avait fait quelques instant plus tôt avec elle et d’une manière ou d’une autre, il aurait ce qu’il voulait. Il reculait sa bouche, juste le temps de lui parler, franchement, comme à son habitude.

Personne ne te connait mieux que moi, niveau cul ma chère, et je sais que tu aimes le pouvoir et moi aussi. Prends ce que je te donne, sinon, tu sais très bien ce qui se passera.

Il s’amusait avec elle, comme elle faisait avec lui, sauf que lui assouvirait sa soif de désir et la laisserait au bord de l’extase jusqu’à ce qu’elle crie grâce. Il pouvait l’amener à un tel point qu’elle demanderait n’importe quoi pour pouvoir obtenir l’orgasme tant attendu. Il savait de source sûre que lui-même était dans ce cas, c’était à celui qui allait avoir l’autre, il n’y avait ni gagnant, ni perdant, car au bout du compte, chacun trouvait toujours son compte. Il reprenait ses lèvres fougueusement, sentant le sang perler des lèvres de son amante et vint lécher le sang. Son instinct animal se réveillait, mais Marcus le faisait taire, elle n’était qu’à lui, pas à la bête. Son autre main venait caresser ses hanches pleines, suivant la rondeur de sa cuisse pour mieux glisser sur ses fesses. Il les empoignait, s’insinuant entre ses deux globes son index. Ce dernier venait jusqu’à son vagin, prendre de sa jouissance précédente pour se faire mouiller et remonter à son autre entrée. Il continuait son manège à plusieurs reprises, enfonçant un peu plus son doigt entre ses fesses. Elle aimait tout et lui aussi, même ce qui était interdit, surtout ce qui était interdit ! Il mordait ses lèvres l’une après l’autre, sentant bien qu’elle s’amusait avec ses bourses, il ne comptait pas la supplier non, il comptait bien la faire plier, mais parfois, l’envie étant plus forte, il ne pouvait se taire et prendrait sa revanche par la suite. Il faisait des vas et viens avec son index dans cette entrée plus étroite, plus fine, meilleur pour baiser, surtout lorsqu’il était enserré, sentant qu’elle se rétractait autour de son doigt, il imaginait que trop bien autre chose. Il essayait tant bien que mal de soutenir son regard, mais il dû fermer un instant les yeux, sentant son extrémité soumise à rude épreuve, il ne rêvait que d’une chose, voir sa bouche le gober, il savait qu’elle ne pouvait pas le prendre totalement, il était trop gros, trop long, surtout depuis qu’il n’était plus humain seulement, mais il voulait voir sa tête monter et descendre sur son membre, il voulait sa bouche, sa langue l’encercler, le pomper, le sucer telle une friandise, mais elle ne lâcherait rien, tant qu’il ne supplierait pas. Il haussait ses hanches vers elle, mais ce n’était pas assez et lâchait enfin ce qui lui ferait apporter ce dont il avait envie.

Ok, c’est bon, je te supplie de me baiser comme tu le veux, mais putain, prends là, ne me laisse pas comme ça !

Il sentait qu’il allait exploser tant son désir contenu menaçait de se servir lui-même. Oh, il comptait bien lui faire subir le même supplice, plus tard, c’était clair, il comptait l’exciter la faire tremper, qu’elle mouille sans cesse, sans pouvoir jouir, mais en attendant il n’attendait qu’une chose, qu’elle l’avale, quelle lui fasse ce qu'il voulait comme elle savait si bien les faire. Il ne pouvait pas ne pas se rappeler de leurs parties de sexe, elles étaient toujours chaude comme la braise, inventif des deux cotés et surtout jouissif ! Il savait que si elle ne venait pas à lui, il viendrait à elle et surement pas comme elle aimerait…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mar 29 Mai - 10:50

Peut-être que c’était pour ca que cela ne pouvait pas marcher entre lui et moi. La passion, mais aussi le sentiment de vouloir être le dominateur ou dans mon cas dominatrice. Deux dominants dans un couple, est-ce que ca marche ? Ah et puis de toute manière, on n’était pas un couple. Ce n’était pas cette partie de jambe en l’air qui allait me repousser dans ses bras. Non ce soir ce n’était qu’un petit plaisir que je m’offrais. Rien de plus, rien de moins. Mais revenons plutôt à l’aspect dominant. Oui, Marcus était dominant, peut-être un peu plus que moi. Mais de toute manière, je l’étais aussi. Je ne l’avais pas invité à revenir dans ma vie. Non il s’était pointé comme ca. Donc oui, c’était un dominant. Mai moi aussi, je ne supportais pas qu’on me dise quoi faire. Têtue, bornée, obstinée, choisissiez le mot que vous préférez ils me vont tous. Et oh oui, je savais comment tout cela risquait de se passer. Mais je ne comptais pas lui obéir. Il me voulait, il m’avait prit. Maintenant je n’ai jamais dit que j’allais être sa petite marionnette qui allait obéir à ses ordres et prendre ce qu’il me donne. Voyons Marcus… Je pensais que tu me connaissais mieux que ca. Non ce soir, je voulais un peu jouer. Le sentir, l’entendre me supplier. La tigresse en moi allait devoir attendre. Et puis pas sure que je la sorte ce soir… Après quoi pourquoi la sortir ? Pour le combler ? Et dans quel intérêt ? Ah non, je ne voulais pas suivre les règles du jeu qu’il avait restauré. C’est mes règles que je voulais suivre, rien que les miennes. Et tant pis si cela ne le convient point. Ce n’est pas moi qui suis venu le trouver…. Mais plutôt l’inverse. Son baiser affamé me surprit légèrement, surtout lorsque je goutais mon propre sang dans ma bouche. Mais j’avais l’habitude de cette violence, et c’était ce que j’aimais.

Et c’est ainsi qu’une partie de chasse commençait. Qui allait céder en premier ? Moi j’avais déjà été comblé, à deux reprises. Lui qu’une seule fois et je savais qu’en jouant ainsi avec ma langue, aves ces bijoux, qu’il avait du mal. Je le voyais dans ses yeux, je le sentis dans ses actes. Il tentait de m’exciter, il y arrivait, mais au fil du jeu, je sentis qu’il était plus hésitant, plus prise par le désir, par l’envie que je lui incitais. Mais il savait que tant qu’il n’aurait pas dit les mots magiques, je n’allais rien faire. Et c’est avec un petit sourire sur les lèvres que je le regardais droit dans les yeux en entendant les paroles tant attendues. Bingo ! J’avais gagné. Et pendant un court laps de temps je fus tenté de le laisser là, mais ca serait trop cruel. Et puis il risquait d’y avoir des représentais si jamais je faisais ca. Alors avec un sourire de vainqueur sur mon visage, je mis mes deux genoux à terre, et glissait le membre de Marcus dans ma bouche avec un mouvement lent. L’encerclant avec ma langue, aspirant de temps à autre. Je profitais un max pour faire durer le plaisir. De temps à autre je le pris avec mes deux mains, telle une glace que je léchais délicieusement. Lui jetant de temps un temps un regard de braise, avant de replonger dans ce petit ‘travail’. Je le sentis dure et désireux. Signe pour moi, d’accélérer un peu plus la cadence. Mes deux mains sur ses cuises alors que ma langue et mes lèvres roulaient sur son entre-jambe, mes mouvements allaient de plus en plus vite. Cependant je me permis de diminuer de temps en temps la cadence, question de faire durer la chose encore un peu plus longtemps.

Lorsque je sentis le liquide chaud se rependre dans ma bouche, je continuais encore plusieurs mouvements, question de bien avoir tout, avant de me retirer. De lui arracher un baiser et de me relever. On a beau dire ce qu’on veut, mais cela fatigue les muscles du visage. Surtout si l’entre-jambe est long, dure et large. Alors que je laissais Marcus encore un peu profiter de son soulagement et de l’extase, pour ma part tout cela m’avait assoiffé. Car même si je venais d’avaler son liquide, cela me laissait un gout de sécheresse dans la bouche. Je ne tardais pas à trouver la cuisine, ou je me servis un verre d’eau. Mon regard observait la pièce, les meubles, la vue qu’il avait. Et puis tout à coup, je me rendais compte qu’on pouvait facilement voir mon appartement d’ici ! Mon regard allait vers les fenêtres, il y avait de la lumière. Rakel était donc de retour. Signe pour moi de rentrer. Je déposais le verre sur la table, et allait ramasser mes vêtements. Marcus ne pensait quand même pas que je comptais passer la nuit ici ? Ce n’était qu’une partie de jambes en l’air, chose que je ne comptais pas refaire une deuxième nuit et puis je savais bien que si je restais la nuit ici, non seulement Rakel allait s’inquiéter et me poser plein de questions. Mais d’autant plus le matin venu ca sera la même scène que maintenant. Lui et moi en train de détailler ce que la passion veut dire. Et je ne voulais pas. Non si j’avais laissé mon corps prendre le dessus ce n’était que pour une fois. Je ne voulais pas retomber dans un de ces cercles vicieux remplit d’hormones et de passion dont on ne s’en sort jamais sans blessure.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 31 Mai - 8:58

Marcus ne considérait pas qu’il avait perdu, au contraire, elle lui avait tellement bien fait cette fellation qu’il en restait encore un peu assis sur son fauteuil, enfin ce qu’il en restait. Elle y avait mit du cœur à l’ouvrage, oh oui, il l’avait observé le temps qu’il avait pu tenir ainsi et n’oublierait surement pas cette vision qui l’excitait de nouveau. Il ne savait pas quand il serait rassasié, mais ce n’était pas pour tout de suite. Elle avait réussit à lui soutirer ces mots, mais il avait reçu un plaisir qui ne le faisait pas réfléchir, non, il c’était laissé aller, venant à sa rencontre, la laissant maitresse de son corps pour cette fois. Il tournait la tête vers elle, vers sa femme et la voyait chercher quelque chose et lorsqu’il la vit prendre ses vêtements, il se redressait d’un coup, se postant derrière elle. Il posait ses mains sur ses épaules et l’encerclait de ses bras collant son torse à son dos.

Dites-moi vilaine fille, on voulait s’enfuir ? Relevant la tête, il voyait de la lumière en face. Tiens donc, ton amie est rentré… Hum, aurais-tu peur qu’elle te pose des questions. Il mordait doucement sur son oreille descendant dans son cou, remontant l’une de ces mains sur sa poitrine tandis que l’autre venait entre ces cuisses. Lorsqu’il se mettait à parler de nouveau sa voix se faisait douce. Dis-moi une chose Crystal, tu es sure de ne pas vouloir rester ? J’ai encore envie de toi ma chérie, j’ai encore envie de te prendre, de te baiser jusqu’à ce que TU demande grâce… Il les rapprochait des baies vitrées teintées, de jolies baies vitrées qui laissaient passer la lumière, mais personne ne pouvait voir ce qui s’y passait. Il rêvait de la plaquer contre la vitre et lui écarter les cuisses pour la remettre dans le droit chemin.

Elle pouvait toujours refuser, mais il savait comment faire pour qu’elle accepte. Il aimait dominer le monde, son loft le prouvait grandement, il aimait la dominer, mais il voulait surtout la marquer encore. Coucher avec elle était toujours ce qu’il préférait, les autres, même si elles se déhanchaient parfaitement sur lui, l’amenant à l’orgasme attendu, il avait toujours eut un faible pour elle. Il n’était pas venu juste pour la traquer, la voir, la frapper, non, il la voulait pour lui, ici et cela prendrait le temps qu’il faudrait, mais elle reviendrait de toute manière. Il sentait son membre dur une fois de plus, quelle douce idée de s’être fait mordre par un lycan, il avait plus d’endurance, plus de souffle, plus d’envie de sexe, il ne pouvait pas le nier, il avait toujours envie de coucher avec les femmes. Il savait qu’elle n’était pas docile, ni même soumise, mais le plaisir qu’il pouvait lui donner surpassait largement tout ce qu’elle avait pu avoir lorsqu’il était enfermé.

Tu imagine ? Toi là en train de te faire baiser et elle là-bas, se demandant ce que tu fais ? N’est-ce pas excitant ? Tu n’as pas envie de ressentir cette jouissance ? Tu veux que j’ouvre la vitre peut-être ? Il suffirait d’un seul passant pour voir combien tu es bonne, combien tu vaux le déplacement, pourquoi je suis revenu jusqu’à toi.

Il murmurait à son oreille, laissant ses sens prendre possession de lui, il était fin prêt à coucher avec elle une fois de plus.

Je veux te faire jouir, t’entendre prendre ton pied une fois de plus, tu ne peux pas savoir le nombre de fois où j’en ais rêvé en prison entre autre chose.

Oui, il n’allait surement pas lui dire qu’il l’avait également vu se faire frapper pour ce qu’elle lui avait fait, il ne lui dirait pas non plus qu’il c’était vu la surveiller, la suivre, la faire devenir folle à lier pour se venger. Tout cela restait dans un coin de sa tête, pour le moment, tant qu’elle ferait ce qu’il lui dirait, elle aurait du sursis. Il la malaxait un peu plus, empoignant ses fesses, glissant son membre entre ses deux globes, le frottant tout du long, mordant sans cesse on cou, laissant des marques sur son corps, tirant sur ses mamelons du pouce et de l’index, les faisant rouler.

Juste cette fois, dis-moi oui

Il ne laissait rien au hasard, embrassant, mordant son dos, ses épaules, tout y passait, clavicules, omoplates, creux des reins, fesses, il lui faisait ressentir ce dont il avait envie et ce n’était pas jouer à la dinette.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 31 Mai - 23:03

J’étais sur le point de retrouver toutes mes vêtements qui étaient dispersés un peu partout dans l’appartement, lorsque je sentis Marcus contre moi. M’empêchant de continuer. Je soupirais lorsqu’il se blottit contre moi, me bloquant tout autre mouvement. Tiens donc, ton amie est rentré… Hum, aurais-tu peur qu’elle te pose des questions. « Lache-moi, Marcus. » Ma voix n’était ni autoritaire ni une demande, elle était neutre. Je voulais rentrer chez moi, non parce que j’avais peur des questions que Rakel pourrait me poser, mais parce que je ne voulais pas qu’elle s’inquiète pour moi et aussi parce que je ne voulais pas passer la nuit dans les draps de mon ancien amant. Je sentis ses mains glisser sur mon corps, ma poitrine, mes cuisses, alors qu’il me mordillait l’oreille pour descendre dans ma nuque. Un supplice, surtout que je ne voulais pas rester. A ses paroles je riais doucement. Demander grâce moi ? Même si mon corps ne suivait plus, mon esprit était bien trop borné pour demander grâce. « Je ne demanderais jamais grâce. Mais là, il faut que je rentre. » Je tentais de sortir de son emprise, mais peine perdu, il m’obligeait déjà à m’approcher des fenêtres. Mon regard se posait sur la rue, sur mon appartement, alors qu’il continuait à me parler.

Ses paroles créaient chez moi de l’excitation, l’excitation de l’interdit, de faire ça à la vue de tout le monde et en même temps sans qu’on puisse réellement nous voir… Oui, c’était excitant. Marcus avait toujours su ou il fallait appuyer non seulement pour me faire céder physiquement mais aussi pour m’attirer mentalement. Ses baisers dans ma nuque, ses mordillements, me firent frissonner tout comme ces paroles qui excitaient et réveillaient mes sens. Il me marquait sans que je m’en rende vraiment compte, c’était tellement bon. Pendant un court moment, je fermais mes yeux, sentant sa chaleur son mon corps, ses mains, ses lèvres. J’étais presque parti pour lui souffler le oui, tant attendu. Il me donnait envie. Oh oui ! Mais en ouvrant les yeux, je remarquais Rakel près de la fenêtre, portable dans la main. Et quelques secondes plus tard, mon portable dans mon sac se fit entendre. Et je redescendais sur terre. « Non, Marcus. Je t’ai dit oui, je suis montée avec toi. J’ai pris mon pied. Maintenant je rentre. Et tu ferais mieux de me laisser tranquille. » Ou sinon quoi ? Bah on savait tous que je pouvais me montrer très violente. Et les trois années ou il ne m’avait plus vu, ne m’avait pas vraiment adoucis, au contraire. Je savais à présent mieux me défendre, me battre.

D’un coup sec, je pivotais et me retrouvais face à lui, le repoussant de mes deux mains, je glissais entre ses bras avant qu’il puisse me rattraper. Et oui, si on n’a pas la force nécessaire pour repousser l’adversaire, il faut être rapide. Et ma petite taille jouait dans mon avantage. D’une seule main, j’avais recueilli mon sac à main. Ne portant plus aucune attention à Marcus, grosse erreur de ma part, je sortis mon portable et résonnait à Rakel. Attendant qu’elle réponde, je commençais déjà à me rhabiller. Misère, voilà une chose que je déteste, devoir chercher mes vêtements partout sur le sol, à la porte d’entrée, sous un meuble, sur le canapé… Enfin je finis par tout retrouver, sauf mon soutien-gorge ! Super, il se cachait ou celui-là. Etrangement Rakel ne répondit pas. Mon regard allait vers mon appartement. Est-ce qu’elle avait mis la musique trop forte ? Ou peut-etre qu’elle était sous la douche ? Oui, cela devait être l’explication. Bah je n’avais plus qu’à lui laisser un message vocal. Mais au moment où je voulais ouvrir ma bouche, Marcus m’avait déjà arraché le GSM hors de mes mains et avait raccroché. Je le foudroyais du regard. D’un pas j’étais près de lui. « Redonne moi ca. » Il voulait avoir la furie ? La il risquait de l’avoir, mais pas dans le bon sens du terme et pas dans le sens qu’il aurait souhaité !

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 7 Juin - 4:57

Elle croyait vraiment qu’elle pouvait partir ? Marcus comptait bien se satisfaire encore une fois et surtout il ne lâcherait surement pas de sitôt. Son portable dans les mains, il ne comptait pas le lui rendre, d’ailleurs pour être sur, il le broyait entre ses doigts et laissait les morceaux tomber au sol. Il attrapait Crystal par les épaules et la plaquait contre le mur derrière elle. Elle ne voulait pas se laisser faire ? Lui montrer combien elle avait envie de lui, car son corps ne refusait pas ce qu’il voulait lui donner, c’était son esprit qui était trop coincé et Marcus allait lui décoincer le cul.

Je suis venu pour toi, Crystal, pas pour quelqu’un d’autre, alors tu va me faire le plaisir de rester avec moi, ici, c’est bien clair ?

Il était tout ce qu’il y à de plus autoritaire. Sa force était bien plus puissante qu’avant et il pouvait lui broyer les os tout comme il avait mis en miettes son téléphone. De toute manière, à qui pouvait-elle appeler ? Il était là, cela devrait lui suffire, d’ailleurs, il avait bien senti son excitation, son envie, son besoin, elle était prête pour lui et il s’en foutait que sa bouche disait non, elle l’avait sucé bien mieux que si c’était juste pour le cul. Il prenait violemment ses lèvres, lui mordant fortement, la faisant saigner. Il léchait ses lèvres, ses pupilles se dilataient sous l’odeur du sang, la bête en lui en voulait plus, beaucoup plus. Elle pouvait se débattre, il n’était plus seul et il comptait bien s’occuper d’elle d’une manière ou d’une autre.

Je pense que tu n’as rien compris Crystal, tu es là, tu y restes !

Sa voix n’avait plus rien d’un être humain, elle grondait plus comme un animal qu’un homme. Il arrachait le peu de vêtements qu’elle avait réussi à mettre sur son dos, les dégageant rapidement et lui bloquait les bras derrière son dos, contre le mur. Il avait toujours envie d’elle et il se souvenait très bien des jeux qu’ils faisaient ensemble, lorsqu’il jouait le rôle du violeur, la prenant de force, elle aimait cela et lui aussi. D’ailleurs, c’est ce qu’il faisait, il jouait avec elle, reprenant ce rôle à la perfection. Il attrapait ses cheveux pour lui taper la tête contre le mur, l’assourdissant un peu et reprenait ses lèvres avec plus de fureur que de tendresse. Enfouissant sa langue dans sa bouche, il en profitait pour lui écarter les jambes. Le vrai problème, c’était qu’elle se débattait trop et même si elle n’avait pas plus de force que lui, elle glissait entre ses mains. Il ne cherchait pas plus longtemps et lui mettait une gifle, elle aimait les rapports de force, il allait lui servir ce qu’elle voulait sur un plateau.

Marcus n’était plus lui-même, ses yeux étaient ceux de son loup, il avait faim et allait assouvir cette faim dévorante. Crystal se retrouvait à plat ventre sur la table tandis que le loup, même s’il était encore sous sa forme humaine, venait la prendre d’un coup. Il aimait la résistance qu’elle lui donnait, il voulait cette résistance juste pour pouvoir la baiser plus fort et c’était ce qu’il faisait. Il n’y allait pas de main morte, passant un bras sur son ventre pour la placer comme il le voulait et l’autre main sur la tête de la femelle plaquée contre la table. Il n’y avait plus rien dessus, ni aux alentours d’ailleurs, seuls leurs deux corps étaient en mouvement, tout le reste avait disparu. Marcus était en second plan, il voyait ce qui se produisait et ne faisait rien, il était trop pris dans la frénésie du moment pour comprendre ce qui se passait réellement entre eux deux et son corps ne cessait de venir en elle, la martelant toujours plus, plongeant sans cesse entre ses cuisses jusqu’à la délivrance finale. Il l’encerclait de ses bras et embrassait sa peau, pensant que c’était même meilleur qu’avant, l’attente était vraiment ce qui était le mieux, attendre, puis conquérir.

Ne me dis pas que tu n’as pas aimé, tu as toujours eut une préférence pour ce jeu bébé. susurrait-il à son oreille, la tenant fortement entre ses bras. Oui, il l’avait retrouvé, il ne la laisserait plus repartir.

Il regardait les traces sur la table, de grosses traces de griffes étaient apparut... Ses mains c'étaient allongées pendant le coït, enfin surtout les griffes...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 7 Juin - 6:56

Portable qui tombait en miette sur le sol, j’allais riposte, le pousser, lui donner un coup de colère, mais il fut bien plus rapide que moi. Mon dos touchait lourdement le mur, mais je ne laissais rien échapper de mes lèvres. Marcus se montrait autoritaire ? Et il pensait qu’elle allait lui obéir ? Je rias déjà. Me foutait bien de son ton autoritaire. Il capturait mes lèvres, je sentis une douleur en me réalisant qu’il venait de mordre ma lèvre, et à ses paroles je me débattis, hors de question que je le laisse faire. Je n’étais pas son objet, ni sa marionnette, ni même sa femme ! Mais dans ma hâte de sortir d’ici, en suivant mes simples pulsions et en venant ici, je me réalisais que je m’étais mise dans un sac de merde. Et oui, encore, Crystal et ses problèmes ! Un de ces quatre fallait que je pense à écrire un livre sur tous mes problèmes que je m’attire à cause de mon petit caractère ! Mais quelque chose en Marcus avait changé, et je commençais à ressentir de la peur. Il m’arrachait les vêtements alors que je me débattis, tout en lui ordonnant d’arrêter. « Arrête ! Marcus ! Lâche-moi ! » Mais il devenait de plus en plus brutale, m’attrapant par les cheveux ma tête cognant contre le mur, que pendant quelques instants je crus voir des étoiles. Il profitait de se moment pour m’écarter mes jambes. Mais j’étais rapide, j’étais une battante et l’instinct de survie s’était réveillée. J’échappais à ses mains, mais je n’arrivais pas bien loin.

Son coup de poing venait si fort que je perdis l’équilibre et que je me retrouvais sur le sol. J’étais sur que j’allais encore garder cette marque sur mon visage pendant quelques jours. Mais dans un combat, mélangé de passion et de haine, il n’y a pas de répit. Marcus était plus fort que moi. Il l’avait toujours été. Et j’avais toujours eu une certaine peur envers lui. Mais là, c’était différent, c’était pire. Je ne le reconnaissais plus. Même son regard avait changé ! Avant même que je puisse réellement me débattre je me retrouvais déjà sur la table, à plat ventre. Je savais ce qui allait arriver et ma voix se fit plus forte, avec une légère détresse. « Non Marcus ! Arrête ! » Mais il ne semblait pas m’entendre, ou refusait de m’entendre. Et lorsqu’il s’enfonçait en moi, de force et avec violence, je laissais échapper un cri de douleur. Je tentais de me débattre, de changer de position, de délivrer de son emprise, mais il s’acharnait de plus en plus. "S'il te plait... arrête" Je ne suppliais jamais d'habitude, mais là je voulais qu'il sort de moi, que je reprenne possession de mon propre corps. Mais non... De plus en plus de violence, de plus en plus de force et de plus en plus profond. J’avais l’impression que chaque geste que je fis pour me délivrer lui donnait plus de champs libre, car je le sentais de plus en plus profond en moi. S’acharnant comme une bête, ne me donnant aucun répit. Mais je continuais à me débattre, en veine et vers le désespoir.

Et puis arrivait la délivrance, pour lui, pour moi… surtout pour moi. Je le sentis se calmer, encerclant de ses bras mon corps, alors que j’avais arrêté de me débattre. Je tremblais et je n’aurais pas pu dire ce que je ressentais en ce moment-même. Il m’avait utilisé, contre toute volonté, fait de moi ce qu’il voulait. Et je détestais ca, j’avais toujours détesté être impuissante. Je sentis ses mains sur mes épaules, me caressant, alors qu’il me gardait contre lui. A m’être débattu pendant tout ce temps, j’en étais fatigué. Mon corps me faisait mal, mes muscles me faisaient mal tellement que j’avais tenté de lui échapper. Même quand je respirais cela me faisait mal. Dans un premier laps de temps, je ne tentais même pas de sortir de ses bras, craignant qu’il allait refaire la même scène. Si j’avais aimé ? Non, loin de là. Si d’habitude ce genre de jeux pouvait m’amuser, il n’avait toujours s’agit qu’un espèce de jeu de rôles. Alors qu’ici non, c’était réel. Il m’avait prit contre ma volonté et loin de la manière douce. J’en tremblais toujours d’ailleurs. « Lache-moi Marcus, il faut que j’aille à la salle de bain… »

J’ignore comment je pouvais faire ca, sortir de mon corps, et agir aussi normalement. Je pense que c’est quelque chose que j’ai fini par apprendre lorsque j’étais petite. A force d’avoir chaque nuit des cauchemars sur la mort de ses parents, une certaine auto-défense se crée, un mur, ou dans mon cas plutôt une muraille. Et si pour l’instant je tentais de me reprendre en main, pour sortir d’ici. Car oui, la première chose à faire c’était bien de sortir de cet appartement. Et pour cela fallait retrouver mes esprits. En me relevant doucement de la table, j’avais du mal à faire refonctionner mes jambes. J’avais trop lutté. « Ta salle de bain est ou ? » Je tentais d’agir normalement. Me disant que c’était la seule manière de lui échapper. Du coin de l’œil j’avais remarqué les mains de Marcus ainsi que les marques sur la table… Mon cœur fut un deuxième bond… Oh non… Pas un lycan…. Pas possible… mais mes instincts de prime sur ces preuves là ne pouvaient pas mentir. Voila ce qui expliquait sa force, sa résistance… Merde… Je me retrouvais dans une situation encore pire qu’avant. *Et grand applaudissement pour Crystal Anderson ! D’abord tu te retrouves dans une situation ou un vampire te prend ton sang jusqu’à ce que tu tombes presque dans les pommes, et maintenant tu te fais violer par un lycan ! Ah bah c’est du joli ! Faut vraiment que tu écris un livre là-dessus.* Oh non, je ne me sentais pas bien… Pas bien du tout. Je n’avais pas la force de lutter, de l’attaquer. Mes muscles se faisaient toujours aussi mal. Ma tête ne voulait pas réfléchir à ce qui venait de se passer. Mais mon corps lui ne pouvait oublier la force et l’acharnement.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 14 Juin - 4:55



Il la sentait tremblante et ne comprenait pas ce qu’elle avait, elle avait toujours aimé les jeux, pour lui s’en était un. Bon d’accord, il l’avait frappé, mais elle l’avait cherché à vouloir partir, lui il ne voulait que lui donner du plaisir et rien de plus. Il avait besoin d’elle et ne savait pas comment faire pour le lui faire comprendre, il pensait vraiment qu’elle serait un jour, avec lui, pour toujours, mais elle le fuyait, pas toujours, pas comme ce soir, mais la plupart du temps si. Il voyait ces mains redevenir humaines et lorsqu’il jetait un coup d’œil sur sa table, des traces de griffes étaient plus que présentes, il lui faudrait en changer, une fois de plus. Il maintenait debout Crystal contre lui, la réchauffant doucement dans ses bras et la portait telle une jeune mariée jusqu’à la salle de bain.

« Je vais te faire un bain bébé, ça va aller tout de suite mieux après. »

Il déposait de tendres baisers sur son épaules, la serrant tout contre lui. Il la déposait au sol, fermant la salle de bain d’un coup d’épaule et la gardait, sa peau nue contre la sienne. Il souriait, il était heureux de l’avoir retrouvé, que se soit son corps, leur jeux, sa présence, il en oubliait presque la cicatrice sur sa nuque, presque. Il faisait asseoir sa femme sur une chaise et mettait l’eau à couler dans la baignoire, gigantesque, elle pouvait contenir au moins trois personnes à l’intérieur. Il mettait des sels de bains et vérifiait la température en plongeant sa main dans l’eau. Il la regardait tendrement, son regard était redevenu celui de Marcus, l’amoureux transit, enfin, s’il avait existé un jour, mais toute la colère avait disparu, il était redevenu l’humain qui ne voulait qu’une chose : Sa Crystal. Il la reprenait doucement dans ses bras et entrait dans l’eau, la femme de sa vie dans les bras, puis s’asseyait avec elle. Il l’allongeait contre lui, caressant ses bras, ses épaules, son ventre, laissant la mousse envahir leurs deux corps réunis. Il se sentait bien, plus rien ne pouvait le mettre de mauvaise humeur.

« Tu m’as tellement manqué Crystal, tu ne peux pas imaginer à quel point ! » Murmurait-il tout contre son oreille.

Marcus devenait tendre avec elle, comme à chaque fois où il la frappait et qu’après il regrettait, sauf que là, il n’y avait aucun regret, il était persuadé d’avoir raison. Il entreprit de laver son corps, glissant sur ses membres tremblant encore un peu, laissant des baisers partout où ses mains n’allaient pas. Il se sentait d’humeur câline, surtout après autant de violence, son corps se reposait sans se rendre compte qu’il lui avait probablement fait du mal. Il faudrait qu’il lui parle un jour de son loup, du fait qu’il n’était plus lui-même tous les jours, mais cela viendrait, avec le temps. La pièce était emplie de vapeur, donnant une atmosphère voluptueuse, en tout cas pour Marcus. Il ne cessait de déposer des baisers dans son cou, sur ses épaules, mordillant la peau mince de son lobe de l’oreille. Il la serrait tout contre lui, se sentant plus léger rien que de l’avoir avec lui. Il se sentait d’humeur très différente, son cœur faisait des bonds dans sa poitrine, un peu comme si l’adrénaline l’avait transformé, il en était presque à lui dire des mots qu’il ne lui avait jamais dit, presque.

« Reste avec moi, s’il te plait »

Il lui tournait la tête doucement, lui prenant le menton et déposait un tendre baiser sur ses lèvres, toute sa fureur c’était évanouie en même temps que le loup qui le rongeait et glissait ses mains dans son cou, lui massant la nuque de ces doigts. Il n’y avait plus aucunes griffes, plus de pattes non plus, il était juste lui. Il voulait lui apporter de la tendresse, ils étaient souvent violent dans leurs ébats, mais après, Marcus se sentait toujours plus… souple


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 14 Juin - 7:37

Manqué.. Oh oui je pouvais me bien faire une idée à quel point je lui avais manqué… au point à la pousser dans la folie. Car c’était bien ce qui se passait. Il ne se réalisait même pas ce qui venait de se passer. Il pensait quoi ? Que j’avais supplié pour mon plaisir ? Que je m’étais débattu pour l’exister ? Ce n’était pas un jeu, c’était plus violent qu’un jeu. Bien plus violent. Et si d’habitude je prends du plaisir à être dominé, ici ce n’était pas le cas. Car je ne le voulais pas, et ce n’était pas être dominé que j’avais été mais vraiment utilisé. Et ca je ne supportais pas. Je n’avais pas la chance de m’éclipser vers la salle de bain, qu’il me portait déjà pour me faire couler un bain. Il me faisait quoi là ? J’étais trop surprise par ce changement de caractère que je ne sus quoi dire. Je finis par me retrouver contre lui dans le bain alors qu’il continuait à m’offrir des petits baisers, à me caresser, me câliner…. Mais qu’est-ce qu’il faisait ? J’étais la seule à avoir vécu la scène précédente ? J’en restais perplexe alors qu’il continuait à me donner de la tendresse… Chose que j’avais pas du tout l’habitude de recevoir. Et ca me fit bizarre.

“Je ne peux pas rester, Marcus….. » Pourquoi est-ce qu’il faisait tout ca ? Manquait des casses… Mouais sans aucun doute… De tous les hommes violents faut que ca soit moi qui tombe sur celui qui manque des casses ! « J’habite en face, ma colloc est surement en train de se faire un sang d’encre pour moi et je ne sais même pas lui téléphoner vu que tu as cassé mon cellulaire ! » Oui, je lui en voulais, et pas qu’un peu. Non seulement mon portable était foutu, fallait que je m’achète un nouveau, et je ne nage pas dans l’argent. Mais en plus de ca il avait le culot de faire comme ci rien ne s’était passé ? Comment pouvait-il faire ca ? Agir ainsi alors ce qu’il venait de me faire ? Je n’arrivais pas à y croire. Il y a encore quelques minutes il était le diable incarné et maintenant qu’il tentait de m’adouer avec ses caresses, ses câlins et même un massage ?

Doucement je commençais à reprendre mes esprits. Même si il était le tendre et aimant Marcus, je n’avais pas oublié ce qui s’était passé il y a quelques minutes. Oh non… Je n’oublie jamais quelque chose. Surement là mon plus grand problème. Ses mains étaient devenus un supplice, je me retirais, ne pouvait plus le sentir contre moi. « Ne me touche plus ! Comment t’ose encore me toucher après ce que tu m’as fait ?! » Dans un premier temps je me disais que c’était peut-être pas bien de lui crier dessus. Mais tant pis, ca devait sortir, j’étais comme ca. Franche toujours été. Et puis je ne supportais pas le fait que tout à coup il prenne soin de moi, alors qu’il y a deux secondes je le suppliais d’arrêter. Et sans que je m’en rende réellement compte des larmes avaient commencés à couler au long de mes joues. Et lorsqu’il fit un geste dans ma direction, surement pour me reprendre dans ses bras, je levais ma main, créant ainsi une barrière entre lui et moi. « Non, ne me touches pas. Sinon je te jure que je vais prendre le premier truc argenté que je trouve et te l’enfoncer dans la poitrine ! » C’était la colère mais aussi une certaine douleur qui parlait et sans m’en rendre compte je venais de dévoiler le fait que je savais ce qu’il était mais en plus de ca, je savais comment on devait le tuer. Décidément… Ce n’était vraiment pas ma soirée ! Mais je ne voulais pas le tuer. Je voulais simplement… Ah je ne sais plus… Je ne sais plus ce que je voulais. C’était brouillé dans ma tête. Rentrer chez moi, me cacher sous les couvertures comme lorsque j’étais gamine. Je sentis l’angoisse m’envahir, sentiments mélangés… Cela faisait longtemps que je n’avais plus ressenti ce genre de sentiment. Cette suppression. Faut que ca s’arrête… Cette suppression de sentiments qui je sentis au fond de mon cœur, ce stresse, l’angoisse et la peur… Je devais sortir, je devais sortir.

Mes idées n’étaient plus claires. On aurait dit subitement que je ne supportais pas d’être dans une pièce, d’un bond j’étais sortie de la baignoire. Je m’étais enfilé un essuie de bain et je me retrouvais déjà dans le salon. Mon regard ne cherchait plus qu’une seule chose. Mon sac à main. Trouvé ! Ma main glissait immédiatement dedans, cherchant la petite boîte orange dont j’avalais deux comprimés d’un coup. Je me servis un verre d’eau, mais dans ma hâte, ressentant toujours cette angoisse qui bloquait mon esprit le verre glissait sur le sol et lorsque je tentais de ramasser les morceaux cassés, je me fit une coupure profonde. « Idiote ! » M’insultant moi-même, je fermais les yeux tentant de reprendre mes esprits, mais j’avais du mal. Et le sang qui coulait n’aidait pas.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Lun 18 Juin - 4:45



Laisse j’ai ce qu’il faut. disait-il doucement.

Marcus l’avait suivi, de près de loin, il avait un gout amer en bouche, elle le fuyait encore, à croire qu’il était la peste et le choléra réunit. Comprendre les femmes, c’était un point délicat qu’il ne maîtrisait pas, au contraire, ou il était trop gentil et cela finissait comme lui, tout seul sur le bord de la route, ou alors c’était tout le contraire. Le juste milieu n’existait pas pour lui, ce qui lui portait préjudice, surtout avec Crystal. La baignoire se vidait lentement, Marcus portait une serviette autour de lui et allait récupérer sa trousse de secours, il avait toujours ce qu’il fallait vu le nombre de fois où il revenait de ses chasses, coupé plus ou moins légèrement. Il revenait et la faisait asseoir sur l’une des chaises du salon. Il poussait du pied les morceaux de verre en attendant et enlevait le petit morceau qui était incrusté dans la paume de sa main. Elle ne c’était pas raté en tout cas et l’odeur de son sang lui donnait envie de mordre dedans. Il aurait cru qu’il n’y avait que les vampires pour avoir cette idée là, mais son loup se manifestait, de la viande fraiche !

Marcus vérifiais doucement la plaie, la nettoyant, puis plaçait une compresse stérile sur la plaie et enfin utilisait un lien large pour l’emballer complètement. Il était concentré, ses cheveux plaqués en partie sur sa tête quelques mèches s’échappant venant se perdre sur son visage. Il vérifiait qu’il n’y ait plus de saignement et déposait sa main sur son genou. Il se relevait et allait chercher de quoi nettoyer le verre cassé, puis le mettait à la poubelle, il n’était pas à un objet jeté de toute manière. Il passait devant un de ces meubles, ouvrant le premier tiroir et sortant un boitier noir, puis revenait lentement vers Crystal, la sentant apeuré, en colère, des sentiments contradictoires se montraient sur son visage, perturbant Marcus plus qu’il ne l’aurait voulu. Il s’asseyait en face d’elle et repensait à tout ce qu’elle lui avait jeté à la figure. Il déposait le petit boitier, il s’agissait d’un téléphone, pas un petit bas de gamme, non, c’était tout le contraire et le laissait devant elle.

Il est à toi, j’en ai toujours quelques uns d’avance, au cas où.

Oui, c’était à chaque fois qu’il se transformait sans pouvoir se contenir, ces appareils là étaient si fragiles qu’ils ne supportaient pas le moindre choc, d’ailleurs, il en avait une dizaine d’avance, toujours, il en avait largement les moyens. Et puis vu comment il l’avait écrasé l’autre, forcément, il ne s’en voulait pas, mais il pouvait toujours lui donner celui-là. Ce n’était même pas pour sa gratitude, non, c’était juste comme cela, il l’avait cassé, il le réparait point final. Elle avait tellement parlé qu’il en avait oublié une partie, juste une chose, elle voulait encore le planter et pour cela, il fallait qu’elle s’approche de lui, hors d’après ce qu’il pouvait voir, elle n’était pas prête pour cela.

Je pense qu’il faudra que nous discutions, mais pas maintenant. Tu n’es pas en état d’écouter quoi que se soit. Il prit quelques secondes avant de continuer sur sa lancée, il le regrettait déjà, avant même de dire ces mots, mais il ne pouvait pas indéfiniment la séquestrer, même si l’idée était plus que tentante. Tu ferais mieux d’y aller, tant que j’ai encore le courage de te laisser partir, mais sache que nous allons avoir une discussion plus tard, soit en certaine.

L’histoire de l’argent lui était passé bien au dessus de la tête, il lui donnait ce portable, en signe de paix, enfin en début de signe de paix, il n’avait pas fait le rapprochement entre sa véritable nature et ce qu’elle voulait lui faire subir. Il avait envie de la toucher, sa peau douce, il aurait voulu l’embrasser, s’endormir avec elle dans ses bras, mais il sentait que ce n’était plus le moment. Il venait de se rendre compte qu’elle s’éloignait, bien plus que physiquement et il ne savait pas du tout comment remédier à cela.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Lun 18 Juin - 6:10

Je ne sais pas ce qui m’arrivait, tout ce mélangeait et je me demandais si j’avais pas réellement ma place dans un asile de fou. Dans ma hâte, mon stresse, mon angoisse j’avais réussi à me couper ! J’entendis la voix de Marcus qui était apparu derrière moi et qui finit par me soigner, comme je l’avais soigné au bar. Je le laissais faire, gardant mon regard fixé sur ma blessure, sans dire un seul mot. Au fond je ne savais pas trop quoi dire. J’étais perdue. Ce ne fut que lorsqu’il revenait avec une boîte qui contenait un nouveau portable que je levais un court instant mes yeux vers lui. Mais toujours sans rien dire.

Je regardais plusieurs longues minutes le portable. Je ne pouvais pas accepter un tel cadeau, même si il avait cassé le mien…. Quoi qu’après réflexion, il avait cassé mon portable, alors à lui de me payer un nouveau. Autant accepter ce cadeau qui n’était qu’un simple retour des choses, non ? J’insérais ma carte Sim dedans avant de tourner mon regard vers le sien et de l’écouter parler. Ainsi donc il me laissait partir ? Mais bien sûr, il aurait des représentables, toujours dans une telle histoire, toujours quand un des deux a fait un si long chemin pour être avec l’autre. Je ne répondis pas. Je me relevais et remit mes vêtements, il ne restait plus grand-chose de mon T-shirt vu la violence dont Marcus avait fait preuve pour me les arracher de mon corps. Heureusement que j’avais encore ma veste, qui elle était restée indemne. Je n’avais plus dit un seul mot, mon esprit se calmait petit à petit, grâce aux calmants que j’avais pris, mais l’angoisse restait au fond de moi. Je m’éloignais de lui, direction la porte. J’aurais du dire quelque chose ? Peut-etre oui… Déjà un simple merci pour le portable. Mais j’en avais pas envie, pas après ce qu’il avait fait. Même la douceur ne rattrape pas certaines choses. J’avais déjà composé le numéro de Rakel. M’approchant de la fenêtre, je la voyais décrocher dans notre appartement. Ca me fit bizarre, je pouvais la voir, mais avec les vitres teintées, il était impossible qu’elle me voit. C’était effrayant et en même temps rassurant… « Salut, c’est moi. Et oui, je vais bien. J’ai juste eu quelques problèmes en sortant du bar… Tu connais le style… mais il n’y a pas de problème que je ne peux régler. » Si seulement au fond de moi j’avais cette même foi que je semblais dire dans mes mots. Mais manier les mots, dire le contraire, mentir, j’étais devenue incollable dans le domaine des mensonges. Et je savais que comme tout le monde, Rakel n’y ferait que du feu. Après tout elle ne voyait pas mon regard, ni mon visage, seuls choses qui pouvaient me trahir. Car ma voix elle était remplit de joie, de fermeté, alors que mes mains tremblaient toujours. « Rakel ? Je ne vais pas rentrer ce soir… Et non je ne te dirais rien avant demain matin. Bonne nuit Rakel. » Sur le ton de la taquinerie je raccrochais alors que j’avais le cœur lourd telle qu’une pierre. Je me surprenais toujours que j’arrivais à être tout le contraire de ce que je ressentais au fond de moi. Mais c’était des années et des années d’entrainement.

Je restais longuement à observer de la fenêtre mon amie. Mon esprit était embrouillé, je ne voulais pas rentrer, même si c’était là ou était ma place. Je ne voulais pas qu’elle me voit dans un état pareil. J’avais l’impression de revenir des années et des années en arrière, mais ce n’était pas une fenêtre teinté qui m’avait jadis empêché de voir le monde, c’était des barreaux de fers. Je posais doucement mon front contre la fenêtre, fermant quelques secondes les yeux. Je ne savais même pas si je voulais partir. Oui, je voulais partir, mais d’un autre côté pour aller ou ? Lucas ? Non il en profiterais, et si j’étais ainsi ‘était d’une partie de sa faute, parce qu’il m’avait envoyé là-bas. J’ouvrais les yeux et me tournais vers Marcus. « Juste une nuit, just dormir. » Quelque part, j’avais besoin de me sentir en sécurité, protégé et aimé. Aussi contradictoire que cela pouvait être, Marcus était capable de me donner ca. De me protéger et de m’aimer, et pour l’instant je n’avais pas la tête à réfléchir. Je voulais dormir, pas avoir de cauchemar.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mer 20 Juin - 9:57


Marcus ne comprenait pas pourquoi elle restait avec lui. Elle voulait le fuir par tous les moyens, la preuve était là, sous ses yeux, il avait bien vu les marques sur ses hanches, il n’y avait pas été de main morte et donc non pas qu’il se sentait fautif, mais il ressentait tout de même quelque chose… Enfin bref, il ne comprenait rien, jouait-elle de lui ? Il l’avait suivi du regard, sans dire un mot écoutant tout ce qu’elle avait à dire, à quelqu’un d’autre, sa colocataire, bien entendu, lui, il ne méritait qu’à peine un regard et cela, il avait beaucoup de mal à l’accepter. Qu’elle s’éloigne de lui physiquement une fois, à maintes reprises, mais il ressentait déjà le besoin de la toucher, elle ! Il était dans un doute si profond que rien n’aurait pu l’en sortir, de plus sa façon de se tenir à l’écart de lui, il n’avait qu’un lit et il la voyait mal dormir par terre. Il se relevait doucement évitant des gestes brusques, mais intérieurement, il était heureux comme jamais, elle restait, pour une nuit, certes, mais à la base, elle ne serait jamais montée s’il n’avait pas lourdement insisté. Il savait y faire avec les femmes et surtout avec elle, il la connaissait sur le bout des doigts, tout comme de la langue, mais cela, il ne le lui dirait pas, pas maintenant en tout cas. Il laissait une de ces mains sur la table, se demandant comment lui présenter les choses sous un angle qui pourrait être positif, mais il ne voyait pas. Marcus, voyait, prenait et c’était comme cela depuis qu’il avait été plus fort que son père. Son passé le hantait sans qu’il ne s’en rende compte, il avait cette violence en lui qui s’apaisait parfois et parfois elle était beaucoup plus forte, plus que jamais.

Il ne c’était pas attendu à un merci, juste à un « va-te-faire-foutre », mais non, rien juste une tristesse infinies dans sa voix une fois qu’elle eut raccroché et un regard qui en disait long sur ce qu’elle pensait. Ces paroles étaient contradictoires et Marcus ne savait pas comment la prendre au figuré, au propre c’était déjà fait à plusieurs reprises. Il ne s’approchait pas d’elle, laissant une main sur sa serviette, le froid ne lui faisait rien, c’était juste pour éviter de se retrouver nu devant elle. Non pas qu’il soit pudique, ça non, il ne l’avait jamais été, c’était plus pour elle.

Je ne comprends pas pourquoi tu veux rester, je ne comptais pas te sauter dessus au moment où tu allais sortir… Il parlait doucement, il voulait juste comprendre et en même temps il ne voulait pas le savoir, car cela signifiait qu’il y aurait forcément une fin à cette nuit et une journée qui s’annoncerait sans elle. Il ne tendait pas la main, se passant une main dans les cheveux ne sachant pas comment interpréter son silence. Elle devait être en colère, mais pourquoi voulait-elle rester ? Aurait-elle peur d’autre chose de plus menaçant que lui ?

Tu peux rester autant de temps que tu veux, je ne te vire pas dehors, au contraire… Viens, que je te montre la chambre, tu pourra te changer, j’ai encore quelques affaires à toi dans mes placards… Il faut dire qu’elle était partie si vite après l’avoir planté ainsi, qu’il… Il n’avait pas eut envie de les jeter et les avait emballé soigneusement, ils étaient comme neufs. Il avançait jusqu’à sa chambre, simple, sobre, un lit, un placard, une commode et une chaise, rien de plus, rien de moins et laissait la porte ouverte. Il ouvrait la porte où il gardait ses affaires et se mettait dans l’embrasure de sa chambre. Je te laisse dormir, j’irais sur le canapé. Ce n’était pas l’envie de la serrer dans ces bras pour la garder contre lui, mais d’une part elle ne voudrait pas car il ne savait pas dormir autrement que nu et d’autre part, il n’était pas sur de pouvoir ne pas la réveiller dans la nuit pour une bonne dose de câlins… Il voulait la garder pour la protéger du monde extérieur, mais à ce stade de leur relation qui n’en avait pas l’air, il se rendait compte que c’était de lui qu’elle devait se méfier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mer 20 Juin - 10:30

Il ne comprenait pas… Je pouvais le comprendre… moi-même je n’étais pas très sure de me suivre à cent pourcent. Cependant je ne lui répondis rien, gardant mon regard fixé sur l’extérieur. Non je ne sais pas pourquoi je restais, de quoi ou de qui j’avais peur… Même si au fond je connaissais déjà cette réponse. J’avais peur non des vampires, non de Lucas, ce n’était pas non plus les lycans et même si Marcus pouvait me faire peur, plus que quelqu’un d’autre, ce n’était pas réellement de lui que j’avais une si grande peur. Non je pense que la personne qui m’effrayait réellement et que je tentais d’échapper était quelque part moi-même. Je changeais chaque jour de plus en plus et je n’étais pas réellement sure d’aimer la personne que j’étais en train de devenir. Je me surprends même de m’effrayer moi-même. Et puis bien sûre là, il y avait les cauchemars, le passée, le traumatisme, quelque chose à laquelle je ne pouvais pas échapper éternellement. Nous comparons souvent au passé, l'eau qui coule sous les ponts ; tà un courant qui emporte nos erreurs de jeunesse, nos amours perdus, les dépendances dans lesquelles nous avons sombrés, les occasions que nous avons gâchées... Mais tôt ou tard, les erreurs que nous avons faites, les péchés que nous avons commis, viennent se rappeler à notre souvenir. Oui, nos erreurs passées ont tendance à revenir s'échouer dans nos vies... Et le jour où ça arrive, nous devons payer l'addition. Cela m’arrivait que rarement, très rarement même. Mais je ne peux pas nier le fait que certaines passages de ma vie m’avait marqué à vie et que ces marques ont tendance à se pointer lorsque j’étais mentalement fiable.

Je finis par tourner mon regard vers Marcus. Etrange comme il y a encore deux minutes c’était la violence même et que là, il se comportait tel un gamin qui venait d’entendre que son camarade de jeu reste pour dormir. Je le suivais jusqu’à la chambre, arquant cependant un sourcil lorsqu’il disait avoir gardés mes vêtements. *Là ca commence à devenir inquiétant, Crystal* Examinant les vêtements qui m’appartenaient et qu’il semblait avoir gardé et même prit avec à Dublin, je murmurais doucement. « J’aurais cru que tu les aurais brûlé ou jetté… » Je me contentais de prendre un T-shirt et de l’enfiler sous ma tête lorsqu’il disait aller dormir sur le canapé. Et maintenant il jouait au gentleman ? Mmm un peu trop tard pour se comporter ainsi… Surtout après tout ce qu’ils venaient de faire dans l’ascenseur, dans le loft… « Non… restes s’il te plait. » Je sais, cela n’avait aucun sens. Mes réactions, mes paroles, à croire que je perdais vraiment la tête. Mais voila, je ne pouvais pas supporter être seule dans un lit, dans une chambre. J’avais besoin de sentir quelqu’un près de moi. Peu importe si c’était Marcus ou un autre. J’avais besoin d’une présence réconfortante. « Je ne veux pas être seule » Mais je refusais de donner plus d’explications. De un parce que je n’aimais pas parler de ca. Même Rakel ignorait beaucoup de choses sur moi. Je n’aimais pas parler de ca, et j’en trouvais que rarement le courage d’en parler. Sans dire que la plupart du temps je n’avais pas non plus l’envie de le dire à quelqu’un, d’avoir des réactions là-dessus. Non je voulais rester dans ma petite bulle, ma muraille.

Il n’était peut-être pas la bonne personne avec qui être en ce moment, mais c’était la seule personne que j’avais pour l’instant. Alors oui, même après ce qu’il m’avait fait, j’espérais qu’il allait rester. Oui, je sais, il n’y a rien à faire aucun psy arrive à me comprendre, alors n’essayez même pas.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mar 26 Juin - 5:17


Rester à ses cotés… Oui, il en rêvait depuis si longtemps qu’il ne dirait pas non, c’était certain. Il restait sur le pas de la porte de sa chambre, il en rêvait depuis si longtemps qu’elle reste de son plein gré chez lui, chez eux, il ne supportait plus cette solitude qui lui pesait de trop, beaucoup trop. Comment allait-il faire pour résister à la tentation qu’elle était elle-même devant lui dans un simple tee-shirt ? Il était content d’avoir gardé ses affaires avec lui, ainsi elle pouvait rester, cela lui allait toujours aussi bien. Marcus restait les bras croisés un moment, la regardant, l’admirant dans sa chambre si grande qu’il y avait comme un écho de leur respiration. Il se passait nerveusement une main dans ces cheveux, se demandant combien de temps elle allait vraiment rester, juste cette nuit ? Ou toutes les autres aussi ? Il l’avait retrouvé, oui, il avait fait l’amour comme des bêtes et pourtant, il n’était pas encore rassasié d’elle, de son corps, mais, elle semblait si fragile en ces instants, qu’il préférait la garder en sécurité. Avec lui elle ne craindrait personne.

Je n’ai rien jeté de toi et puis, je savais que je te retrouverais un jour… tu as été mon obsession durant toutes ses années loin de toi…

Il avait médité sa vengeance, mais en la voyant, il n’avait pas pu se résoudre à lui faire du mal comme il se l’était dit à lui-même. C’était incontrôlable, tout comme la bête qui sommeillait en lui maintenant qu’elle avait eut ce qu’elle voulait, il se sentait presque apaisé, autant qu’un animal puisse l’être. Il se décollait de la porte et avançait doucement vers elle, la faisant s’allonger sous les couvertures. Il la bordait, comme s’il le faisait à un enfant et faisait le tour pour venir s’allonger derrière elle.

Je restes, avec plaisir… tu veux me dire de quoi tu as peur ?

Marcus n’était pas fou, il restait allongé, une main sous sa tête, de coté et attendais de savoir si elle lui répondrait ou non. Il avançait doucement son autre bras, se demandant si elle ne le repousserait pas et finalement, la laissait à coté de son corps. Il avait envie de la serrer dans ses bras, de lui apporter un sentiment de protection comme avant et finalement se décidait à poser sa main sur son ventre doucement, sans peser.

Je sais que ce n’est pas le moment de parler, nous verrons plus tard, tu ferais mieux de dormir… Je restes là.

Il allongeait sa tête sur l’oreiller et se rapprochait d’elle, restant au-dessus des couvertures, il n’en avait pas besoin, ni même de la serviette, mais il avait ce que l’on appelle la fainéantise de bouger pour l’enlever. Il se collait doucement à elle, lui apportant de la chaleur, beaucoup de chaleur et posais son nez dans son cou. Soit elle le repoussait, soit elle ne bougeait plus. Il préférerait la deuxième solution, il la voulait, pour lui et ne voulait pas gâcher ce moment de retrouvailles. Oui, Marcus avait une notion des événements bien différentes de n’importe quel homme en ces circonstances, il aurait dû être pris de remords de lui avoir fais mal, de l’avoir violenté, mais pour lui, c’était un de ces anciens jeux et puis la violence faisait partie de sa vie depuis sa naissance, ou presque, alors il ne voyait pas où le mal était vraiment…

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Mar 26 Juin - 9:28

Obsession? Mmm ça ne sonne pas très rassurant comme mot. Loin de là. Une obsession a toujours une connotation négative, stalkeur, violeur, photographe pervers, je devais arrêter mon esprit de divaguer de la sorte, même si la parano était surement une chose qui était à l’ordre du jour. Mais je n’avais pas l’esprit à ça. Je me sentais trop étrange pour jouer la jeune femme parano, voulant à tout prix s’échapper. D’ailleurs pour aller où ? Loin de quoi ? De qui ? Alors qu’au fond j’avais peur de moi-même. Me vêtant d’un simple T-shirt, je finis par me glisser entre les draps, l’observant qui me couvrait telle une gamine. Marcus était peut-etre aussi difficile à cerner que moi. Violent, agressif et prêt à tout d’un côté et puis de l’autre il pouvait être la douceur incarnée. Perturbant ? Surement, mais pas en haute dose pour moi. J’avais l’habitude de vivre avec des gens instables. Je l’avais bien fait pendant onze années, et ma meilleure amie était une vrai schizo. J’avais donc l’habitude d’être surprit par le comportement des gens. Et Marcus n’échappait pas cette règle. Il finit par s’allonger près de moi, me demandant de quoi j’avais peur. Je souris faiblement, sachant très bien que jamais j’allais oser dire tout ça. Et même si je le disais, il me prendrait pour une folle, une vraie dingue. Mon regard était évasif, se tournant vers le plafond. « Du passé, du futur… » C’était compliqué et je n’avais pas envie d’en parler. « Ne le prends pas mal, mais je ne veux pas en parler. »

Tournant ma tête vers lui au toucher de sa main, je le fixais du regard. Scannant ses intentions qui ne semblaient être pas mauvaises. Du moins pas de lueur de folie, d’envie dans son regard, que de la douceur. Comment pouvait-on faire ca ? Effacer toute la brutalité qui venait de se passer pour être subitement un agneau ? Aucune idée…. Mais il avait raison ce n’était pas le moment de parler. D’ailleurs si il voulait parler, moi je foutais le camp. J’évitais toujours les discussions, pas mon genre, je déteste parler, résoudre des problèmes, enfin tout ce tralala qui me fait toujours penser à toutes les séances chez le psy que j’avais pu endurer comme ado. Dormir.. Oui il avait raison, je devrais dormir. Fermant doucement les yeux, je sentis qu’il se collait doucement à moi. Je ne savais pas laquelle de nous deux avaient besoin de sentir la chaleur de l’autre. Est-ce que c’était lui ? ou est-ce que c’était plutôt moi, dans ma recherche de sentiment de protection ? Aucune idée, mais je ne bougeais pas. Je ne voyais pas l’utilité et puis sentir que je n’étais pas seule me fit du bien.

Je ne tardais pas à m’en dormir. Mais ayant toujours eu des nuits très courtes, souvent perturbés par des cauchemars je me réveillais quelques heures plus tard. Dans un premier temps je me demandais ou j’étais avant de sentir la présence de Marcus près de moi. Bon sang non seulement j’étais autodestructive, mais j’avais tendance à entrainer tous ceux qui m’entoure avec moi dans l’enfer infernale de la douleur. Doucement je me décalais, sortant du lit en marchant telle une petite souris. Je repris mon sac, mes chaussures que je ne mettais que dans le couloir avant de filer telle un voleur dans la nuit, sachant pertinemment bien qu’il souffrirait de mon absence.

FIN

HJ : Si tu veux encore poster un dernier post, n’hésite pas Very Happy

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé Jeu 28 Juin - 6:23


Elle ne voulait pas parler et pour le coup, il ne disait rien, mais n’en pensait pas moins, pour une fois qu’il s’intéressait à autre chose qu’à ses propres cauchemars du passé… enfin, le passé, le présent, le futur… Tout ce qui intéressait Marcus pour le moment, c’était de pouvoir la tenir dans ses bras et oh, miracle ! Elle se laissait faire sans rien dire. Il resserrait sa prise doucement, ne voulant pas non plus lui faire mal, étrange comme la situation lui échappait, lui qui était toujours si maitre de lui en toute circonstance – oui, c’est beau de rêver – il avait toujours eut un avantage certain, mais là, il se sentait tel un petit garçon pris en faute. Il nichait son visage dans son cou et ne bougeait plus, restant par-dessus la couette, il valait mieux, pour eux deux, car même si son loup avait eut sa ration, lui était toujours friand de sa peau, qu’il puisse ou non bander. Il ne disait rien, écoutant son souffle régulier et finissait par s’endormir.

Pour une fois, ces rêves étaient peuplés d’un peu de bonheur et non de coups, de visages venant le terrifier étant petit, de massacre, non, depuis bien longtemps, il n’avait pas aussi bien dormi. Il aimait sentir son corps chaud contre le sien, c’était une nuit qu’il n’oublierait pas, tout comme le fait qu’elle se sauvait sans rien dire. Il la sentait se dégager de ses bras, l’entendant s’habiller et fuir, oui, c’était une fuite qu’elle venait de faire. Elle l’avait abandonnée une fois de plus sans un mot, sans même un regard, il en était certain, sans avoir eut besoin d’ouvrir les yeux. Il sentait son cœur se serrer, la solitude prendre son emprise sur lui et le massacrer du réveil. Il avait mal, très mal de se sentir si seul dans ce lieu trop grand, mais il avait besoin d’espace, il avait besoin de se sentir libre et non enfermé dans un placard… Son passé le détruisait un peu plus, Crystal l’enfonçait toujours dans ses derniers retranchements. Il se mettait à plat dos, ouvrant les yeux en entendant la porte d’entrée se refermer sur sa femme… Blanc, tout était blanc chez lui, un comble pour un loup qui se blessait régulièrement. Il se redressait rapidement, ne supportant pas de rester seul dans son lit, maintenant qu’elle avait dormi dedans, il ne supportait pas d’y rester sans elle. Il prenait son oreiller respirant son parfum et se levait, le jetant de rage. Il devait se calmer, sinon il allait recommencer à voir ses mains devenir des pattes, des griffes… Il sortait de sa chambre, habillé d’un boxer, pantalon et teeshirt et allait dans sa cuisine. Prenant un café, il se mettait à sa fenêtre pour tenter de la voir, mais il se ferait encore plus de mal et finalement allait s’asseoir sur l’une des chaises de son salon… Salon qui avait besoin d’être remis en état, la table avait de belles griffures sur le dessus, signe de leur dernière baise, car c’était plutôt ce mot qu’il fallait utiliser et non lui faire l’amour.

Il fronçait les sourcils en voyant de petites gouttes presque rondes rouges au sol. Pas besoin de faire un dessin, ni d’aller sentir, il savait déjà ce que c’était. Il se traitait mentalement d’abruti, il l’avait fait saigner dans sa vigueur, pas étonnant qu’elle ne veuille plus de lui…

T’es vraiment con quand tu t’y met Marcus…Murmurait-il.

Finalement, il décidait de sortir de chez lui, ne supportant pas tout cela, le réveil était encore plus dur et décidait de visiter les environs.

FIN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

More about me


MessageSujet: Re: {x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé

Revenir en haut Aller en bas
 

{x} When the night is finally here... (Crystal) - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cover Your Eyes :: Ireland :: Dublin :: Les habitations :: Loft de Marcus Lawson-
Sauter vers: