AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

William T. Chesworth

More about me
Messages : 23
Localisation : in hell maybe
Emploi/Etudes : A la tête d'un empire du crime
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 22/07/2014


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 10:38

William T. Chesworth
Tom Hiddleston


INFORMATIONS GENERALES
passe ta souris sur la zone de texte pour connaitre mon identité générale
Bonjour je m'appelle William Thomas Chesworth mais en général on m'appelle Will, pour Christa', Sir Chesworth pour les rats d'égouts qui peuplent le monde et parfois Thomas pour quelques "amis". Je suis né le 9 Juillet 1779 à Dublin, Irlande et par conséquent j'ai 234 ans. Je suis l'éternité même; un vampire et j'appartiens au groupe Servantes. Mais tu veux en savoir plus sur moi? Je suis à la tête d'un empire du crime, qui se répand comme la peste sur Terre et on me qualifie souvent de charismatique, éloquent et intelligent pour cacher ma jalousie, mon machiavélisme et ma sévérité vicieuse, cela dit je m'en porte bien. Il faut savoir que j'ai le tatouage des Servantes à l'intérieur du poignet., je me passe souvent la main dans le cou et je tapote mon menton de mes doigts en réfléchissant - surtout à des plans tordus - et je suis conscient de mon effet sur les femmes, dont j'use et abuse pour mes besoins et que je suis hétéro bien que j'ai déjà été curieux par le passé et célibataire.

LE MONDE OCCULTE
passe ta souris sur la zone de texte pour connaitre ce que je sais de l'occulte
Mais parlons un peu plus du monde occulte. Voyez-vous, je connais l'existence des vampires, lycans, sorcières et primes et ces choses-là, j'en pense peu de bien. Les lycans sont des êtres grossiers et indélicats, sans classes. Les sorcières et sorciers, des enfants qui jouent avec le feu et finiront par se brûler, sur un bûcher si possible, qu'on leur rappelle leur place. Quant aux primes.. De misérables petits insectes tout juste bons à finir sous une semelle. Ma première réaction quand j'ai connu ce monde fut de contempler l'éternité qui s'offrait à moi, la main dans celle de ma soeur, comme une promesse quant à l'immortalité de notre amour fraternel et, donc, de nos vies. Mais je n'exclus pas la partie où j'ai cruellement ressenti le plaisir d'arracher le coeur de la petite salope qui m'a fait entrer dans ce monde inconnu alors.

CARACTERE, PSYCHOLOGIE, PHYSIQUE
passe ta souris sur la zone de texte pour découvrir tout ça
"Regarde-le... Qu'est-ce qu'il est beau.." Accoudées au bar, les deux jeunes filles l'observent de ce sourire qu'on les ingénues lorsqu'elles se laissent aller à des pensées que les pieuses définiraient d'impures. Il faut dire qu'il en joue, qu'il sait, dans leur regard, à quel moment il doit se mouvoir, soupirer, lever les yeux. Le charme n'est pas un jeu, c'est un travail acharné auquel seul les plus assidus et attentitfs savent exceller. L'une des deux jeunes filles soupire, l'homme sourit et souffle la fumée de sa cigarette à cet instant précis; touché, elle manque de s'évanouir et se reprend de peu pour ne pas se ridiculiser. "On devrait faire gaffe, j'ai quand même entendu dire qu'il avait tendance à fréquenter que des jeunes filles, si tu vois ce que je veux dire... Puis il traine avec des gens pas très fréquentables" Il transpire la confiance et la délicatesse, aussi la pauvre petite blonde n'écoute plus son amie, surtout quand il s'approche pour proposer de se joindre à lui. Malin, le prédateur sait donner à sa voix le ton doux de l'homme innoffensif, jamais vulgaire, jamais obscène même si sa manière de fumer oblige certains des autres hommes du bar à détourner les yeux tandis que leurs pensées se focalisent sur des visions qui les mettent mal à l'aise dans leur masculinité. Caméléon, il s'adapte aux situations et aux gens et avec ces deux demoiselles ennivrées d'une innocence qui le fascine, il sait comment leur parler et se prend au jeu de l'éducateur, citant les auteurs les plus célèbres pour refermer ses griffes sur ses proies qui mordent à l'hameçon avec désespoir; William sait reconnaître les filles qui meurent d'envie d'attention, de regard d'homme sur leur peau de femmes en fleurs. "Tu nous raccompagne?" Le chasseur sent le piège qui se referme, il a eu la patience d'attendre, de jouer la comédie et il sourit d'avance du drame à la Corneille qu'il est en train d'écrire dans le vent. La lumière d'un lampadaire vient jouer sur sa peau diaphane, ses yeux clairs qui brillent d'une lueur qu'aucune des demoiselles n'arrivent à cerner, et le léger sourire qui fend ses lèvres carmins, sur lesquelles se plaquent le désir et l'envie. L'obsession. Il sait en jouer de ça aussi, il passe son pouce sur sa lèvre inférieure, l'étire un peu, et pose son regard sur l'une des deux filles. Elles sont un peu saoules, elles ne se rendent pas bien compte qu'il ne les ramène pas chez elles mais chez lui.
Et l'homme séduisant devient tortionnaire, c'est cette perfection brillant sous l'éclat d'une lampe d'un sous-sol, dont elles ignorent comment elles y sont arrivées, qui le rend effrayant. Le charme de son regard s'est rompu pour laisser briller vice et cruauté. Si l'élégance à son visage, l'horreur à son regard. Ses mains ne sont plus caresses délicieuses, ses paroles flirts indécents, mais griffes acérées qui se plantent dans la chair et ses dents outils de tortures qu'il plantent là où la viande est tendre, moelleuse pour aspirer l'or de vie qui coule dans leurs veines. William est comme ces plus belles plantes que l'on observe toujours de loin car elles sont les plus venimeuses ... les plus mortelles.


SUR LA CHAISE D'ORDINATEUR
Et moi bah je m'appelle Pauline j'ai 23 ans et je suis une Fille. J'ai connu le forum par kusum'.. je l'ai enfermé dans ma cave - ouais j'en ai pas et alors - et je l'ai menacé jusqu'à ce qu'elle crache le lien... Bon ok en vrai j'ai juste agiter le lien sous son nez en mode "yolo j'débarque, j'suis un stalker".. Et paf ça a fait des chocapics.. et j'en pense que du bien. qu'il sent bon le chocolat et que vous êtes beaux comme des princes de LU. Je pourrais être là H24 (j'ai pas de vie). Et je te promets j'ai lu le règlement ok par ton biscuilito d'amour.
css html par kusumitagraph' de ex nihilo


Dernière édition par William T. Chesworth le Mar 22 Juil - 12:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

William T. Chesworth

More about me
Messages : 23
Localisation : in hell maybe
Emploi/Etudes : A la tête d'un empire du crime
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 22/07/2014


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 10:38



TOUT LE MONDE A UNE HISTOIRE

Il y avait eu une sorte d'effervescence dans les rues de Dublin à l'annonce de l'accouchement imminent de Lady Chesworth, jolie irlandaise que William avait épousé en 1776. Elle avait tout d'une poupée de cire qu'on trouvait dans les boutiques les plus chers du pays; une peau d'ivoire, des joues d'un rose qu'elle entretenait en se les pinçant tous les matins et tous les soirs, des yeux couleurs océans qui devenaient tempête quand elle contenait des colères. Les plus proches de la demeure Chesworth avait donc suivit sa gestation d'un oeil critique et curieux, presque malsain tant les hommes s'accordaient à dire que jamais femme n'avait été aussi séduisante avec un ventre d'une rondeur si parfaite. Ce ne fut malgré tout pas chose aisée que de porter cet enfant, puisqu'avant l'accouchement on ne soupçonnait pas vraiment qu'il puisse y avoir deux chérubins sous ce nombril aussi rose qu'un bouton. En ces temps il était rare, tout de même, d'avoir plusieurs enfants, surtout qu'ils survivent, et pourtant les deux petits qu'elle mit au monde se montrèrent d'une étonnante santé. William, second du nom, vint en premier et, braillard, annonça l'arrivée de sa soeur par ses cris acharnés bientôt rejoints par ceux de Christabel.

Dès le berceau ils montrèrent une surprenante cohésion, ne supportant les nuits dans leur chambre que grâce à la présence du corps de l'autre contre le sien. Enfants faciles, se contentant de peu mais surtout de leur complicité, ils firent le bonheur des précepteurs qui se bagarrèrent presque sous le porche de la maison pour les éduquer. Ils excellaient dans les langues latines, si l'un montrait une mémoire implacable pour l'Histoire, l'autre se débrouillait en Géographie, équilibrant la balance. Leur héritage familial était tant physique qu'intellectuel, quand William faisait rougir les filles du voisinage, Christabel faisait tourner les têtes et tout le monde s'entendait sur le fait que leur trouver des compagnons ne seraient pas choses bien difficile. L'ennui était pourtant là puisque pour le jeune homme, aucunes demoiselles ne parvenaient à capter son attention assez longtemps pour qu'il s'en amourache; il se lassait trop vite aux yeux de ses parents, pas assez à ceux des pauvres demoiselles éplorées qui devaient panser leur coeur blessé dans les bras d'autres prétendants bien moins prestigieux.

Bien que les enfants Chesworth plaisaient au beau monde, ils ne faisaient pas l’unanimité auprès de tous et, devant les multiples conquêtes de William sans que cela ne se finisse jamais par une union religieuse, les mauvaises langues laissèrent sous-entendre une relation incestueuse entre les jumeaux. Chose que le frère ne démentit jamais, sans pour autant encourager cette rumeur qui poussait le père Chesworth à établir les conditions des mariages de ses enfants, le plus tôt possible. Il en allait de la réputation de la famille, et il n’y avait sans doute pas plus important aux yeux de William senior que la renommée prestigieuse des siens.
Et bientôt les jeux des jumeaux, à se réciter par coeur les plus beaux monologues des pièces qu’ils dévoraient avec passion, prirent fin pour leur faire perdre leur temps ensemble à se mêler à la noblesse anglaise avec leur parti respectif.

A William on destinait une certaine Adelle en qui le pauvre romantique ne trouvait rien d’affriolant. Elle n’était pas laide, il y avait un certain charme chez elle mais elle ne semblait pas parvenir à le faire remarquer; pour lui il aurait fallu qu’elle tire avantage de sa chevelure qu’elle cachait sous des coiffures qui lui donnait des airs de nonne, et sa poitrine écrasée par du tissu qui était de moins bonne qualité que les robes de Christabel. C’était son rire, surtout, que William ne supportait pas, cet affreux grincement à mi-chemin entre le gloussement de dinde et le couinement d’un porc égorgé. Elle le mettait mal à l’aise par ses sourires qui dévoilaient des dents de cheval, et cette gaucherie en danse le rendait fou; lui qui adorait pavaner dans les bals, on lui offrait une cavalière de mauvais choix. Quand il l’initiait à la valse, elle finissait indubitablement par lui écraser les pieds, ou se cogner à lui en tournant trop tôt, quand elle ne lui tordait pas le poignet en s’agrippant à sa main comme une perdue. Non, vraiment, il voyait dans ces choix de prétendants une sorte de punition de la part de son père. Que dire de cet accent quand elle parlait en plus.

Autant dire qu’à ses yeux ce ne fut donc pas une grande perte quand on retrouva son corps dans l’étang près du parc de la demeure Chesworth. Il avait dissimulé un sourire derrière cette main tremblante plaquée sur son visage aux traits déformés dans une expression d’effroi. Il avait parfait son rôle d’une réflexion, timbre tremblant et étouffé de larmes, qui avait poussé sa tante à poser sa main sur son épaule; « Veuf avant le mariage, Beaumarchais n’aurait pas trouvé plus dramatique. » C’était sûr qu’il n’aurait pas mieux fait, surtout que le soir même, William avait glissé du poison dans le verre de vin servi à Edmond, lorsqu’ils s’étaient retrouvés dans le petit salon pour fumer ensemble et s’étendre sur l’évolution du monde les entourant, le pauvre Chesworth devant supporter la stupidité des propos de cet ignare qui devait épouser sa tendre Christabel. Lorsqu’il avait fait tomber les quelques gouttes dans le verre, il s’était arrêté pour songer à son geste et y voir là une sorte d’action généreuse; il évitait à sa soeur de continuer sa vie avec un homme vide d’intérêts et inintéressant. 

C’était là la magie de la relation entre Christabel et William; sans même se concerter, ils avaient établis le même plan, témoignant de leur besoin respectif de n’être que l’unique personne à graviter dans le monde de l’autre. Ils se suffisaient l’un l’autre, mais personne ne semblaient saisir cette relation; comment auraient-ils pu, seuls d’autres jumeaux aussi proches qu’eux auraient pu cerner les tenants et les aboutissants de la relation qui les liait. Si on songeait que William mettait en compétition toutes ses dulcinées avec sa soeur de manière inconsciente, il n’en était rien; aux yeux du jeune homme il paraissait logique qu’aucune créature ne serait jamais du même niveau que sa jumelle. C’était égocentrique de par leur statut de jumeaux, la jeune femme renvoyant à Will une version aussi délicieuse qu’il l’était, mais c’était un fait; le coeur du jeune homme ne pourrait jamais être pris puisqu’il appartenait déjà à sa moitié.

Avec le recul, il aurait sans doute pu s’amouracher de Geraldine - la nouvelle demoiselle qu'on lui destinait; elle était belle, cultivée, charmante et savait manier les mots pour accaparer l’attention de William mais la même ombre sur le tableau planait.. Parce qu’elle le détournait parfois de sa soeur, il ne pouvait totalement l’apprécier et puis il avait appris à se méfier des femmes trop malignes. Elle devint malgré tout le jouet préféré des jumeaux, William s’amusant à la tourmenter, lui donnant le rôle de la martyr dans cette romance à trois. Il fallut pourtant que la question des sentiments entrent dans le tableau et par un jour où William était de bien mauvaise humeur, ayant reçu des nouvelles peu agréables d’un ami lointain, il passa sa colère sur une Geraldine sans défense. Il la blessa tant psychologiquement que physiquement et rompit les fiançailles dans la foulée pour l’abandonner sans un regard vers elle, lui faisant bien sentir qu’elle n’était rien; un simple petit grain de sable perdu dans le sablier géant de sa vie.. Sablier qui allait se briser et se répandre, sans qu’il n’en sache rien.

Le temps passa, les semaines devinrent des mois et les mois des années et les jumeaux s’enfermèrent dans le célibat. William profita des plaisirs de la chair, des filles de joie des quartiers infréquentables, de l’opium et de l’alcool, jouissant d’une réputation de charmeur auprès des femmes, ayant pour seule adversaire sa soeur. Cette vie dissolue, qu’il brûlait par les deux bouts, le faisait exulter de joie; il était libre, bien plus que ne l’avait jamais été leur père avant lui, et il trouva dans cette harmonie chaotique une manière de vivre, de penser et de sentir qui l’empêcha de s’attacher à ces sentiments de deuils et de tristesse. Pourquoi pleurer quand rire faisait autant de bien. Et la trentaine arriva bien vite.
Il aurait sans doute du voir en cette étrange réapparition de Géraldine un signe quelconque, mais William était bien trop occupé à découcher et s’amuser, se réveillant toujours dans les bras d’une femme différente même si à force elles finissaient par toute se ressembler.
Ce n’était plus Geraldine qui avait frappé à leur porte, mais la mort sous la forme la plus improbable.

Sa santé finit par chuter aussi rapidement que celle de sa soeur et à la fatigue s’ajoutèrent les cauchemars, les souffles au coeur, la douleur et l’attente. Que la mort le prenne, il l’attendait avec un plaisir non voilé. Il finit par s’éteindre, pour naître une seconde fois. Comble du comble, lorsque leur mère avait accouché il était sorti le premier, en cette renaissance, pourtant, c’est Christabel qui était revenue à la vie la première.
Même la mort, qui ne voulait pas d’eux, les rejeter ensemble. A croire que l’un sans l’autre n’avait pas de valeur pour le reste du monde, comme si l’absence de l’un retirait la saveur de l’autre. Aussi quand Geraldine tenta de les assoiffer pour les rendre plus sensible à ce qui les entourait et plus cruel, dans l’espoir non camouflait qu’ils s’entretuent, les jumeaux se relevèrent plus unis que jamais. Elle avait mal choisi ses victimes, elle avait surement idéalisé sa puissance et sa domination sur eux. William ne se priva aucunement du plaisir de lui arracher le coeur à main nue pour y planter ses crocs, fasciné par le dernier éclat de surprise qui vrilla les pupilles de la vampire alors qu’elle s’effondrait au sol. « Quel coup du sort, elle qui rêvait d’obtenir notre coeur, voilà que je suis maître du sien.. » Il l’avait broyé dans sa main avant de se débarrasser de ce qui restait de Geraldine.


A cette immortalité qui s’offrait à eux, William y vit l’occasion rêvée de voyager ailleurs, de voir le reste du monde, de goûter aux mets les plus délicats, d’essayer de goûter la différence entre le sang d’une française et d’une américaine, de s’émerveiller devant les monts les plus hauts, les lacs les plus profonds. Et quand ils parvinrent à s’accommoder à cette nouvelle existence, William ne perdit plus de temps pour s’essayer à cette vie, pavant sa route de cadavres exsangues. De la nourriture ? pas seulement, il trouva un amusement certain dans l’art de tourmenter les proies, compris que le sang était bien meilleur lorsqu’il jouait avec sa proie, victime des émotions qu’il leur faisait ressentir à tour de rôle. Le sang avait, par exemple, un goût plus sucré si la victime avait été en proie à un plaisir intense, il était plus aigre si la peur avait paralysé son corps.. Et il joua de ces nuances, sans parvenir à savoir laquelle allait à sa préférence. Ils n’étaient pas tous de simples moyens de subvenir à ses besoins de prédateurs, certains sortaient du lot, notamment des auteurs, des artistes.
William rencontra Dante Rossetti, John Millais et William Hunt lorsqu’ils fondèrent la confrérie des Préraphaélite, bien qu’il s’entendit plus particulièrement avec Rossetti, admirant son travail quand ce-dernier se dépréciait. Parmi les auteurs, il devint bon ami avec Oscar Wilde, qui s’inspira de lui pour son Dorian Gray - dont il lui offrit l’un des premiers tirages avec une dédicace personnelle -, dont l’amitié fut teintée de discussions complices autant que de disputes virulentes et William se déplaça même en France pour l’enterrement de ce-dernier. Il détesta Hemingway, le personnage plus que l’auteur qu’il rencontra lors d’un voyage aux Etats-Unis, et se prit d’affection pour Arthur Conan Doyle. Il ramena même une édition d’une oeuvre de l’homme, dédicacée, à sa soeur.

Intelligent et particulièrement malin, surtout poussé par un instinct de survie que l’immortalité développa, il parvint à semer les chasseurs qui se perdaient sur sa route et que le charme de William ne dupait pas. Il vécut même deux ans avec la même femme en Grèce, avant de la faire disparaître, lassé. Il s’amusa à goûter les joies de la vie d’époux en s’unissant à une italienne avant de partir à son tour quand elle finit par avoir des doutes sur la véritable identité de son époux. Si personne n’expliqua la disparition d’Agatha Christie en 1926, ce fut pour une raison simple; William en était à l’origine, il avait voulu goûter le sang d’un artiste, s’imaginant sans doute qu’il aurait un goût différent avant de la laisser repartir, l’esprit éparpillé et la mémoire défaillante. Retournant encore aux Etats-Unis, dont il devait s’avouer friand, il croisa la route d’un certain Al Capone, qui lui donna l’idée de se lancer dans le crime à son tour, ce qu’il fit quand il décida de revenir s’établir aux côtés de sa soeur, retrouvant ses baisers et ses bras tendres.
Aux noms des plus grands criminels, qui faisaient trembler le monde, s’ajouta celui d’un « Sir » - ainsi qu’il se faisait appeler par les petits voleurs et arnaqueurs qu’il rencontrait - faisant trembler le plus terrifiant des meurtriers au fond de sa cellule. On le disait sans diplomatie, cruel et jamais habité par l’hésitation. Sa politique était simple; une erreur passait, deux c’était la punition assurée. En témoignaient les morts tombés pour l’exemple. S’associant, après quelques années en solitaire, à sa soeur, ils retournèrent dans leur demeure à Dublin en 2005 où ils s’établirent.

Rejoindre les servantes ne fut pas son idée à lui mais bien celle de Christabel. Pour William c’était là se retrouver enfermer dans une discipline qu’il avait longtemps tenté de fuir en agissant avec cette liberté qui le rendait si fascinant du temps de sa première vie. Il suivit pourtant Christabel, parce qu’il ne l’aurait abandonné pour rien au monde, et surtout pas en la sachant entre les mains de ces êtres sanguinaires auxquels il finit par s’identifier, trouvant dans leur cruauté une similitude avec la sienne. Membre des Servantes et magnat du crime et de l’industrie irlandaise; si on lui avait prédit un tel avenir par le passé, surement aurait il rit.
css html par kusumitagraph' de ex nihilo


Dernière édition par William T. Chesworth le Mar 22 Juil - 16:33, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Sinnéad McHolt

More about me
Messages : 1347
Localisation : Avec les Servantès
Emploi/Etudes : Dealer
Age du Perso : 27 ans
Arrivé(e) le : 10/04/2012


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 10:39

MON CHOCOLITO DE MON COEUR
Tu sais que je suis ravie de te retrouver ici Wink
JOTEM, super choix de personnage

_________________

Every sin brings its punishment with it

You got style you got grace. But kid you try so hard she just laughs in your face. Yeah youre a nice guy with the wrong attitude. She want a bad boy (bad boys bad boys all we want is bad boys). I treat her bad, she loves me good (so good) And I just hate to have to tell you Cause youre a nice guy but that just wont do She want a bad boy (bad boys bad boys all we want is bad boys)

absente du 22 au 25
festival de musique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Ruby O'Clevely

More about me
Messages : 297
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Etudiante en soins véterinaires
Age du Perso : 21 ans
Arrivé(e) le : 05/08/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 10:42

Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Brenan Nelson

More about me
Messages : 149
Emploi/Etudes : Ex Marshal
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 10:49

Je sais pas pourquoi, mais je suis sûr qu'on se connait, no ? XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

William T. Chesworth

More about me
Messages : 23
Localisation : in hell maybe
Emploi/Etudes : A la tête d'un empire du crime
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 22/07/2014


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 12:06

MI BISCUILITO DE MI AMOR   
j'savais que j'allais craquer un jour anyway mdr

Merci jolie Ruby   

Ca ressemble à une pick-up line ça Nono.. du genre "on s'connait non?  " .. ok j'sors. Mais sinon ouiiiii on s'connaît oui !! On vit heureux - ou pas - sur une île déserte   

*retourne à sa fiche*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Brenan Nelson

More about me
Messages : 149
Emploi/Etudes : Ex Marshal
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 12:39

Mwhahahaha, j'en étais sûr que tu étais aussi un survivor sur l'île ! J'ai bien pensé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Christabel E. Chesworth

More about me
Messages : 35
Localisation : Près de mon frère, sans doute
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 10/04/2014


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 13:46

MON AMOUR DE FRERE OMG <3
Bon hein c'est parfait hein j'ai hâte de lire la suite!
  
HAAA. <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

William T. Chesworth

More about me
Messages : 23
Localisation : in hell maybe
Emploi/Etudes : A la tête d'un empire du crime
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 22/07/2014


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 13:56

SISTER CHÉRIE   
Bon sir la première partie te convient, j'vais continuer ma fiche de ce pas alors   
faut dire aussi que le pv m'a tapé dans l'oeil, j'en ai perdu la vue quelques secondes même

C'est que t'as l'oeil Nono   THE EYE OF THE TIGER, C'TOI C'EST ÇA ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Sinnéad McHolt

More about me
Messages : 1347
Localisation : Avec les Servantès
Emploi/Etudes : Dealer
Age du Perso : 27 ans
Arrivé(e) le : 10/04/2012


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 13:59

Tu viens de me tuer chocolito, the eye of the tiger, et comme nono c'est aussi Sam (Jensen) j'ai jensen qui fait the eye of the tiger dans la tête mnt ... Merci

_________________

Every sin brings its punishment with it

You got style you got grace. But kid you try so hard she just laughs in your face. Yeah youre a nice guy with the wrong attitude. She want a bad boy (bad boys bad boys all we want is bad boys). I treat her bad, she loves me good (so good) And I just hate to have to tell you Cause youre a nice guy but that just wont do She want a bad boy (bad boys bad boys all we want is bad boys)

absente du 22 au 25
festival de musique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Christabel E. Chesworth

More about me
Messages : 35
Localisation : Près de mon frère, sans doute
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 10/04/2014


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 14:01

Je suis super contente qu'il te plaise! (sans déconney)
Voui non la première partie, c'est... c'est CA quoi. Tu l'as super bien capté. J'ai trop hâte de lire la suite aaaah    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Maligna O'Neal

More about me
Messages : 187
Localisation : Irlande
Age du Perso : 22 ans en apparence, 127 en réalité
Arrivé(e) le : 22/11/2012


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 14:54

          Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

William T. Chesworth

More about me
Messages : 23
Localisation : in hell maybe
Emploi/Etudes : A la tête d'un empire du crime
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 22/07/2014


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 16:06

Sin, c'tait l'idée haha  Smile 

Christa, quand tu repasseras tu m'diras si la fiche te va, j'ai terminé  Wink  si je la tripote pas entre temps parce que j'suis pas convaincue du truc *éternelle insatisfaite*

Maligna    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

RoxXie C. Blacksmith

More about me
Messages : 3005
Localisation : Dublin
Emploi/Etudes : Aucun
Age du Perso : 22 ans 127 en réalité
Arrivé(e) le : 30/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 16:17

Pour ma part c'est impec, dès qu'on a l'aval de Christabel je te validerai Wink

_________________

absente du 22 au 25
festival de musique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Christabel E. Chesworth

More about me
Messages : 35
Localisation : Près de mon frère, sans doute
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 10/04/2014


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 19:33

Mawwwwn ça me paraît nickel!
Bon si je voulais chipoter je trouverais toujours deux trois détails mais ce n'est pas important alors je ne chipoterai pas.
Faudra qu'on discute de cette histoire de mariage avec une italienne là, ça risque de ne pas plaire du tout à Chris Razz je ne suis pas du tout contre hein, justement, ça va mettre du piment.
Vous avez mon aval, plutôt douze fois qu'une!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

RoxXie C. Blacksmith

More about me
Messages : 3005
Localisation : Dublin
Emploi/Etudes : Aucun
Age du Perso : 22 ans 127 en réalité
Arrivé(e) le : 30/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 19:35

Bien dans ce cas là Very Happy

Tu es validé(e)!
bienvenue à Dublin!

Non, non tu ne rêves pas! Tu as bel et bien été validé par un des membres de notre staff. Tout d'abord félicitations!


La première étape obligatoire à faire est tout d'abord de recenser ton avatar et c'est par ici. Après il faudra que tu recense aussi ton prénom et ton nom de famille (même si tu es un pv ou un scénario) et c'est par là! De plus si jamais tu es un double (ou triple ...) compte viens te manifester dans ce sujet ici.

Si tu as peur de ne pas réussir à t'intégrer sur le forum ou tout simplement que tu cherches des conseils et l'attention de quelqu'un tu peux également poster dans la Section Parrainage, tu y trouvera rapidement un parrain dévoué. Tu peux aussi si tu as des personnages indispensables à ton histoire aller créer des scénarios rien que pour toi tu trouvera les instructions dans ce petit sujet ici!

Mais n'oublie pas que nous aimerions en savoir plus sur toi. Certes ta fiche est superbe mais n'oublie pas de t'occuper de tes liens dans cette section et tes topics dans celle là. N'oublie pas qu'il est toujours utile de préciser ce genre de choses, notamment les liens, tu aimes savoir qui est ami avec qui? L'inverse est aussi vrai! Les Demandes de base sont également importantes et se trouvent par ici pour ce qui est des logements, colocataires, emplois ou rangs.


Désolé pour ce blabla, mais il fallait bien le faire tu sais Maintenant que tu es prêt à jouer bah ... Bon jeu!
css html par kusumitagraph' de ex nihilo

_________________

absente du 22 au 25
festival de musique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Christabel E. Chesworth

More about me
Messages : 35
Localisation : Près de mon frère, sans doute
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 10/04/2014


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 19:39

Je me permet de reposter encore tho, parce que la dédicace de Conan Doyle *.* quelle délicate attention
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

William T. Chesworth

More about me
Messages : 23
Localisation : in hell maybe
Emploi/Etudes : A la tête d'un empire du crime
Age du Perso : 234 ans
Arrivé(e) le : 22/07/2014


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mar 22 Juil - 21:01

Mais j'ai des délicates attentions ... mais pas envers tout le monde  Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down Mer 23 Juil - 8:40

Arf, encore un vampire, ouinnnnn, mdr,
Bienvenue par ici Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

More about me


MessageSujet: Re: William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down

Revenir en haut Aller en bas
 

William Chesworth • Bang bang, my baby shot me down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cover Your Eyes :: Let's get started :: Votre Passeport-
Sauter vers: