AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Sam 19 Jan - 11:28


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Je combattais, je combattais, jour et nuit… mais je n’en pouvais plus. Physiquement je trainais mon corps d’un combat à un autre. Mentalement j’étais ailleurs. Mentalement je m’accrochais à tout ce que je pouvais. Mais au finale, il n’y avait rien. Il n’y avait qu’une chute libre… Droit en enfer. Je pouvais m’accrocher à ce monde, mais dans quel but ? Je ne savais même plus pourquoi je combattais. J’étais fatiguée. Fatiguée et perdue….So damn lost. Mais le pire c’était les nuits. Je ne savais pas dormir seule. Je ne dormais pas. Je n’y arrivais pas. Et si encore j’arrivais à trouver un sommeil, j’entendais leurs cris, Et cela faisait mal… Si mal. Ce matin, comme à mon habitude je vivais sur le café. Café noir, tentant de me réveiller un peu je passais sous l’eau froide de la douche. Finalement j’emballais mes dernières affaires avec un soupir. J’aimais bien cet appartement… Enfin j’avais des jolis souvenirs ici… Mais sans Rakel ce n’était plus pareil. Et puis je n’avais pas le fric pour payer un si grand appartement. Et je n’avais plus l’envie de chercher un colloc. Qui voudrait bien de moi ? Et puis… Je risquais de m’accrocher à la personne pour au final me retrouver seul… Car ils partent tous. Le dernier carton dans mes bras, je regardais une dernière fois les lieux, avant d’éteindre la lumière et de m’en aller. Encore un chapitre de ma vie que je refermais. Lentement je descendis les escaliers. Je ne savais pas trop ce que j’allais faire. Mon cerveau ne tenait plus la route. Tellement de choses s’étaient passés que… je ne savais simplement plus … le pire ? C’était que je ne savais même plus qui j’étais. Je ne me reconnaissais plus. Je ne me reconnaissais plus en me fixant dans le miroir, je ne reconnaissais plus ma voix, mes actions… Rien. Je ne savais pas ce qui s’était passé, mais je m’étais égaré sur la route de la vengeance et je m’étais perdue… Moi qui pensais que je n’avais rien à perdre… Quelle idiote… j’avais oublié que je pouvais perdre le plus important… Moi-même.

Finalement je déposais le dernier carton dans le pick-up loué. Remontant ma veste jusqu’en haut, à cause d’un vent frais, j’allais monter dans la voiture, clés dans la serrure lorsque soudainement je croisais le regard de Marcus. Qu’est-ce qu’il faisait-là ? Je le pensais parti… Comme tous les autres, un de plus que j’avais réussit à repousser. Je l’observais longuement. Je n’arrivais pas à savoir si c’était vraiment lui ou si mon cerveau me jouait des tours. Un mois… Cela faisait un mois que je ne l’avais plus revu. Et les choses avaient changés. J’avais changé. La dernière fois que je l’avais vu il s’était excusé… Il savait que j’étais une prime et cela avait été la fin de tout. Prime… Mauvais hein… Avant je ne le pensais pas. Je faisais ca pour sauver des gens, des vies, des familles… Aujourd’hui je me foutais bien de qui je sauvais, aujourd’hui je le faisais parce que c’était une routine parce que cela me donnait de l’adrénaline et parce que c’était un moyen pour moi de recevoir des coups, de souffrir, seul sentiment qui semblait encore toucher mon cœur. Je détournais mon regard de lui, soupir. Je montais dans la voiture, je n’avais pas envie de lui reparler. Pour dire quoi ? Coucou ca va ? Alors tu fais quoi de ta vie ? La mienne est complètement nulle et figure toi que je devrais peut-être mieux retourner dans un asile psychiatrique ! Non je n’avais pas envie de faire comme si tout allait bien. Je n’en avais plus la force. Je n’avais pas la force d’affronter le regard et les questions de qui ce soit. J’étais fatiguée. Montant dans la voiture, je m’installais derrière le volant. Bref regard dans le miroir et je le voyais toujours. Je soupirais. Au lieu d’allumer le moteur et de partir, je restais la… la main sur les clés. Je ne pouvais pas, je devais savoir pourquoi il était là. Je soupirais. Stupide caractère ! D’un coup sec, je sortais de la voiture, je détestais quand j’étais ainsi. Je me détestais. Je détestais chaque trait de mon caractère. Pourquoi fallait-il que je recherche à chaque fois le danger et la souffrance ? Car oui, Marcus n’était que ca. Souffrance et danger, tout comme Lucas. Ils l’étaient tous, tous les gens n’étaient fait que ca. Mes mains dans mes poches , je m’approchais de lui. « Salut… je ne pensais plus te revoir. »

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mar 22 Jan - 7:21


Vivre pour tuer…
Telle était devenue sa devise, il ne vivait plus que pour ses contrats. Des contrats, il en redemandait lui-même tellement il ne voulait penser à rien. Rien, pas au peu de cette émotion de bonheur fugace qu’il avait pu entrapercevoir avec Nina, elle ne l’avait jamais rappelé, il ne devait pas être si bon que cela finalement ou alors elle avait rencontré quelqu’un d’autre, lui faisant oublié qu’il attendait avec impatience, enfin il n’attendait plus dorénavant… Quand à Crystal… Il avait déserté cette ville durant presque un mois, laissant la plupart de ces affaires dans son appartement, en même temps il n’avait pas grand-chose, juste des meubles, quelques habits, d’ailleurs, il n’avait jamais rien eut de personnel vraiment à lui. Marcus avait décidé de ne plus rien tenter et d’éviter l’alcool, il ne trainait plus dans les bars depuis la fameuse soirée où il avait roulé bourré comme… Il ne pouvait pas y avoir de comparaison vu dans l’état qu’il était et c’était réveillé dans les bras de Grâce, ne se rappelant pas lui avoir parlé, ni même s’il avait couché avec. L’état pitoyable dans lequel il était lui avait fait prendre conscience d’une chose : il devait s’éloigner le plus loin possible de cette ville, il était revenu pour Crystal, il était reparti en partie à cause d’elle.

Il était sur la route de son retour, mais un retour qui allait lui couter cher, parce qu’il allait passer devant son immeuble, en face, déjà et surtout qu’il revoyait les rues d’un autre œil, plus calme, serein, non, il n’irait pas jusque là, mais le fait d’avoir réduit considérablement sa consommation d’alcool, il arrivait à maitriser un peu mieux sa bête, même si parfois il lui fallait partir en forêt quelques jours d’affilés. Il ne chassait plus les lapins, trop de souvenirs du dernier mangé et attaquait toujours plus gros, les daims, les cerfs surtout, plus savoureux et quelques primes, il n’avait pas pu s’en empêcher d’en avoir quelques uns aussi. Il savait qu’il avait une sale tête, pas dormi depuis deux jours, puisqu’il n’avait cessé de rouler, mais au moins, concernant ses cheveux il les avait coupés beaucoup plus court. C’était un début de changement, mais cela passait par là pour commencer, ou plutôt recommencer à vivre. Même si ce mot : vivre, ne signifiait plus grand-chose pour lui. Il avait garé sa moto devant son immeuble, jetant un coup d’œil sur celui qui était en face et rentrait dans le sien.

Il était arrivé devant sa porte lorsqu’il se rendait compte qu’il n’avait pas les clés de chez lui, elle devait être resté dans son coffre et redescendait tout aussi vite les marches. Ouvrant le coffre, il trouvait ce qui pourrait ressembler à une sacoche, contenant ses papiers et ses clés et le refermait lorsqu’il entendait un claquement de portière ? Relevant la tête, il était là, juste devant elle et ne pouvait détacher son regard du sien. Elle l’avait vu et lui aussi et la dévorait des yeux, prenant conscience qu’elle était surement plus fatiguée que lui vu les cernes qu’elle avait, mais surtout il remarquait les cartons à l’arrière de son véhicule. Elle partait ? Il aurait dû, il ne savait pas trop, mais il ne devrait pas rester planté là comme un piquet sur le trottoir, mais il ne pouvait pas bouger. La lassitude peut-être de lui courir toujours après, le fait qu’il n’avait plus envie d’histoires compliquées le freinait également et au final, le temps qu’il se demande s’il devait aller la voir ou tourner des talons, il la voyait sortir et arriver, se plantant devant lui. Qu’importe les mots, qu’importe ce qu’elle pouvait lui dire, il avait toujours aimé entendre sa voix, un murmure ou une engueulade, il s’en fichait à l’époque, mais elle lui paraissait misérable en cet instant qu’il fut prit de court, se demandant s’il allait répondre ou non. Il ouvrait finalement la bouche, mettant les mains dans ses poches, évitant ainsi tous contact qui pourraient se faire, s’il levait le bras pour caresser sa joue. Crystal avait été Crystal et elle le resterait toujours, fatiguée ou non, morte ou non, car c’était ainsi qu’il le ressentait bien, morte de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur.

« Salut! » Belle entrée en matière tout de même, mais il ne pouvait pas s’arrêter là, si? Non, il s’humectait les lèvres, prenant une petite inspiration pour se donner un semblant de courage. Depuis qu’il c’était excusé dans le parc ce jour-là, depuis qu’il avait décidé qu’il était dangereux pour elle, il s’en était mordu les doigts, tentant de reprendre sa vie en main, mais ce n’était pas encore cela.

« Je sais… Mon appartement est toujours là, en face, » disait-il cela en tournant la tête vers la porte de son immeuble, c’était juste une constatation, rien de plus, il ne se moquait pas, ni même parlait trop fort. Son regard était rivé sur son visage et il ne put s’empêcher de lui poser la question qui apporterait probablement une réponse dont elle n’aurait pas envie de donner. « Que t’arrive t-il ?» sa voix n’était qu’un murmure, ne voulant pas non plus la forcer à lui parler de sa vie, mais il était curieux et en même temps, il n’en avait plus le droit, il en était sorti…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mar 22 Jan - 7:49


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Il avait changé, mais ce n’était pas vraiment une surprise. Un mois ca fait longtemps… Physiquement il portait les cheveux à présent court, cela lui allait mieux et il semblait plus calme, ou alors c’était simplement parce qu’on ne parlait que deux minutes et qu’en si court de temps on ne pouvait pas vraiment se rendre compte du tempérament d’une personne. Son appartement… « Mmm…je sais. » Oui, j’avais parfois regardé par la fenêtre, espérant d’y voir une quelconque lumière mais cela avait toujours été l’obscurité. Et c’est ainsi que j’ai su qu’il était parti et qu’il n’allait probablement pas revenir. Alors pourquoi ? Pourquoi il se tenait là en face de moi ? J’avais à peine capté sa question, mon esprit travaillait à une vitesse bien moins rapide qu’avant. Foutu manque de sommeil. Je soupirais et passait une main dans mes cheveux. « Rien. Ma vie a toujours été un vrai merdier alors ce n’est pas nouveau… Rakel est partie… ma colloc… Elle est allée retrouver sans grand amour à Paris. » Je l’enviais, oui, elle pouvait vivre une vie normal alors que moi je n’y arrivais pas. Beau essayer je n’y arrivais pas. Ce foutu vampire m’hantait nuit et jour et je n’arrivais pas à l’enlever de ma tête. Pire je n’arrivais pas à l’abattre. Si au moins j’arrivais à tuer Montello peut-être que je pourrais reprendre une vie normale. « Et avec mon petit boulot de serveuse je ne sais pas me payer le loyer. Et vu que je n’ai pas envie de chercher un nouveau coloc avec mon métier de nuit… Je suis dans l’obligation de déménager… » Bon finalement ce n’était peut-être pas si mal… Lucas aurait du mal à me retrouver… Quoi que non, il connaissait mon odeur, j’étais sure qu’il allait me trouver même si j’allais m’isoler de l’autre bout du monde. J’haussais les épaules comme pour dire que ce n’était pas grave. Dernière chose que je voulais c’était qu’on ait de la pitié pour moi. Je détestais qu’on ait pitié de moi.

Je tournais mon regard vers mes pieds. Je ne savais pas trop quoi dire. Je devrais peut-être retourner à ma voiture et partir tout simplement. Après tout…. Tout avait été dit non…Il était un danger pour moi… pfff ouais, un danger… Tu parles… Au moins coucher avec un loup-garou c’est moins grave que de coucher avec le meurtrier de nos parents… Bon sang je n’arrivais pas à croire que je m’étais laissé piéger par Lucas. Je soupirais. « Je devrais y aller… Je dois encore trouver un motel pour la nuit. » Même si je n’y voyais pas trop l’intérêt, je dormais à peine, autant rester dans ma bagnole… M’enfin, je fis déjà quelques pas en arrière. « Contente de te savoir encore en vie… Et au fait… j’aime bien ta nouvelle coupe. » Je lui souris, avant de faire quelques pas en arrière. Mais voilà, je me trouvais déjà sur la rue et avec la fatigue qui endormait légèrement mon cerveau, je n’avais même pas fait attention qu’en reculant je me retrouvais déjà sur la rue et qu’il y avait une voiture qui me fonçait dessus. Etre en manque de sommeil n’était vraiment pas une bonne chose….

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 23 Jan - 11:10

Sa vie un merdier… Oui, il le savait, il y avait largement contribué dans le passé et il commençait à sentir des remords émaner de lui, vu la façon dont elle semblait continuer à vivre. En fait, ce n’était pas des cernes, mais carrément des valises sous ses yeux, elle semblait nerveuse, sujette à des sautes d’humeur comme lui par le passé qui n’était pas si lointain ? Elle semblait vouloir fuir, plutôt que partir de son appartement parce qu’elle n’avait pas les moyens. Il était vrai qu’il n’avait jamais connu ce problème, soit il était dans l’armée, ou la prison, soit il était mercenaire et accumulait l’argent comme les contrats qu’il exécutait de manière radicale et efficace. Il ne pourrait pas se payer la ville, c’était tout de même un peu trop, mais tout le quartier déjà et il lui resterait de quoi vivre tranquillement jusqu’à la fin de ces jours.

Il la voyait reculer, comme il aurait regardé un train qui passe, sans avoir beaucoup d’émotions, il ne savait pas s’il pouvait l’aider, mais surtout, il ne savait pas si ELLE le voudrait de son aide. Il était dangereux, voila ce qu’il lui avait dit pour arrêter entre eux deux, rien de plus et il l’était vraiment dangereux, elle ne savait pas vraiment ce qu’il faisait comme métier, enfin, s’il lui avait dit, il ne s’en souvenait plus, comme quoi les effets de l’alcool était vraiment néfaste. Il s’en était rendu compte au moment où sa main avait tremblé lors d’un tir de précision et avait raté sa cible la première fois… Pas au deuxième coup, il ne l’avait pas loupé, mais c’était un signe qu’il devait se reprendre en main, mais la revoir, c’était… C’était comme un coup de poignard qu’il recevait en plein cœur, comme s’il se rendait compte qu’il n’aurait pas dû, mais il le devait pour sa santé mentale, la sienne, mais aussi celle de la jeune prime. Voilà, c’était à cela qu’il devait penser, prime, elle faisait partie de l’ennemi, elle avait les armes pour le tuer en un rien de temps, parce qu’il était différent maintenant, parce qu’il était un loup garou et qu’elle le savait. C’était un problème, le tout en fait en était un, qu’il sache, qu’elle sache, leurs vies…

Instinctivement il se passait une main dans ses cheveux, la laissant à l’arrière de sa nuque, oui, il avait décidé de tout couper et de laisser apparent sa cicatrice, elle faisait partie de lui de toute manière et puis il voulait changer, un bien grand mot, mais il c’était rendu compte malgré lui et grâce à Nina, en quelque sorte, qu’il pouvait être quelqu’un d’autre, même si la solitude ne lui pesait pas tant que cela, vu la façon dont il occupait ses journées et ses nuits. Il ne savait pas quoi lui répondre, est-ce qu’au moins une phrase allait sortir de sa bouche ? Apparemment non et il allait la voir partir, enfin s’il la regardait car pour le moment, les yeux baissés, il ne voyait même plus ces pieds. Ce fut le coup de Klaxon qui lui faisait relever la tête rapidement et compris qu’il devait se bouger. Sans attendre, il réagissait au quart de tour, courant, filant comme le vent vers Crystal, pour l’attraper entre ses bras, mais il ratait complètement son coup et au lieu de l’emmener avec lui en arrière, il la faisait voler derrière lui, la faisant retomber sur le trottoir, tandis que les pneus de la voiture crissaient sur le sol.

Un bruit sourd… Un impact violent se faisait entendre et le corps de Marcus roulait sur le sol un peu plus loin. La voiture était arrêtée enroulée autour d’un poteau, fumant d’une lueur grisâtre, tandis que le conducteur assommé tentait de reprendre ses esprits. Un grondement sourd se faisait entendre du coté du corps de Marcus, les doigts se remettaient à bouger, tout comme ses pieds. Il se mettait à quatre pattes difficilement, raclant ses affaires, il n’avait pas prévu de se faire rouler dessus par un quinze tonnes, façon de parler, mais ce véhicule était plus lourd qu’il ne le pensait. Il pestait doucement, sentant juste des ecchymoses, et bougeait doucement chacun de ces os et muscles pour être sur de ne rien avoir de cassé. Il aurait de beaux bleus le lendemain, mais qu’importe, ce ne seraient pas les premiers. La portière se mit à claquer et il entendait un homme marcher rapidement vers lui. Cela ne pouvait être qu’un homme, le pas lourd, pas de claquement, mais plus quelqu’un qui trainait les pieds.

« Vous ne pouviez pas faire attention non ? Regardez ma voiture, elle est morte ! »

Marcus devait rêver, ce n’était pas possible, il se faisait engueuler alors qu’ils avaient faillis se faire tuer ? Crystal… Il redressait la tête un peu trop vivement, lui faisant avoir le tournis et se rappelait de ce qui c’était produit avec les détails. Il l’avait tiré en arrière trop fort et l’avait mise en sécurité, tandis qu’il avait fait ce qu’il avait pu pour sauter sur le capot du véhicule. Il n’avait pas eut le temps de se jeter sur le coté, un trop grand risque de se faire rouler sur les jambes. C’est là qu’il avait prit le pare-brise dans le dos et c’était laissé roulé au sol, ou plutôt jeté au sol pour éviter le pire. Faites qu’elle n’ait rien, il ne pensait pas à lui, il avait mal, mais il pensait à elle.

« Et toi connard, si j’appelle les flics tu ne crois pas qu’ils vont voir que tu avais bu et que c’est toi qui nous a renversé ?»

Marcus grommelait entre ses dents, il sentait bien l’haleine fétide bourré d’alcool venir jusqu’à lui et lui donnait comme la nausée. Il essayait d’abord de reprendre ses esprits avant de tenter de se lever, de toute manière, les fenêtres étaient déjà en train de s’ouvrir pour voir ce qui c’était passés, les flics allaient donc rappliquer automatiquement et merde et aussi les pompiers, probablement, il fallait qu’il se relève et vite et aille voir Crystal, il devait savoir si elle allait bien !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 23 Jan - 12:03


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Au fond je ne suis pas sure que Marcus était une des raisons pourquoi ma vie était un si grand merdier. C’était mon passé, mon caractère, mon attirance pour les mauvais garçons, mon envie de vengeance tout ca m’avait empêché d’avoir une vie normale. Marcus ? Ah si il était un peu fautive dans l’histoire, c’était parce qu’il avait agit comme tout le monde. Qu’il était partie. Les gens partent toujours… Je le savais mais à chaque fois cela faisait mal. J’avais beau me dire que je ne me laisserais plus prendre si facilement, que je n’allais plus m’attacher, c’était plus fort que moi. Je m’attachais et par la suite je souffrais de la solitude. C’était peut-être la seule erreur qu’il avait fait… Car la vie que je menais, ce n’était pas sa faute, j’étais la seule responsable des choix que je faisais. Des choix, qui je dois l’avouer étaient ces derniers temps vraiment très mauvais et un peu du n’importe quoi. Marcus était silencieux et moi je me demandais pourquoi je parlais autant. Devrais d’ailleurs m’en aller… je pris congé de Marcus et reculais déjà, jusqu’à ce qu’un klaxon se fit entendre. Je tournais ma tête à ma gauche pour voir la voiture. Je n’eus pas le temps de fermer les yeux que je sentis quelqu’un m’attraper brutalement et me jeter quasi de l’autre côté, sur le trottoir. A ce moment-là j’aurais souhaité avoir eu des ailes pour ramollir ma chute. Je maudissais ces pavées contre lesquels mon corps venait de plonger. J’avais tenté, dans un reflex de rendre ma chute moins pénible en tentant de poser mes mains sur le sol, mais la force avec laquelle j’atterris sur le trottoir rendait tout simplement impossible de rendre la chute moins pénible.

Je restais allongée pendant quelques minutes. J’avais des égratignures sur mes cuisses, probablement des blues aussi et puis mes mains saignaient et me piquaient à cause de la crasse de la rue. Ma tête quant à elle était encore dans les vapes et essayait de comprendre ce qui venait de se passer. Tout c’était si vite passé que je ne m’étais même pas rendue compte que Marcus venait de me sauver la vie. Doucement je relevais ma tête. Pff j’aurais vraiment du manger un truc ce matin. Tout me semblait si flou… ah non ca fait, les couleurs me reviennent. Et puis j’entendis un homme crier. Mais je ne captais pas encore les mots, je tentais de me redresser, mais j’étais encore dans le brouillard. Comme ci j’avais trop bu… Quoi que non… j’aie plus l’impression qu’on m’avait encore une fois shooté avec trop de médicaments. Me relevant, m’appuyant contre le mur, je me rendis compte que ma main droite me fit mal. Un regard sur cette main et je remarquais que ma peau s’était ouvert à plusieurs endroits et qu’elle était recouverte de sang. Super…

Finalement mon regard allait sur la rue, je voyais une voiture, un homme à terre, un autre debout et…puis mon cerveau commençait enfin à comprendre ce qui venait de se passer. Mes yeux devenaient tous ronds, comme un poisson. Marcus m’avait sauvé ? Et c’étai lui à terre ? Oh mon dieu ! Je ne pouvais donc pas parler à quelqu’un cinq minutes sans le mettre en danger de mort ?! « Marcus ! » Je voulais m’approcher de la scène, mais à peine que j’avais fait quelques pas, que ma tête commençait à tourner et que j’ai du m’appuyer contre une voiture, respirant profondément. J’espérais qu’il allait bien… Quel con de vouloir me sauver aussi !

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Dim 27 Jan - 1:11


Non mais quel con, il ne pouvait pas aller voir ailleurs ? Franchement un abruti pareil, il valait mieux ne pas y penser et puis pour le moment, Marcus tentait tant bien que mal de se remettre debout, une voiture, il n’y à pas à dire c’était plus costaud que lui, quoique en y regardant bien elle était bien amoché, mais bon le poteau avait tout fait. Le fait de l’entendre, c’était déjà un bon point, voila, là au moins, il savait qu’elle était en vie et lui, il sentait bien ses cotes le faire souffrir dorénavant. Il était à quatre pattes, il lui suffirait juste de se transformer et il pourrait se soigner bien plus rapidement, mais devant un humain ? Non, il l’avait déjà fait une fois, pour sauver une sorcière, mais pas deux fois, pas au grand jour, alors que tout le monde était à sa fenêtre en train de gueuler sur le chauffard. Au moins ils avaient tout compris et cela encourageait Marcus à se relever, posant sa main sur l’une des voitures à ces cotés. Il y avait échappé belle et surtout il était content du fait qu’elle allait bien, un énorme soulèvement dans sa poitrine, comme une masse gigantesque qui s’éloignait de lui, soulevant un poids mort.

« Et quand vous aurez fini de me gueuler dessus, vous pourriez, je sais pas moi, LA FERMER? »

Il avait mal à la tête, bah voyons, il ne manquait plus que son loup prennes le dessus et alors là, l’abruti de service risquerait de déguster. D’ailleurs, Marcus fermait les yeux, il sentait bien que ses yeux se modifiaient et non il ne fallait pas. Inspirant profondément, il avançait sans regarder, trouvant le corps de Crystal grâce à son odeur. Un loup, au moins, il lui servait à quelque chose. Il posait une main sur sa taille, la serrant doucement et venait parler à son oreille. Il aurait aimé la tâter pour être sur qu’elle m’ait rien, mais apparemment non, c’était bon. Par contre il y avait une odeur de sang et donc il lui faudrait des soins, comme lui.

« Il vaudrait mieux rentrer, si j’ouvre les yeux, je suis cuit, je, je n’ai pas mes lunettes de soleil sur moi et tu as besoin de soin, viens chez moi, j’ai ce qu’il faut pour te soigner. » Murmurait-il.

Il savait qu’il était debout, mais il ne tenait que parce qu’il était adossé à une voiture. Il savait qu’il la tenait dans ses bras, espérant qu’elle allait mieux que lui, mais ce n’était pas sans compter que les ambulanciers étaient déjà présents, descendant pour administrer des soins aux blessés. Ils furent séparés, ce qui le fit gronder, mais il ne pouvait rien faire contre sans se montrer sous son plus mauvais jours.

« Je n’ai rien, c’est bon, allez le voir le chauffeur, il doit avoir besoin de soin!»

« Laissez-moi faire, l’un de mes collègues est déjà en train de le surveiller. Vous avez mal où à part votre tête ? Vous vous rendez compte que vous saignez ? Vous savez comment vous vous appelez ? Ouvrez les yeux s’il vous plait que je vérifie vos pupilles. »

Marcus soupirait sous le son de la voix de la jeune femme qui tentait de le soigner, s’il ouvrait les yeux, elle allait prendre peur et il ne voulait pas cela et surtout cela ne servait à rien de le soigner, puisqu’il sentait déjà que ces côtes bougeaient d’elle-même pour se ressouder. Il suffirait juste qu’il rentre pour se transformer et il serait tranquille…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Dim 27 Jan - 7:15


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Il y avait une chose que je détestais par dessus tout… A vrai dire ce n’était pas vraiment détester que je fasse… C’était une peur ancré en moi. Les vestes blanches. Si ma migraine m’avait empêché de bouger, l’adrénaline que mon corps envoyait à toutes les parties de mon cœur faisait disparaitre toute douleur interne et externe. Je n’avais ni peur des vampires ni des lycans encore moins de la douleur et de la mort. Mais ce dont j’avais réellement peur c’était bien des médecins. J’évitais les hôpitaux, j’évitais tout ceux qui portaient des blouses blanches. Ce n’était pas de ma faute… on m’avait tant fait avalé des pilules pour un mal qui n’existait pas. Séparée de Marcus, je ne pouvais que me sentir sur la défensive… non pire telle un animal en face de son chasseur. C’était stupide, ce n’était pas d’un ambulancier que je devais avoir peur, il ne voulait que m’aider. Mais à peine qu’il avait posé sa main sur mon bras pour demander si ca allait, que mon corps agissait comme si on venait de me frapper. Je retirais brutalement mon bras, fixant l’infirmier. « Ne me touchez pas. » Et c’était une menace. Peu importe si j’avais l’allure d’un cadavre et que je saignais. Cela ne faisait pas de moi quelqu’un de moins dangereux. Non c’était pire. Mais bien sur, l’infirmier persuadé que j’avais subit un quelconque choque voulait m’ausculter et surtout voulait soigner ma main, parlant même de la désinfecter, que ce n’était pas si grave. Mais quand je sentis sa main prendre la mienne, mon poing partait déjà. Je ne faisais pas confiance aux blouses blanches !


Il y a 10 ans… J’étais dans ce trou à rats depuis tellement longtemps que j’avais oublié à quoi le monde exterieure pouvait ressembler. Ce que Candice, une fille avec des problèmes de suicide m’avait dit, s’avarait vrai… On nous gardait assez longtemps enfermés jusqu’à ce qu’on finisse par croire qu’on est effectivement folle. Mais je ne l’étais pas… ou du moins je ne l’avais pas été en rentrant dans cette clinique psychiatrique. J’avais vu des vampires… Mais est-ce que j’étais folle ? non ce n’était pas mon imagination, c’était la simple réalité… mais personne voulait me croire. Et quand je me rebellais une fois de plus, refusant de prendre des médicaments qui m’empoisonnaient le cerveau, je les voyais déjà arriver. Mais je me débattais, mordant même un des infirmiers… jusqu’à ce qu’un finisse par m’injecter une seringue et que je me réveille quelques heures plus tard dans ma cellule.. Enfin ils appelaient ca une chambre. Attaché… j’étais un danger pour les autres filles et pour moi-même… Onze ans… onze ans à parler contre les murs, à hurler, à pleurer, à me battre, à être sous médocs… Cela laisse des traces inconscient dans notre cerveau…

Des traces… Oui… Je sentais l’injustice qu’on m’avait fait pendant toutes ces années souhaiter de la justice. L’infirmier ne s’était pas une seule seconde douté qu’il n’avait pas une jeune femme de vingt-quatre ans en face de lui, mais une meurtrière, une prime et surtout j’étais instable et il venait de me rappeler de très mauvais souvenirs. Après que mon coup de poing fut partie, je l’avais déjà attrapé à son col. Le poussant violement la tête contre la voiture. « je t’ai dis de ne pas me toucher ! » En voyant la peur dans ses yeux, je finis par le relâcher, mais ma colère était encore là. « Je n’ai rien alors fous-moi le camp. » Avec chance on n’avait pas remarqué ma petite scène. Je m’avancais vers l’ambulance ou j’avais vu disparaître Marcus. Je savais qu’il y avait de fortes risques qu’il allait se transformer. Et il ne devait pas. Surtout pas. Il y avait trop de monde. Et les flics ne devaient pas tarder à arriver… Rah encore des gens qui je détestais… Des flics… Comprennent jamais rien ceux-là. Enfin j’arrivais près de l’ambulance et fut quasi soulagé de voir que Marcus était encore humain. Mais il gardait les yeux fermés. Je posais ma main sur la sienne. « Viens on rentre. » Et quand l’infirmière s’y opposait, encore une fois ma haine pour ces gens là prenait le dessus. Ma main qui n’était pas blessé avait attrapé la main de la jeune femme et d’un coup rapide et sec je lui retournais le petit doigt. « Vous devriez d’abord vous occupez de vous, mademoiselle… » Je m’en foutais qu’elle voulait faire du bien, je ne voyais plus la différence entre le bien et le mal depuis pas mal de temps et ma haine envers la médecine m’aveuglait complètement. Et peut-être que Lucas avait déjà commencé à déteindre sur moi. Quand la jeune femme finit par s’encourir mon regard se reportait vers Marcus. « Allé viens, on se casse d’ici, avant que les flics débarquent. » Je passais déjà un bras autour de sa taille pour l’aider.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Dim 3 Fév - 6:09


Fermer les yeux, les garder fermer, jusqu’à ce qu’il se tire de là, mais Marcus n’osait la bouger de peur qu’il ne la frappe ou lui brise un os. Il ne bougeait pas, restant telle une statue, il devait se contrôler, mais en entendant Crystal hurler, il n’avait qu’une envie aller la récupérer. Qu’est-ce qu’ils pouvaient bien lui faire ? Marcus entendait tout ce qui se passait et il comprenait qu’en fait, elle ne les laissait pas s’approcher, par contre un sourire se dessinait sur ses lèvres il entendait très bien les flics qui embarquaient le chauffard.

« Allez, laissez-moi allez voir ma femme, elle est hystérique lorsque nous sommes séparés et puis, j’ai juste la lumière qui me fait mal aux yeux, c’est tout. » Il entendait soupirer la jeune ambulancière, qui tentait une fois de plus de poser ses mains sur lui, mais il avait toujours le réflexe de les lui repousser sans la voir.

« Il faut vraiment les ouvrir, je dois voir… » Commençait-elle, mais elle ne continuait pas sa phrase, Crystal avait échappé à ses bourreaux et venait d’en faire de même avec la femme qui ne cessait de vouloir le soigner. Il respirait plus rapidement, parce qu’il savait qu’il était enfin libre, mais aussi parce qu’il allait pouvoir se régénérer plus vite sous sa forme de loup, ce loup impatient qui n’avait qu’une envie c’était de sortir. En entendant Crystal, il hochait la tête, gardant les yeux fermés et laissait son bras autour de sa taille, la serrant fortement contre sa taille et tenant son autre main dans la sienne. Il soupirait fortement, mais dès que les deux jeunes gens étaient passés par la porte de l’entrée de l’immeuble de Marcus, il pu ouvrir les yeux, dorés comme ils étaient devenus, plus fins, plus animal.

« Merci. » Disait-il tout simplement. Il les faisait monter par les escaliers, la tenant toujours contre lui, il n’avait aucune envie qu’elle s’effondre, ou même qu’elle ne parte, il ne le supporterait pas, pas maintenant et puis, l’ascenseur ? Non, définitivement non, il ne le voulait pas, trop peur de se transformer à l’intérieur avec elle. Si au moins il pouvait mieux le contrôler, il le ferait, mais là, il y avait bien trop d’excitation entre l’accident, le fait qu’il était revenu, qu’il l’avait vu, qu’elle était là. Cherchant ses clés dans sa poche, il les trouvait, ses mains s’allongeaient déjà, pas bon, pas bon du tout, il n’arrivait pas à tout contrôler, trop d’enjeux, trop de… Il avait mal dans la poitrine, oui, il allait le laisser sortir, dans quelques minutes. La porte ouverte, il les faisait entrer rapidement et fermait à clés derrière lui. Levant sa main, il lui désignait la salle de bain, mais il se souvenait qu’elle était déjà venue.

« Tu connais le chemin, je… N’aie pas peur, d’accord ? Mais… Je ne vais pas pouvoir te parler de suite, il faut… »

Sa voix était rauque, non pas de désir, mais de douleur, il se pliait en deux, marchant comme il pouvait jusque dans sa chambre. N’arrivant pas à fermer la porte de sa chambre, Il s’effondrait au sol, sans avoir le temps d’enlever ses fringues et ne pouvait que laisser son loup prendre le dessus, ce qu’il fit dans la seconde. C’était moins douloureux qu’avant, parce qu’il commençait à l’accepter d’être ainsi et alors que ses bras se rallongeaient et ses jambes se raccourcissaient, Marcus n’était plus l’humain que Crystal venait de sauver, c’était le loup qui avait prit le pas. Grand, plus grand que la moyenne traditionnelle, noir, avec des reflets roux, il n’y avait plus rien d’humain en lui, mais il ne bougeait pas, cherchant encore ce qu’il devait faire… Se soigner, oui, c’était cela, il devait se soigner, ou plutôt soigner l’homme qui était en lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Dim 3 Fév - 7:05


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Me remercier? Si j’avais eu un peu plus de force, je l’aurais bien rit au visage. Mais je me contentais de ne rien dire. Si j’avais arrivé jusqu’ici, que j’arrivais à le soutenir jusqu’à son appartement c’était surtout grâce au coup d’adrénaline que je venais d’avoir en foutant mon poing dans le visage de cet infirmier. Je l’observais. Je voyais bien qu’il était en train de changer. J’étais prime, faut pas l’oublier. Et puis mon meilleur ami était lycan, alors oui, je n’ai aucun mal à ne pas voir les signes. Puis difficile de ne pas les voir, surtout quand mon regard se portait sur les mains de Marcus. * C’n’est surement pas une bonne idée de rentrer chez lui vu son état.* Oui, surement mais d’un autre côté je ne pensais pas avoir la force de redescendre et d’affronter toute cette foule de médecins et de policiers qui devaient se trouver en bas. Alors je me contentais de le suivre. N’ai pas peur ? Ha très drôle ca… « Prime, Marcus. » Je n’avais pas peur de son espèce. Bon d’accord, je sais que c’était dangereux mais je n’étais pas l’humaine qui risquait de se crier au loup tout en secourant. Faut pas exagérer non plus. Je m’appuyais contre le mur, l’adrénaline disparaissait.

Je regardais Marcus aller dans sa chambre, je l’aurais bien aidé, mais je savais qu’il était sur le point de se transformer et ce n’était surement pas une bonne idée de rester près d’une version Marcus en loup. Déjà Marcus humain n’était pas facile à gérer et dangereux, alors en loup ? Non merci, je passe. J’allais me réfugier dans la salle de bain. Je m’observais doucement dans le miroir et finalement je souris tout en secouant la tête. Je n’avais aucun sens de survie, selon Lucas. Et il avait raison… pourtant malgré tout j’étais toujours en vie. Difficile à suivre et à comprendre. Je soupirais doucement avant de faire couler l’eau du robinet et de doucement passer ma main sous l’eau. Fallait que je trouve un peu de désinfectant et un bandage aussi. De mon autre main, je cherchais dans le tiroir et finit par trouver ce que je cherchais. Quelques minutes plus tard je m’étais occupé de ma main. Mais j’hésitais à sortir. Je ne savais pas si Marcus était toujours dans sa forme de loup et je ne savais pas non plus à quoi je devais m’attendre quand il était sous cette forme-là. De l’agressivité ou pas ? Aucune idée, j’ignorais si il arrivait à se contrôler ou pas. Bon… je me décidais de rester encore un peu dans la salle de bain. Je me rafraichissais un peu le visage, avant d’avoir marre d’attendre dans une si petite pièce. A la guerre comme à la guerre ! Je sors !

Même si je n’étais pas en état de me battre, Marcus ne m’aurait pas laissé rentrer si il se pensait dangereux, si ? Quoi qu’on parlait de Marcus… Et le danger était son surnom non… C’était pas ca son excuse de m’avoir laissé ? Mmm bon je n’allais pas remettre ca sur le tapis, ca servait à rien. De toute manière peu importe l’excuse, tout le monde part dans ma vie. Ouvrant la porte de la salle de bain. « Marcus ? »

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Lun 4 Fév - 10:44


Un léger grondement répondait au prénom entendu, oui, c’était Marcus, mais en différent, pas que physiquement, même si c’était la première chose qu’il y avait à voir, le physique d’un homme comparé à ce loup là… Forcément, à part la haute stature sous sa forme humaine de près des deux mètres, son loup était presque aussi grand, enfin il fallait qu’il lève la tête pour cela, mais il ne pouvait pas être considéré comme un gros chien, il était plus imposant encore. Il secouait la tête d’un non bien négatif, non, elle ne devait pas s’approcher de lui et pourtant son loup avait envie d’aller la voir, de lui montrer la bête qu’il était. Il savait qu’elle était son ennemie, une prime, une de ceux qui tuait tous ce qui était différents de l’humain de base, oui, mais voila, il voulait qu’elle le voit, pour mieux le supprimer ?

Non, Crystal n’était pas comme cela en lui, il sentait qu’elle était perturbé, troublée, probablement abattue par sa propre nature. Ce qui lui fit avancer d’un pas, ce fut l’odeur du sang, ce sang qui lui faisait se lécher les babines. Non ! Il ne fallait pas se mettre en tête qu’elle pouvait être une proie, mais juste… Elle était quoi au juste ? Marcus n’en savait pas plus que la bête en lui, mais un pas après l’autre, laissant comme un petit bruit de claquement au sol à cause de ces griffes, il sortait doucement de sa chambre. Bon, il n’avait pas le choix non plus, il ne devait pas baisser la tête, pas à ce point là, les murs étaient haut ici, mais l’encadrement de la porte grinçait sous l’épaisse fourrure noire agrémenté de roux, cette fourrure qui cachait sans cacher réellement ses muscles. La tête baissée, il la regardait par en bas, enfin non, en y regardant de plus près, il s’arrêtait à quelque pas d’elle et se retrouvait nez à museau avec Crystal. C’était l’heure de vérité, il allait savoir si elle était vraiment cette tueuse impitoyable qu’elle disait être ou juste… En fait il n’en avait pas la moindre idée.

Ses yeux étaient comme tout son corps, différent, mais il n’y avait pas de colère ou de rage, non, juste des questions qu’il ne pouvait pas poser. Il ne bougeait pas ses pattes, restant comme ancré dans le sol et avançait le museau pour venir la renifler, un geste purement instinctif, mais sa gueule s’approchait du visage de Crystal, venant sentir ses cheveux. Elle devait avoir mit du parfum, car le loup eut comme une secousse et éternuait sur le coté, une chance pour Crystal, autrement il la repeignait totalement. S’ébrouant tel un chien mouillé, il semblait attendre quelque chose de sa part et n’hésitant plus, il se baissait, se repliant sur ses pattes avant, venant quémander une caresse en frottant le haut de son crane contre l’une des mains de la jeune femme. Le fait de modifier et surtout de contrôler un peu mieux ces pulsions le rendait un peu plus calme, que se soit l’humain ou l’animal.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Lun 4 Fév - 11:15


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Mmm voilà que je me retrouvais face à face avec un loup. Y avait des autres situations que je préférais. Je ne bougeais pas, je n’avais pas spécialement peur. Mais j’étais très méfiante, et surtout prête à bondir de l’autre côté de la pièce si il fit un geste brusque ou agressif. Mais il ne bougeait à peine. Il me fit un peu penser à Tomas, mais il était plus grand. Tueuse impitoyable ? Je l’étais… Je ne ressentais plus rien quand je tuais quelqu’un, quelque chose… c’était le vide. Et je pense que ce vide-là vous rend impitoyable, du moins c’était l’optique que moi j’avais de ce mot. Tueuse ? Oui sans aucune doute que j’en étais une. Mais je chassais principalement les vampires. J’avais tué que très peu de lycans et uniquement parce qu’ils s’en prenaient à un innocent ou qu’il m’attaquait. En ce qui concerne les vampires j’étais beaucoup moins sélective, ils y passaient tous. La seule exception avait été Lila et ca pour l’unique raison qu’elle m’avait fournit des informations utiles sur Lucas. Mais les lycans… c’était différent. Marcus n’allait pas le croire, je savais bien qu’il avait sa petite opinion sur les primes. Mais le seul véritable ami depuis mon enfance avait été un lycan alors je pense que cela change un peu la donne et j’évitais de trop les traquer. Par contre quand le museau de Marcus s’approchait de mon visage je reculais quand même un peu mon visage. Trop près de sa gueule et des dents. Heureusement mon parfum fut son effet et le loup éternuait, remettant une distance plus au moins convenable entre lui et moi..

Puis il s’abaissait doucement. Pourquoi il faisait ca ? Pourquoi est-ce qu’il ne se changeait pas à nouveau ? Je sentis son crâne contre ma main et je compris, ou du moins je pensais comprendre, ce qu’il voulait. « Une caresse ? Vraiment ? » Bon, je ne pouvais pas vraiment comprendre pourquoi, ni ce que cela pouvait bien lui faire comme effet… Ma main passait doucement sur le crâne du loup, lui grattant légèrement le crâne avant que je soupirais et que je laisse retomber ma main à côté de mon corps et je m’éloignais de lui. J’allais me poster près de la fenêtre. L’ambulance était parti, tout comme la police, la vie semblait avoir reprit son cours. « Je pense que je vais y aller… j’ai encore une longue route à faire. » Je me retournais et fut surprit de le retrouver face à face. Je ne l’avais pas entendu se déplacer. « Bon sang ! Ne fais pas ca, je risque de te donner un coup par reflexe ! Déjà que dans ma tête c’est le bordel et que je fais un peu n’importe quoi. » Je croisais les bras, attendant qu’il se bouge pour que je puisse passer. Mais visiblement il n’avait pas trop envie de bouger. Je soupirais. « C’est pas vrai… Tu ne vas quand même pas essayer à nouveau de me garder dans ton appartement ? Crois-moi, je suis la dernière personne que tu veux avoir dans cet appartement. Y a pas plus instable que moi pour le moment. » Je parlais de trop, je pense que c’était parce qu’il ne disait rien et que c’était plus facile à parler à quelqu’un qui ne donne pas son avis ou qui ne vous harcèle pas de questions.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mar 5 Fév - 10:09

Marcus ne voulait pas qu’elle parte, mais il n’osait pas redevenir humain, comme s’il se sentait mieux sous sa forme animal. Depuis qu’il contrôlait mieux sa soif d’alcool et sa bête, depuis qu’il tentait de laisser de coté ses impulsions sauvages et dangereuses, en dehors du fait qu’il soit un Lycan, il été bien ainsi. Il n’avait pas envie qu’elle s’en aille, mais si pour cela il devait redevenir humain et le lui dire, il le ferait. Il restait face à elle, l’air non menaçant, autant qu’un animal tel que lui pouvait être et laissait quelques grognements affectueux, la poussant doucement du bout du museau sur sa hanche. Il y allait avec délicatesse, autant qu’un éléphant puisse faire dans un magasin de porcelaine, il avait beaucoup plus de force et avec ces crocs attrapait son haut pour lui éviter de tomber. Le loup avait envie de jouer, mais il se rendait compte qu’elle n’était pas assez forte pour cela et se couchait à ses pieds en couinant comme un petit chien en manque de caresses. L’animal fermait les yeux et laissait la place à l’homme dans un panel de tremblement. Marcus respirait à fond lors de ce processus et se retrouvait nu, à genoux devant elle, il n’avait pas pensé à cela, mais de toute manière ils se connaissaient bien assez pour ne pas être gênés l’un envers l’autre. Se raclant la gorge, il redressait la tête, ses yeux reprenaient leurs formes tandis qu’il respirait mieux, ses côtes semblaient s’être remises même si elles allaient être fragiles durant quelques temps.

« Je ne te demande pas de rester à vie, mais tu as besoin de te reposer, cela se voit comme le nez au milieu de la figure… Je sais que je ne suis pas le meilleur des hommes, pas après ce que je suis devenu en plus, mais j’apprends à vivre avec et…» il baissait la tête, comme s’il avait honte de ce qu’il allait lui dire. « tu m’as manqué… »Murmurait-il.

Il ne savait pas comment elle pourrait le prendre et au lieu d’attendre que l’épée de Damoclès lui tombe sur la tête, il se redressait et allait dans sa chambre, récupérant un boxer et pantalon, au moins il serait un peu plus présentable. Ressortant de sa chambre, il inspectait son torse et ses bras tout en se dirigeant vers Crystal et plaçait les mains dans ses poches, regardant ses pieds nus comme si c’était la chose la plus importante à ses yeux.

« Ecoutes, je ne vais pas te forcer à rester ici, si tu veux partir, tu peux t’en aller, je me disais juste que le temps que tu trouve quelque chose à toi, nous pouvons très bien vivre ici, enfin chacun dans son coin, je prendrais le canapé et tu auras la chambre, cela ne me gêne pas, je ne suis pas souvent là en plus, mais cela te donnerais du temps pour te retourner, à moins que… » Il venait se frotter l’arrière du crane avec l’une de ces mains, si cela se trouvait, elle allait chez quelqu’un et c’était pour cela qu’elle semblait pressée de partir. « A moins que tu ne sois attendu… ailleurs… » Il redressait la tête pour l’observer, continuant à se masser la nuque. « Je ne te demande rien en échange, je t’en fais la promesse. »

Il ne faisait pas beaucoup de promesses, mais le peu qu’il faisait, il les tenait toujours, comme cela de la retrouver c’était fait, mais ce n’était pas pour cela qu’il voulait qu’elle reste, elle lui avait manqué et la voir dans cet état, elle était sur les nerfs et il voyait tous les symptômes de la crise de nerf sur elle, sans qu’elle ne soit déclarée, pour l’instant.

« Je peux te faire à manger si tu veux et tu repartiras après ? C’est comme tu veux Crystal. » Sa voix n’était pas donneuse d’ordre, il ne faisait que lui proposer et si elle voulait partir, il la laisserait faire, même s’il n’en avait pas envie, mais il avait apprit une chose : c’était que forcer la main aux autres ne les aidaient pas et de même pour lui.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mar 5 Fév - 11:22


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Je me retournais quand je le voyais se transformer. Je n’étais pas une grande fan des transformations lycan-humain. Et puis je savais aussi qu’il allait être nu, et malgré qu’on se connaissait physiquement, quelque part le fait de le voir nu… je ne sais pas… disons simplement que je montrais un peu de respect pour son intimité personnelle. Je soupirais et fixais mon propre reflet dans le miroir. Bien sur que j’étais fatiguée, mais je n’arrivais pas à dormir. Et à moins de prendre une bonne dizaine de somnifères je ne pensais pas que j’allais arriver à trouver le sommeil de si vite. Je ne répondis pas, me contentait de l’écouter parler. Surprise lorsqu’il avouait que je lui avais manqué, ce n’était pas les mots auxquels je me serais attendu. Je ne me serais pas attendue à entendre des tels aveux de la part de Marcus, je me retournais mais je n’arrivais pas à capter son regard. Trop surprise par tout ca, je ne prononçais aucun mot et l’observais s’éloigner dans sa chambre. Je me passais un main dans mes cheveux, soufflant doucement. Je ne savais plus trop quoi faire. Quand il était partie, j’avais fait tellement d’erreurs… et j’avais prit un si mauvais chemin qu’aujourd’hui je ne savais plus trop comment m’en sortir. Je me laissais doucement glisser sur le canapé lorsque Marcus refait son apparition, cette fois-ci à moitié habillé. J’arquais un sourcil. « Nous ? » Mais le reste des paroles de Marcus étaient encore plus incroyable. Il me proposait de dormir chez lui ? Que je prendrais sa chambre ? C’est quoi ce délire ? Je secouais doucement la tête. Non ce n’était pas une bonne idée.

« Non… on ne m’attend nulle part… Mais je ne sais pas… ce n’est pas une bonne idée… je…« Je soupirais. Voilà que Marcus en ajoutait encore une couche en me disant qu’il ne voulait rien en échange… oh Marcus… Si tu savais… « Marcus… » J’hésitais, je ne savais pas quoi dire. C’était une mauvaise idée, pour plein de raisons. Et voilà qu’il me propose de faire à manger… Le monde est à l’envers. Je ne voulais pas qu’on soit si gentil avec moi, je ne méritais pas tout ca. Je secouais doucement la tête. « Ca ne sert à rien… J’ai du mal à avaler de la nourriture, encore plus de le garder dans mon estomac… alors te prend pas la peine de cuisiner… Manger, dormir… c’est quasi devenue impossible. » Pourtant la fatigue y était, mais mon esprit avait toujours été plus fort que mon corps et m’empêchait d’avoir un sommeil récupérateur. Malheureusement mon esprit était aussi endommagé, beaucoup, et il ne me donnait aucun repos. « Mais je ne dirais pas non contre un peu de café » je reposais ma tête contre le dossier du fauteuil, fermant les yeux. Puis après quelques secondes je me mis à parler. « Tu sais… quand tu es partie, je me suis rendue compte à quel point j’étais stupide… j’ai toujours fait que repousser les gens. » J’ouvrais les yeux. « Les repousser alors qu’au fond je n’ai jamais réussit à supporter la solitude. Je déteste être seule… J’ai toujours eu besoin d’avoir quelqu’un, même si ce n’était qu’une coloc. L’idée d’être seule ca m’a toujours effrayée… Et quand tu es parti, je me suis retrouvée seule… Rakel, Reina… elles étaient tous parties… Et toi tu partais aussi. Et je t’ai laissé partir… » Je refermais les yeux, je n’avais pas l’habitude de parler autant, surtout pas de moi. « Et j’ai fait ce que j’ai toujours fait… » Je me relevais et me postait à nouveau près de la fenetre, fuyant son regard. « Je me suis accrochée à la seule personne qui était encore là… » Que ca soit dans mes cauchemars, dans mes envies de vengeance ou dans la réalité… Lucas avait toujours été présent. Et Marcus parti, mes amies aussi, j’avais cherché un autre pilier… le plus mauvais qu’il soit. « Et je peux te rassurer qu’il est pire que toi... » Oh oui… Marcus était pas peut-être pas un agneau, mais Lucas l’était encore moins. Lucas n’avait pas de regrets, Marcus il arrivait à en avoir… Je soupirais. Je m’étais encore mis dans un de ces merdiers…

HJ : Déplacé

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 6 Fév - 9:17

Juste un café… Toutes les pieces étaient ouvertes, à part la salle de bain et sans un mot, il allait faire du café… Du café et pendant ce temps là, il allait digérer… Digérer la nouvelle qu’elle c’était accroché à quelqu’un d’autre de pire que lui ! Qui pouvait être pire que lui ? Il y en avait quelques uns, mais il n’osait pas poser de questions, analysant la situation comme il le pouvait. Elle venait de se dévoiler, bien plus qu’en toutes leurs années de vies communes ou non et il ne savait pas quoi faire de tout cela. Il ne lui promettait rien, que le fait de la laisser aller et venir dans son appartement qui était bien assez grand pour deux, voire plus, il prenait tout l’étage ce n’était pas rien tout de même et puis ils pouvaient très bien ne pas se voir pendant quelques jours, tout en étant dans le même logement, mais la façon dont elle venait de dire qu’elle n’arrivait pas à vivre seule, Marcus ne comprenait pas sa façon d’agir.

Elle ne voulait pas rester solitaire, et il ne pensait pas à un compagnon, mais juste à une présence, mais elle devait partir, pour quelques obscures raisons, il n’en avait pas la moindre idée, à part le fait qu’il était violent, il le savait, mais il se soignait en acceptant déjà sa nature, c’était toujours un début. Mais surtout elle n’allait rejoindre personne, donc elle serait seule, dehors, dans son camion ? Marcus passait un coup d’eau chaude dans l’appareil pour la nettoyer, ouvrait un placard, prenant un filtre à café, le mettant dans la cafetière, ouvrant un paquet de café qu’il avait acheté avant de rentrer en Irlande, le dosait, injectait l’eau et mettait en marche la cafetière. Des gestes automatiques, simples et non brusques, cela l’aidait à raisonner, à comprendre ce dont elle pouvait avoir besoin, ce dont lui pouvait lui offrir. Posant ses mains de part et d’autre de la fameuse machine à caféine, il regardait les gouttes tomber à l’intérieur du réceptacle tandis qu’il cherchait ses mots.

« J’ai bien entendu ce que tu as dit Crystal… Ce que je te propose c’est juste un endroit où tu pourrais te poser un moment, rien de plus. Je ne cherche pas à te forcer la main, je veux juste…» Ton bonheur ? C’était les deux mots qui avaient failli sortir, mais il ne pouvait pas, c’était bien trop tard pour le lui dire, il aurait du y penser avant, réfléchir, voila ce dont il était dépourvu jusqu’à un certain point. Pliant et dépliant ses poings, étalant ses doigts bien à plat sur le plan de travail, il se redressait pour se tourner vers elle qui regardait au dehors.

« Ce n’est peut-être pas la meilleure solution, mais j’ai bien compris que tu ne supporte pas la solitude et tu veux aller dehors? Si au moins tu allais rejoindre quelqu’un, mais là, tu va encore être seule et…» Se passant une main nerveusement dans ses cheveux, il inspirait profondément pour se donner du courage, ce dont il ne manquait jamais d’ailleurs, mais pas là. « ici tu aurais au moins une présence, même si je ne suis pas celui qu’il faudrait, mais si j’ai bien compris tes amies sont parties en te laissant… Comme je l’ai fait… »

Il venait de murmurer ses quatre derniers mots se rendant compte qu’il l’avait traqué dans plusieurs pays pour la laisser tomber comme une vieille chaussette. Elle était fragile, il le savait qu’elle était fragile, forte extérieurement, mais intérieurement détruite. Il ne savait pas être gentil, mais il essayait. Son regard se détournait sur les viennoiseries qu’il avait acheté en même temps que le café, ne sachant pas si elle en voudrait, mais il était vrai qu’il lui fallait des forces, à lui comme à la jeune femme et si elle ne mangeait pas, il ne la forcerait, mais tenterait de lui donner envie. Il les prenait et les posait sur la table de la cuisine, pas celle du salon, même si elle avait été changé, il n’avait pas envie qu’elle se souvienne de ce qui c’était passé, même si lui l’avait en travers de la gorge, il était abruti, mais le fait d’avoir arrêté l’alcool, mais pas la cigarette, il ne pouvait pas enlevés tous les vices d’un coup, il tremblait moins et était plus conscient des choses.

« Ce que je veux dire c’est que c’est de ma faute ce qui à pu t’arriver, je ne t’aurais pas… Je, si tu as peur pour le loyer, tu n’a rien à craindre, il est à moi, j’en suis le propriétaire, si tu veux, je te mettrais des chaines en argent sur la porte de la chambre, je… » Il se mettait à sourire doucement en imaginant le tableau, elle était une prime, il avait tendance à l’oublier, surtout lorsqu’il la voyait si fragile. Sortant deux tasses, il les posait à coté du sac et avançait vers elle, trainant exprès les pieds pour qu’elle l’entende arriver. Il se baissait pour lui prendre les doigts avec les siens légèrement sans appuyer dessus.
« Le café est prêt, viens au moins te réchauffer, nous aurons le temps de discuter en même temps, d’accord?»

Il l’entrainait doucement à sa suite, ne cherchant pas à la forcer, mais elle avait demandé à boire et la chaleur lui ferait du bien. Il lâchait sa main, la frôlant tout juste et allait servir les deux tasses, les posant sur le bar ouvrant le sachet. « Je sais que tu n’as pas faim, mais j’ai besoin de reprendre des forces et toi, enfin si tu veux grignoter, sers-toi. » Il s’asseyait sur l’un des tabourets et s’installait, attendant qu’elle en face de même, où qu’elle veuille.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 6 Fév - 9:52


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞



Je n’aurais pas du dire ca, et je regrettais, je regrettais amèrement de m’avoir dévoilé autant. J’aurais du me taire. Qu’est-ce qui m’a encore prit de parler de moi-même ? Parce que j’en avais besoin ? Non je n’avais pas besoin de dire tout ca à quelqu’un. Se dévoiler c’est se rendre fragile ! Bon sang Crystal ! Reprend toi ! La fatigue n’était pas une bonne chose pour ma barrière mentale. Marcus partait dans la cuisine sans dire un mot, et peut-être qu’il n’avait pas entendu… ou alors qu’il ne voulait pas entendre… je continuais à regarder par la fenêtre. Je me demandais qui allait habiter dans mon appartement à présent. J’entendis Marcus dans la cuisine mais ne bougeait pas.

Aller dehors… et me retrouver seule. Oui, je serais seule et alors, je l’avais toujours été non? Mes sauts d’humeur m’avaient toujours caractérisé, mais là elles étaient encore pire, d’où je tentais de ravaler ma rage. Ma rage qui se mêlait trop souvent à ma douleur. Une sorte d’auto-défense mal programmé sans aucun doute. Je gardais mes yeux rivés sur la fenêtre, bien qu’il commence à faire noir et qu’on ne voyait quasi plus rien. Marcus revenait à la charge. Il n’était pas celui qui me fallait ? C’en était trop. J’éclatais de rire et je me tournais vers lui. « Oké, tu peux arrêter là. J’ai dormi pendant onze ans avec des tarrées. Des gens qui étaient enfermés dans des asiles psychiatriques. Alors tu vois t’as pas avoir peur, je suis sure que ta présence ne doit pas être si mauvaise que ca. » Oh et puis qu’est-ce qui m’arrivais. Je soupirais. Je baissais les yeux. « Je suis désolée, Marcus… Je ne voulais pas m’emporter… oublie ce que j’ai dit. » Et voilà qu’il disait que c’était de sa faute. Bon sang Marcus !!! Il devait arrêter de se montrer si gentil avec moi, je ne le méritais pas. « Arrête… C’est pas de ta faute… C’est moi qui ne fait que repousser tout le monde, depuis toujours. » Oui, peur de souffrir et pourtant je souffrais tout le temps. C’était l’ironie de tout ca. Je repoussais les gens car j’avais peur de m’attacher à eux et de souffrir, mais quand j’arrivais finalement à les faire sortir de ma vie je me rendais compte que je m’étais déjà attaché… Trop tard…Bonjour souffrance. Mettre une chaine autour de la porte ? Je relevais mon regard vers lui et il comprit il sourit et je fis de même. Premier sourire depuis longtemps.

Finalement je me laissais entrainer vers la table, m’installant, mes doigts ne tardaient pas à glisser autour de la tasse chaude. Je pris une gorgée. Ca fit du bien d’avoir un nouveau booste de caféine dans mon système. Mon regard s’attardait sur les viennoiseries. Oui, je devrais manger, mais encore je n’ai pas faim. Je ne ressens pas de faim en tout cas. Et pour le moment je me contentais de boire. Observant le café, je savais que quelque part il s’attendait à ce que je parle, mais vu le bordel dans lequel je m’étais mise… Je ne savais pas trop par ou commencer. « Je supporte pas la solitude… J’ai beau être une prime, j’avoue que me retrouver seule avec moi-même me terrifie. » Oui, j’avais peur de moi-même, j’avais peur de mes rêves, de mes pensées, de mon passé. « Mais je suis un véritable danger pour toi, Marcus. Et pas uniquement parce que je suis une prime. » J’étais quelqu’un de mauvais, de terriblement mauvais. Je pris une nouvelle gorgée. Ma migraine revenait, manque de sommeil je t’enmmerde ! Je posais mon coude sur la table, posant mon front dans la paume de ma main et fermait les yeux quelques instants. Peut-être que je devrais quand même accepter son offre… il était grand assez pour se défendre lui-même non ? De quoi est-ce que j’avais peur ? Ah oui… De m’attacher… Encore.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Ven 8 Fév - 10:29

Marcus soupirait, cela se posait bien là comme problème, ils étaient têtus autant l’un que l’autre, mais il lui avait dit qu’il n’insisterait pas pour qu’elle reste, même s’il en crevait d’envie. L’avoir touché juste un instant lui avait fait du bien, à lui, mais il avait peur de ses réactions s’il s’approchait un peu trop d’elle, voila pourquoi il était resté un moment sous sa forme de loup, à croire qu’il devenait un peu plus sage, mais vraiment un peu. Le mince sourire dont il avait eut lui tirait une certaine satisfaction, même si cela avait plus ressemblé à un rictus, mais c’était toujours cela. Il mangeait un croissant tandis qu’il l’écoutait lui parler, la laissant sortir ce dont elle avait besoin. Il ne lui demandait rien, il avait bien compris que pour elle, parler signifiait torture et donc il n’était pas tortionnaire.

« Tu n’es pas oblige de parler »Disait-il doucement. Il se levait et allait prendre une boite dans l’un de ces placards du haut, prenant un verre à coté et posait le tout sur la table. Attrapant une bouteille d’eau, il la mettait à coté également.

« C’est de l’aspirine, prends-en un, cela te fera du bien.» Même s’il pensait que le mieux serait qu’elle dorme. Un coup de massue peut-être pour la faire dormir ? C’était une solution à envisager, même s’il l’utiliserait en dernier recours, surtout vu ce qu’elle lui avait dit. Il ne savait pas pour l’asile psychiatrique et dorénavant, Marcus se posait encore plus de questions, non pas sur le fait de sa probable folie, non, tout le monde l’était à ses yeux, mais c’était plutôt le comment elle avait pu atterrir là bas ? Et c’était quand ? Parce qu’ils ne c’étaient jamais confiés l’un à l’autre de leurs passés respectifs et c’était peut-être maintenant qu’il pouvait ?

« Je ne sais pas si c’est ma faute tout ce qui t’arrive, probablement une bonne partie, pas la peine de le nier… Je ne porte pas de blouses blanches, mais j’ai mon propre passé qui n’est pas glorieux… La solitude… Je l’ai connu très jeune, ma mère est morte sous les coups réguliers de mon père et il fallait savoir se taire ou subir ses foudres… Je l’ais apprit assez tôt, pas assez pour éviter les coups. Je le maudissais et le maudis encore et si je pouvais le tuer pour tout ce qu’il m’a fait subir, crois-moi sur parole, je le ferais, sans compter toutes ses pétasses qui se prenaient pour ma mère… Elle avait bien plus de classe et de tendresse que ces paillassons, mais je ne l’ai pas fait… A ma majorité, J’étais beaucoup plus fort, j’ai acquis ces muscles pour qu’il cesse de se défouler sur moi et me suis retourné contre lui, il s’en ait sorti vivant, si j’ai bien compris, mais n’as jamais porté plainte… Et je me suis engagé dans l’armée. »

Marcus passait beaucoup de détails sordides, pas besoin qu’elle sache dans quelles circonstances il avait pu retrouver sa mère le dernier jour, ni même le nombre de fois incalculables qu’il était tombé sur les actes sexuels et pervers en tout genre de son géniteur. Ni tout ce qui avait pu se passer dans sa tête, la noirceur qui avait prit le pas sur son innocence, seule des images de sa mère subsistaient, c’était à peu près la seule chose qui lui restait et encore, même cela s’estompait au fur et à mesure qu’il vieillissait. Son passé restait son passé et il était devenu ce qu’il était devant Crystal, elle devait en avoir vu des choses, mais il ne réfléchissait pas en parlant, non, il laissait sortir la plupart des mots, butant sur certains, passant vite d’autres phrases.

« Tu dis que tu es une prime, que tu es un danger, mais pas à cause de cela, mais de mon coté, tu ne sais pas tout sur moi non plus…» Il cherchait comment lui dire la vérité sur lui, de toute manière, c’était maintenant ou jamais, il fallait qu’elle connaisse ce qu’il était vraiment, car il n’avait fait que parler de sa soit-disant retraite de l’armée, mais il en était autrement.

« Je suis devenu Lycan à ma sortie de prison, je suis tombé sur la mauvaise personne au mauvais moment, et bien qu’au début je t’ai détesté pour cela, me disant que c’était de ta faute, je me suis rendu compte que ces facultés, celles de mon loup, me sont très utiles… Crystal, je suis un… » Il relevait son regard vers elle, il avait besoin de voir sa réaction à tout ce qu’il venait de dire, c’était le plus long monologue qu’il venait d’effectuer. « …mercenaire. Je reçois des contrats, je choisis ce que je veux, jamais des enfants, c’est un principe et je fais toujours en sorte qu’il n’y en ait pas lorsque j’exécute mes missions. Mais lorsque tu dis que tu es dangereuse, je le suis tout autant que toi, voire plus… Tu… Tu es la seule à le savoir…»

Il ne disait plus rien, il venait de lui dévoiler ce passé douloureux sans avoir un seul trémolo dans la voix il l’avait juste raconté comme on lit un livre d’histoire, sans saveur, sans odeur, sans sentiment, rien, juste des mots les uns après les autres…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Sam 9 Fév - 1:27


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

J’avalais l’aspirine qu’il me donnait avant de l’écouter. Je comprenais…. Je comprenais enfin pourquoi Marcus était si violent. Ayant été lui-même un enfant qui a du subir des coups, cette rage avait besoin de sortir… Je soupirais doucement. Je comprenais enfin la violence dont Marcus avait toujours fait preuve. « Je suis désolée… pour ta mère… pour toi…. Aucun enfant ne mérite un tel père. » Mais est-ce que cela justifiait les choses ? Non pas vraiment. Mais cela donnait un sens à tout ca. Et c’était ca qui importait.

Un mercenaire? Je le regardais d’abord incrédule, puis il continuait, parlant de ces contrats qu’il ne prenait jamais des enfants, les informations rentraient doucement dans ma tête. Je ne savais pas ce que je devais penser de tout ça. Au début j’avais pris Marcus pour quelqu’un de violent, quelqu’un qui est capable de tuer mais plus à cause de sa rage, pas pour rien… enfin pour rien d’autre que pour l’argent. Ca je n’aurais pas cru. Je tournais ma tête sur son appartement… Voilà d’où sortait tout son fric. Je ne savais pas quoi penser. Je m’étais trompé sur lui, mais d’un autre côté est-ce qu’il était plus dangereux que moi ? « T’es pas sérieux… un mercenaire ? Un MERCENAIRE !! Un tueur ?! C’est pas vrai… je pensais que tu étais moins pire que Lucas. Mais visiblement non… Tous les deux des tueurs… Toi tu tues pour le fric et lui il tue pour l’amusement… Bordel ! » Je me relevais, j’avais du mal à y croire. Mais très vite en voyant son visage, je savais que je n’avais aucun droit à le juger. Je soupirais, et si j’avais été sur le point de quitter l’appartement et que je m’étais déjà levée pour partir, je finis par me rasseoir. Je n’avais pas le droit de le juger…. J’étais en train mauvaise position pur jugé qui ce soit. Je lâchais un soupir et finis par jeter ma frustration sur un pain au chocolat. Pourquoi fallait que je traine toujours avec des mauvaises personnes hein ? Pourquoi fallait-il toujours que je tombe amoureuse des hommes dangereux ? Un tueur… encore un…. Je mangeais la moitié de mon pain avant de relever mon visage vers Marcus. « J’ai tué… un autre prime… Et je n’ai eu aucun remords… Je l’ai tué parce qu’il formait un obstacle dans mon plan. J’ai tué un homme, un des miens… sans remords. » Non, c’était le vide à l’intérieur. Je secouais doucement la tête. « Je ne ressens plus rien. Je tue, mais je sais même plus pourquoi… Vampire, lycan… Prime… y a plus de différence. » Mais au fond ce n’était pas vraiment ça le problème…. Mais j’osais lui dire pour Lucas. J’avais tellement honte…

« j’avais sept ans quand un vampire est rentré dans notre maison… il a torturé et mes parents devant mes yeux… J’ai été sauvé par l’arrivé d’un prime… mais quand les services sociaux et la police sont arrivés, j’ai dit que le tuer était un vampire… Au final, j’étais tellement têtu qu’on m’a mis dans un centre psychiatrique, croyant que j’étais devenue folle à cause de la mort de mes parents…. Onze ans… Onze ans à être drogué par des medocs, à ne plus savoir ou j’étais ou qui j’étais…. Quand je suis sortie je n’ai pas eu facile à trouver un travail, du coup j’enchaine les petits boulots de serveuse, vu que je n’ai aucun diplôme en poche. » Je pris ma tasse en main et me mis à marcher un peu. « En arrivant en Irlande j’avais retrouvé la trace du vampire qui a tué mes parents…. Mais je ne voulais pas le tuer, je voulais le faire souffrir… Je me suis enseigné chez d’autres primes… j’ai appris qu’il aime séduire ses victimes…. Alors j’ai décidé de le prendre à son propre jeu…. » Et qu’est-ce que j’avais été stupide….


_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 13 Fév - 10:36

« Et tu oses me juger? » Murmurait-il complètement défait.

Marcus avait cru qu’elle comprendrait mieux que quiconque, voilà pourquoi il lui en avait parlé, elle était une prime, d’accord, ce n’était pas pour l’argent, mais elle ne comprenait pas les motivations qu’il avait eut pour devenir ce qu’il était, un mercenaire, ne comptant que sur ses propres règles et elle se permettait de le juger… Elle avait beau dire qu’elle venait de tuer un autre homme, juste parce qu’il était en plein sur son chemin, Marcus ne a jugeait pas, LUI et ça lui faisait mal que finalement il ne pouvait plus rien advenir de bon entre eux, ces pensées tournaient en boucle dans son esprit se rendant compte qu’il l’avait perdu. Il l’aiderait, elle en avait besoin, mais avait-elle besoin de SON aide à LUI ? C’était une question à laquelle il ne pouvait pas répondre à sa place, mais sa façon de s’emporter lui démontrait qu’il ne ferait que l’enfoncer un peu plus. Il aurait mieux fait de se taire, totalement, complètement, il aurait dû rester ce Marcus qu’elle connaissait, violent, sans états d’âmes, sans rien à lui apporter. Regardant sa tasse entre les mains, il la faisait tourner entre ses doigts, se demandant quelle pouvait être la solution miracle à tout cela. Il avait voulu être honnête et il voyait le résultat, sachant très bien qu’il ne pourrait jamais parler de tout cela à quelqu’un d’autre…

Il remettait toutes ses paroles dans l’ordre, elle avait joué, perdue, tuée, vampire, folie, infirmier, non tout était dans le désordre, mais qu’importe, il devait savoir ce qui se passait et la question était la suivante, sauf qu’il ne la posait pas de la manière dont il le voulait. Un jeu pouvait être dangereux, mais celui de la séduction… Aurait-elle couché avec le meurtrier de ses parents ? Non, impossible, Crystal était tout sauf ce genre de femme à tomber amoureuse du mauvais homme… Il soupirait doucement, si elle était bien capable de l’avoir fait, contre son gré peut-être ? Il s’imaginait déjà qu’il l’avait hypnotisé, juste pour avoir l’occasion de la violer et peut-être même de la traquer et de la tuer ? Il allait en devenir malade, fou de jalousie aussi, mais malade de tout cela, coucher avec l’ennemi c’était… Non, il se disait que non, elle n’avait pas pu faire cela, peut-être qu’elle n’avait juste pas réussit à le tuer ?

« Nous faisons tous des choix à un moment de notre vie que l’on regrette un jour, mais c’est ainsi et puis cela contrôle en partie cette violence que j’ai. Je sais que je ne suis pas un saint, je en te l’ai jamais caché, je n’étais pas… ça ! Avant de te rencontrer, c’est lorsque l’armée m’ait retombé sur le dos après que je sois devenu un loup… Enfin, je n’avais pas beaucoup de possibilités et je voulais ma liberté. Tu peux le comprendre je suppose ? Non ? Surtout après ce que tu as vécu… La famille… sans eux nous ne serions pas là, avec eux, nous en sommes devenus…» sous-entendus des monstres, mais le passé était derrière eux, ils auraient dû pouvoir passer outre, mais c’était trop dur d’oublier et de reprendre à zéro, non, oui, peut-être ? Marcus ne savait pas vraiment, mais… « Et… Lucas… Qui est-ce? Celui qui à tué tes parents? Et… Il c’est passé quoi pour que tu dises que tu as… joué à son propre jeu ? »

Il n’était pas sur de vouloir savoir vraiment ce qui c’était passé entre eux deux, mais elle avait bien dit qu’elle avait voulu le tuer, mais… Mais quoi? Il c’était enfui? L’avait menacé ou pire encore ? C’était pour cela qu’elle partait ? Tant de questions, mais aucune ne sortait, la peur surement d’avoir un morceau de vérité à entendre qui ne lui plairait pas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 13 Fév - 23:17


Crystal Anderson & Marcus Lawson
And I’m woundering why I still fight in this life❞

Je soupirais il avait raison. Je n’avais aucune raison de le juger. Je n’aurais pas dû m’emporter. Je passais une main sur mon front. « Je suis désolée…. Je… » je suis qu’une pauvre idiote, qui n’arrive plus à gérer ses émotions. Je m’approchais à nouveau de lui, posant doucement ma main sur son épaule. « Pardonne-moi…. Je n’aurais pas dû te juger…. C’est juste que je pensais te connaître et que … enfin pardonne-moi…. Je suis fatiguée et je me laisse emporter pour des riens. » Enfin rien c’était pas trop ca, c’était plutôt gentille à dire… De toute façon au final c’était sans importance. Il avait pris une mauvaise route, j’avais fait de même. J’étais la dernière à pouvoir jeter quelqu’un une pierre. Je l’écoutais, oui, il avait raison. Je baissais les yeux. Je comprenais parfaitement ce qu’il voulait dire. « Oui des monstres engendrent des monstres… » Au finale c’était la vérité non ? Marcus avait tant détesté son père, qu’au final il l’avait suivi dans ses traces sans s’en rendre compte. Je détestais tant Lucas qu’au final, j’avais du mal à voir encore la différence entre lui et moi.

Quand il me parlait de Lucas, je relevais brièvement les yeux. Que dire ? Marcus n’était pas le genre à me juger. Du moins jusqu’ici il ne l’avait pas fait. Mais je n’étais pas certaine que j’allais être capable de dire tout ca à voix haute. « Oui… Lucas est l’homme… vampire qui a tué mes parents… » Si seulement il n’était que ca hein. Et voilà que Marcus me demandait la suite de l’histoire. Oh misère…. « … Le tuer ne me satisfaisait pas. Je voulais le faire souffrir comme j’avais souffert… Alors j’ai commencé à jouer… Froid… chaud… L’attirer… le repousser. Quand tu es revenu, je t’ai repoussé parce que si Lucas voyait que j’étais avec toi, il aurait toute suite comprit que je le manipulais…Je… » Oh misère j’y arriverais pas. Déjà que je refusais de l’avouer à moi-même, alors l’avoué à haute voix ? Mes mains se crispaient autour de la chaise. « J’ai vu le changement…. Il commençait à s’attacher à moi et j’aurais dû le tuer à ce moment-là… J’ignore pourquoi je ne l’ai pas fait. » Je me retournais. Je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas le regarder dans les yeux. « Tout le monde est parti… Je me retrouvais seule et Lucas était là…. Il m’a fait rire, il m’a sauvé à maintes reprises et au final la soirée s’est terminée dans son appartement… » Oui, ça voulait tout dire non ? Je soupirais. J’avais touché avec l’homme que je détestais le plus au monde…. Je l’avais laissé m’embrasser, me toucher, me pénétrer… Comment j’avais pu faire ça ? Les larmes me montaient aux yeux. Le pire c’était c’est que je ne détestais même pas Lucas , non c’était moi que je détestais. Comment j’avais pu faire ca ! Je n’avais même pas bu assez pour mettre ca sur le dos de l’alcool ! Je me retournais vers Marcus. « J’ai couché avec le monstre qui a tué mes parents ! Non mais ! Faut être quel genre de monstre pour arriver à faire un truc pareil ! » Je me brisais en mille morceaux. Et me laissait tomber à genoux.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Dim 17 Fév - 4:24

Il restait assis, le regard dans le vague, se disant que c’était sa faute si elle avait tourné ainsi, comment avait-il pu croire qu’elle le repoussait juste pour qu’il ne soit pas en danger ? Non, c’était absurde, il n’était pas l’un de ses freluquets, elle savait qui il était réellement, elle ne pouvait pas avoir fait cela ? Si ? Il ne la regardait plus, ne savait pas comment prendre cela, comment prendre le fait qu’elle avait couché avec l’ennemi, même si ce n’était pas le sien personnellement, il lui avait fait du mal et elle… Elle avait accourue dans ses bras de sangsue… Il l’avait sauvé à maintes reprises… Il l’avait fait rire… Et lui, il l’y avait jeté dans ses bras, il l’avait fait pleuré… et ne se rendait compte que trop tard qu’il venait de briser sa tasse à moitié rempli de café entre les mains. Son sang coulait au milieu de la mare noire de café répandue sur sa table, il ne ressentait même pas la douleur, ni la chaleur, rien. Se levant, il prenait ce qu’il fallait sans un mot, récupérant une éponge, de quoi ramasser les morceaux et les mettre à la poubelle.

Il enlevait les morceaux incrustés dans sa main, l’un après l’autre, tentant de se calmer, de ne pas entendre en boucle le fait qu’elle avait couché avec lui ! Pourquoi un vampire ? C’est vrai quoi, ce n’était que des morts sur pieds, buvant le sang des autres pour leur propre survie, lui au moins était vivant ! Il ne voulait pas crier et ne le faisait pas, se passant la main sous l’eau, nettoyant sa paume de main. Ce n’était pas pour aujourd’hui qu’il tiendrait son silencieux d’une main, mais il n’avait plus de contrat à terminer. Le sang, quelle plaie de le voir couler, cela ne lui faisait ni chaud, ni froid, mais il agissait comme s’il était seul dans la pièce, ne pouvant pas la voir, ne voulant pas la voir. Il ne lui en voulait qu’un peu à elle, mais il s’en voulait tant de l’avoir amené sur ce chemin, s’il n’avait pas été avec elle, s’il ne l’avait pas pourchassé ainsi, si… Elle serait bien mieux, elle serait toujours un peu plus sereine, elle ne serait pas à bout de nerf, elle n’aurait pas couché avec l’assassin de ces parents…

Il était dos à elle, la tête baissée, il regardait sa main ouverte, se refermant déjà en partie. Ce n’était pas non plus si rapide, mais il le sentait, les petites ouvertures dû aux petits morceaux de porcelaine qui étaient jetés dans la poubelle étaient déjà refermé, il lui faudrait la journée pour que le plus gros orifice soit complètement fermé. Marcus était… vide, totalement vide de part ces révélations, il n’aurait jamais cru possible entendre cela un jour de sa bouche et il la comprenait mieux, oui, ils ne se connaissaient pas vraiment, pas du tout, aucun des deux ne savaient qui était réellement l’autre et malgré le fait qu’il n’avait pas pu se retenir d’avoir le cœur qui battait à cent à l’heure lorsqu’il la voyait, il ne la connaissait pas. Le fait de coucher avec quelqu’un ne vous donnait pas ce droit, ne vous donnait rien de lui, juste du plaisir, orgasmes et c’était tout, le reste, la personne en vraie sous cette couche ne se révélait pas ! Il prit un chiffon et entourait sa main, cela irait bien pour le moment et allait chercher une autre tasse vide dans son placard, se resservant un café. Ce n’était pas qu’il en avait besoin de ce liquide noir comme ses idées, mais il avait besoin de toucher du réel, du concret afin de se retourner et de lui gueuler dessus. Comme quoi, il y aurait un mois il l’aurait probablement frappé pour cela, sauf qu’il se raisonnait comme il pouvait, ils n’étaient plus ensemble depuis longtemps et est-ce qu’ils l’avaient déjà été ensemble, réellement ?

S’installant de nouveau à la table de la cuisine, il reprenait sa place, comme si rien de tout cela n’était arrivé tenant dans ses mains la tasse fumante de café, cherchant comment lui parler et surtout s’il avait envie de lui parler. Il savait qu’il ne renierait pas ce qu’il lui avait proposé, il avait toujours envie qu’elle reste, il ne lui ferait pas la gueule, ils étaient juste des… étrangers et cela lui mettait un coup au moral. De simples étrangers, mais il avait dit une chose et il s’y tiendrait.

« Ma proposition tient toujours, si tu veux rester, tu peux, les clauses n’ont pas changé, tu prends la chambre et moi le canapé, cela ira très bien… De toute manière je ne ferais que des passages éclairs ici, donc il vaut mieux que quelqu’un y vive, plutôt que de le laisser à l’abandon… » Ou de le vendre, il savait qu’elle avait besoin d’un logement et celui-ci était payé depuis bien longtemps, pas de frais ou très peu, juste en hiver pour le chauffage et l’eau bien sur, les consommations courantes… Les monstres engendre des monstres, il n’était pas d’accord, sa mère était d’une douceur, enfin c’était du peu qu’il s’en souvenait, elle était de plus en plus effacé, mais il savait qu’elle l’avait aimé autant qu’elle le pouvait, sinon elle n’en serait pas morte… Ce n’était pas le moment d’y repenser et son regard dans le vague revenait un peu plus dans la réalité.

« Je n’ai pas à te juger, ce logement pourrait être le tien, ou presque et puis si tu veux te cacher de lui, il y à mon odeur, ici, partout, mon odeur de loup, elle couvrira la tienne… » Si elle voulait se cacher de lui bien sur, si elle ne le voulait pas, elle n’avait pas intérêt à l’amener ici, c’était juste cela, mais il lui dirait, si elle le laissait penser cela, sinon, elle fera ce qu’elle voudra. Il lui laisserait le double des clés et ils seraient colocataires, tout simplement… Elle avait voulu faire souffrir ce… Lucas, mais c’était lui qui souffrait de savoir cela, malgré tout !

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Lun 18 Fév - 21:21

Je n’étais pas aussi fort que j’avais tendance à dire ou à montrer. Non bien au contraire, j’étais tout sauf fort. Oh oui, je pouvais me défendre physiquement, je n’avais pas peur de la mort, c’était un fait. Mais cela ne voulait pas dire que j’étais quelqu’un de mentalement fort pour ne pas craquer. Je n’étais qu’humaine. J’observais Marcus alors que je lui racontais tout. Grossière erreur. Je le regrettais au moment où sa tasse éclatait dans sa main. Mais je n’osais pas m’approcher de lui. Il évitait mon regard, et je préférais. Je ne voulais pas le regarder et voir tout ce qu’il pouvait bien penser de moi. Mes propres pensées n’étaient déjà pas très jolies. « Marcus… » plus un murmure qu’autre chose, mais il ne réagit pas. Pourtant je n’avais aucun doute sur le fait qu’il m’avait entendu. Je baissais mes yeux vers mes pieds. Je n’aurais jamais du lui dire tout ca. J’aurais dû me garder à une petite histoire bien inventé comme à mon habitude. Qu’est-ce que je pouvais être bête…. J’entendis l’eau couler mais ne relevait pas mon regard. Je me maudissais. Certaines choses ne sont pas bon à être révéler… Trop tard je me suis rendue compte que c’était une de ces choses.

Je ne relevais mon regard que lorsqu’il se mit à parler. Je fus surpris et déstabilisé. Le Marcus que je connaissais n’aurait jamais agi d’une telle manière. Il m’aurait frappé, gueulé dessus et peut-etre même foutu à la porte… Au lieu de là il s’était rassise et parlait de manière stoïque de sa proposition. Allô la terre ! N’avait-il donc pas écouté ce que j’avais dit ? Je ne répondis pas, surement parce que j’étais toujours sous le choque. Il continuait, me parlant de l’odeur de lycan qui pourrait cacher mon odeur humaine…. Mmm ca marcherait un certain temps, mais je savais que je ne pouvais pas éviter Lucas éternellement. Je fermais les yeux, réfléchissant. Je ne comprenais pas pourquoi il me faisait une telle invitation. Je savais aussi que je ne devrais pas accepter. Que je devrais le remercier et foutre le camp, aller le plus loin de cette ville et de Lucas. Mais voilà…. Je n’étais pas connue pour prendre les meilleures décisions. A croire que j’aime faire ce qu’il ne faut pas faire. « A condition que ça soit moi qui dort sur le canapé… Même si ne t’es pas souvent-là. Je dors sur le canapé et ce n’est pas négociable… » Je me voulais autoritaire, mais ma voix était faible. Le fait de raconter ce qui s’était passé m’avait encore chamboulé et ce n’était pas en quelques secondes que j’arrivais à me reprendre en main.

Je voyais pourtant que je l’avais blessé. J’avais un sacré don pour blesser les autres. Je me rapprochais doucement de lui. « Marcus. » Ma main glissait sur ses épaules. Mes yeux s’attardaient un bref instant sur la cicatrice que je lui avais causé. « Je suis désolée… Je n’aurais pas dû te dire tout ça… Je… » je n’avais pas pour habitude de m’excuser alors je ne trouvais pas vraiment les bons mots et après ce que je venais de lui dire, après ce qu’il venait d’apprendre sur moi… je n’osais pas vraiment faire un autre geste que celle de poser ma main sur son épaule. Je n’aurais pas dû lui en parler… Je ne savais pas qu’il m’aimait vraiment… ou qu’il m’avait réellement aimé. Pas à ce point en tout cas. « Je n’ai jamais voulu te blesser… » Mes doigts glissaient doucement sur la cicatrice. « Ni physiquement ni intérieurement… » Je voulais qu’il me pardonne, mais je n’avais pas le droit de demander pardon. Au fond… lui et moi on s’est toujours accrochés de telle manière qu’on s’est toujours fait du mal. Il me donne un coup, je réplique jusqu’à ce que ca devient vraiment moche à voir…. Aujourd’hui cette manie de se faire du mal semblait toujours être présente. J’avais souffert de son départ et voilà que sans le savoir je venais de lui renvoyer l’ascenseur de la douleur.


HJ : aucun soucis

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 20 Fév - 6:19

Marcus ne bougeait pas, il ne savait pas comment réagir face à autant de… d’éléments dit en si peu de temps. Elle avait perdu confiance en elle, il l’avait bien comprit, mais elle avait couché avec un vampire, soit, mais pas l’un des moindres, celui qui avait tué ses parents et ça… « Ce n’est rien, ça va se soigner tout seul… » Murmurait-il. Marcus avait du mal à le digérer. Il avait fait des choses horribles, même si son métier de tueur n’était que propre autant en apparence qu’en réalité, mais c’était le fait qu’elle veuille partir qui lui avait décidé de lui confirmer qu’il lui laissait l’appartement, enfin, pas dans ces termes, mais ce n’était pas différent de ce qu’il pensait. Il ne la regardait pas, ne bougeait pas d’un millimètre lorsqu’elle posait sa main sur son bandage de fortune, ne tressaillit pas une seule seconde. Il avait eut envie de la toucher, de la garder pour lui, mais maintenant, tout était bien trop compliqué à son gout et il savait que d’une part il n’avait pas le droit de lui en vouloir, vu qu’il avait lui-même couché avec d’autres femmes durant leur coupure… Non, ce n’était pas une coupure normale, c’était juste une décision qu’il avait prit de la laisser seule, vu comment ils se comportaient l’un envers l’autre, mais… D’autre part, il ne voulait pas qu’elle meure, même si c’était pour qu’elle retourne avec ce monstre ! Il savait qu’il n’avait plus aucun droit sur elle et ceux depuis qu’elle avait failli le tuer, il y à quelques années.

« Ce qui n’est pas négociable, c’est la chambre, elle est à toi, considère là comme… un cadeau!» Disait-il en finissant son café. Il se levait, enlevant sa main doucement de la sienne, ce n’était pas qu’il ne supportait pas son contact, au contraire, il ne pouvait nier qu’il avait envie d’elle, mais il n’en avait pas le droit, cela ne cessait de lui tourner en boucle comme un disque rayé, elle lui était désormais interdite et cela, il le vivait mal, très mal, parce qu’il en prenait conscience réellement. Elle était là, mais inaccessible et il préférait de loin pouvoir la regarder, plutôt que de la laisser le toucher. Il n’était pas mort loin de là, mais il y avait en lui ce sentiment de solitude qu’il n’avait pas eut depuis son enfance et cela lui broyait la poitrine, comme s’il était écrasé par une masse phénoménale.

Marcus était défait, pas vraiment de ce qu’elle avait fait, mais du fossé, non du gouffre qui c’était installé entre eux. Ils n’avaient jamais parlés plus que des mots crus en pleins actes et encore, la plupart du temps ils ne faisaient que s’engueuler, se battre et se retrouver à moitié nus dans un coin de porte ou sur une table. Marcus ouvrait les yeux petits à petits, il contrôlait comme il pouvait ce sentiment d’impuissance et de rage mêlés en lui qui menaçait de le faire jaillir tel le loup à l’orée du bois qui aurait vu son futur met succulent à se mettre sous la dent. Il relevait les yeux, regardant au-dehors, il faisait déjà nuit et le spectacle était terminé en bas de l’immeuble depuis un bon moment, les sirènes étaient bien loin, tout comme les badauds à leur fenêtres, ils pouvaient aller chercher ses affaires, maintenant que le calme était revenu. Prenant les clés de l’appartement, il en enlevait la moitié et le mettait sur un trousseau pour le lui tendre.

« Voila tes clés mon a… Euh, Crystal. »Il avait faillit sortit un mon amour sans s’en rendre compte. « Allons chercher tes affaires pour t’installer. » Disait-il en mettant les mains dans ses poches.

Génial, maintenant qu’ils n’étaient plus ensemble, réellement, il prenait conscience du fait qu’il l’aimait, parce que c’était ce qu’il ressentait. Il avait toujours eut une profonde affection pour elle, malgré les coups portés, malgré les mots dits entre eux, mais même alors qu’il aurait dû se venger pour ce qu’elle lui avait fait subir, entre la quasi-mort et la prison, il n’avait pas pu le faire, tout simplement parce qu’il l’aimait ! Il serrait les poings dans les poches, s’il s’en était rendu compte avant est-ce que cela aurait changé quelque chose ? Probablement que non, parce que justement, s’éloigner avait été pour lui la meilleure chose pour elle, enfin, c’était ce qu’il avait cru, il avait cru qu’elle se trouverait quelqu’un de bien, mais pas un de ces buveurs de sang qui n’étaient même pas vivant !

Il avançait droit sur la porte et l’ouvrait en grand, en quelques tours, ils auraient vite remontés ses affaires et elle pourrait faire comme chez elle et lui ? Marcus, lui allait se rendre compte à quel point cela faisait mal de se rendre compte beaucoup trop tard que la seule femme qui pouvait vous convenir venait de lui arracher le cœur à pleines dents, métaphoriquement parlant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Mer 20 Fév - 7:00

J’ai appris que dans la poursuite d’une vengeance les dommages collatéraux ne peuvent être évités. J’en avais souffert, j’avais réussit à faire souffrir Lucas… enfin je l’espérais en tout cas… Mais en même temps on n’avait pas été les seuls à souffrir de ce que je venais d’engendre. Le véritable teste était de savoir supporter que d’autres subissent les conséquences du mouvement qu’on a initié. Jusqu’ou est-ce qu’on est prête à aller pour une vengeance ? Au début de cette histoire, j’avais prétendu ne rien avoir à perdre, d’être prête à tout. Malheureusement je venais de me rendre compte que « tout » avait un prix. Je ne m’étais pas rendue compte que j’avais quelque chose à perdre. Premièrement mon âme, puis mon cœur et puis aussi ma confiance…. Sans parler que tout cela aurait été plus facile si les conséquences de mon acte se serait arrêté sur ma personne. Mais non des autres en avaient souffert… Et en voyant Marcus, je venais de me rendre compte des dommages que je venais de faire, pas uniquement à ma personne. Mais aussi à lui. Cela allait se soigner avec le temps, je ne répondis rien, mais j’étais bien placé pour savoir que ca c’était un mensonge. Certaines blessures guérissent, d’autres pas. Seul le temps pouvait nous dire lesquels de ces blessures deviendront nos amis pour la vie.

Parlant de la chambre je levais mes yeux vers le plafond. C’était bien lui ca. Toujours vouloir obtenir ce qu’il veut. Il savait pourtant que j’étais têtue et obstinée. Je secouais la tête. « Non. Je dors sur le canapé ou sur le tapis à toi de choisir. » Je croisais les bras, plus pour me donner une allure forte et obstinée. Je savais pourtant bien que je devais plus donner l’air d’être fragile et sur le point d’éclater en mille morceaux… Si seulement c’était vrai… Si seulement je pouvais mourir sur le coup. Mais non… j’étais, malgré moi, une survivante. « Tu fais déjà beaucoup de trop… Et je ne mérite en aucun cas un cadeau. » Et ca c’était bien vrai. Après tout ce que je venais de faire, je ne méritais même pas d’être ici et d’avoir un lieu ou dormir. Je devrais crever sur la rue.

J’ouvris ma main afin qu’il puisse y poser mes clés. Je ne réagis pas à ces paroles. Qu’aurais-je pu dire ? Je m’étais déjà excusé… Et puis au final ce n’était pas moi qui étais parti. Je me souvenais encore de cette journée ou il était parti et que je ne vis même pas arriver la chute. Mon pauvre cœur détraqué refusa de battre dans ma poitrine. Je l’avais cogné de mes poings, essayant de retenir mes larmes. Mes mains tremblaient, je vacillais, mon corps entier se brisait en millier de petits morceaux. J'avais perdu mon étincelle sans savoir pourquoi, ni comment. J'aurai dû me douter que le bonheur était éphémère, nous étions loin d'être différent, l'exception qui confirmons la règle. Tellement banal et puéril, du déjà-vu. J'étais la fille brisée et il était le briseur de cœur. Mais je m’en étais remit. Enfin à moitié. Y avait eu Lucas… et même si aujourd’hui je m’en voulais terriblement, je ne pouvais pas nier que Lucas avait réussit à me faire sourire et que malgré sa nature il me comprenait. Il savait pousser là ou cela faisait mal ou là ou cela était agréable. C’était… Compliqué. Et je ne devais pas compliquer les choses en mêlant Marcus dans cette histoire…. Je n’aurais pas du lui raconter tout ca. Chercher mes affaires, j’hochais la tête. Je ne savais plus trop quoi dire. « Je te suis. »

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Marcus Lawson

More about me
Messages : 888
Localisation : Derrière toi!
Emploi/Etudes : Mercenaire
Age du Perso : 35 ans
Arrivé(e) le : 12/05/2012


ME & MY LIFE
Ma Vie:
50/100  (50/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Ven 22 Fév - 7:11

La perte d’un être cher était ce qui pouvait vous permettre de vous rendre compte que votre Cœur battait pour lui, en l’occurrence elle.

Ils descendaient de son loft, appartement, enfin du logement dans lequel il était, ils allaient habiter et préférant les marches pour descendre, il prenait les escaliers sans un mot, sans un regard. Il l’avait frôlé lorsqu’il avait posé ses foutues doubles de clés dans sa main et cela l’avait excité. Oh pas dans le sens sexuel, non, mais juste ouvert ses sens à cette femme qui était aussi détruite que lui, voire plus, beaucoup plus que lui. Marcus avait choisit sa voie de devenir mercenaire, de choisir sa voie, ses contrats, sa vie de merde, certes, mais il l’avait choisi, elle… Elle avait subit tour à tour lui et ses mauvaises humeurs, leurs coups, leurs engueulades, le sexe, la violence et l’alcool… Il avait cette impression que le temps c’était arrêté, que son cœur n’était plus en état de marche, fonctionnant au ralenti, comme son cerveau qui n’imprégnait pas le fait qu’elle était là, mais sans être là. Ce n’était probablement pas la solution de la garder chez lui, de la laisser aller et venir, mais il lui avait proposé, elle aurait pu refusé, elle aurait pu lui dire d’aller se faire voir, mais elle avait dit oui, tout simplement.

La porte de l’immeuble se présentait devant lui, il n’avait même pas fait attention au fait qu’il avait descendu les marches, ce n’était que des gestes automatiques qu’il faisait et ouvrait la porte, la bloquant pour pouvoir faire des aller retours entre sa camionnette et l’ascenseur, d’ailleurs, il bloquait ce dernier ouvert de manière à mettre tous ses cartons à l’intérieur et tout monter d’un coup. Que le premier qui râle vienne le voir, mais il savait que non, il passait pour un milliardaire qui pouvait tout se permettre, vu qu’il avait acheté tout le dernier étage et donc, une personne à faire des courbettes, même s’il n’aimait pas cela, au moins il était tranquille. Il marchait droit sur son engin de torture, vu les éclats de rouille, son véhicule aurait bien besoin d’un coup de décapant et de peinture, il y regarderait de plus près, mais pas ce soir, non, il n’en avait pas le courage, pas après tout ce qui c’était passé. Ouvrant à l’arrière, il regardait les cartons, supposant que toute sa vie devait être là et s’occupait de prendre les boites les plus lourdes, puis commençait à faire des allers et retours entre le véhicule et l’ascenseur, ce qui n’était pas vraiment loin, vu qu’il n’y avait que la rue à traverser. Il faisait attention lorsqu’elle faisait de même, ne voulant pas la voir se ramasser contre une voiture et continuait jusqu’à ce que tout soit dans l’ascenseur, ce qui ne représentait pas beaucoup d’éléments.

Il n’en démordrait pas qu’elle prenne la chambre, pour plusieurs raisons et il lui montrerait pourquoi, lorsqu’ils seraient en haut, tous les deux. Il avait fait le travail, s’il pouvait appeler cela un travail, rapidement et étaient déjà de retour devant chez lui, poussant les cartons et valises dans le couloir, maintenant, il n’y avait plus qu’à tout mettre à l’intérieur, ce qu’il faisait dans la seconde, derrière la porte, la refermant derrière eux. Elle les mettrait où elle le désirait, cela lui importait peu, il avait autant de valises d’armes qu’elles de fringues et donc il y avait largement la place pour toutes ces affaires dans l’une des armoires de la chambre. Mettant ses mains dans ses poches, il la regardait une seconde, évitant de trop s’attarder sur son visage, son corps, ses yeux surtout et se détournait un instant en lui balançant un « suis-moi. » Jusqu’à entrer dans cette chambre qu’elle ne voulait pas.

Elle était blanche et lumineuse, des placards incrustés dans les murs, un grand miroir en face du lit, cachant ses armes et c’était ce dont il voulait montrer. Il ouvrait déjà les portes de ses placards vides, un seul coté, ne remplissant même pas un dixième de l’espace était ses propres affaires et un étui dans le fond, son fusil à lunette et silencieux, sans compter tout ce qui était cachés.

« Si je veux que tu prennes cette chambre, c’est qu’il y à plusieurs raisons. Déjà, il y à plus d’espaces libres que tu ne pourrais ranger tes affaires. Ensuite, sous le lit, tu as de quoi te défendre. » Il s’allongeait sur le lit pour lui montrer comment appuyer sur un bord et deux tablettes se retournaient directement, présentant deux flingues et munitions, prêt à faire feu. « Sans compter ce miroir.» Il se relevait rapidement et appliquait sa main sur le bord gauche. Un léger déclic se faisait entendre et le miroir glissait sur le coté, laissant apparaitre tout ce qu’il avait rangé en armes blanches, armes de poings, fusil et sniper. « Donnes-moi ta main.» Sans attendre, il lui prenait la main et la posait à l’endroit où il avait posé la sienne, laissant ses doigts dessus, puis, alors qu’il s’activait de l’autre main sur une sorte d’ordinateur de bord, un léger déclic se faisait entendre. Il souriait tristement, mais un petit sourire était là, bien présent. « Maintenant tu y as aussi accès. Chaque pièce à son propre emplacement comme tu peux le voir, donc ici, tu es dans la pièce la plus sécurisé si un intrus pénètre chez nous. La porte est blindée, même si cela ne se voit pas et j’ai placé moi-même de quoi électrifier le premier qui tenterait de passer au travers des murs. Le salon n’est pas ainsi et puis moi je peux devenir une grosse bête et toi ? Non, donc je ne reviendrais pas dessus. Si c’est le lit qui te déplait, on ira en acheter un autre demain et si tu veux dormir dans la penderie, fais comme tu veux, mais le canapé est à moi et si tu ose me dire non, je me trimballe à poil dès que j’entre ici, c’est clair ? »

C’était puéril comme idée, mais il n’était pas pudique, contrairement à elle et il le ferait, ça elle pouvait en être certaine. Il ne pouvait pas la protéger comme il aurait dû, mais avec l’arsenal dont il disposait, elle serait en sécurité, tout du moins lorsqu’elle serait dans cette pièce.

« De plus, le grand écran s’y trouve, pas ici. » Disait-il en souriant. « Désolé. » Il retirait sa main rapidement de la sienne, se rendant compte qu’il ne l’avait pas lâché depuis qu’il l’avait prise pour la poser. Il remettait les mains dans ses poches, se demandant ce qu’il pouvait bien attendre en restant là, sans rien faire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Crystal Anderson

More about me
Messages : 1388
Localisation : Irlande
Emploi/Etudes : Serveuse
Age du Perso : 24 ans
Arrivé(e) le : 23/07/2011


ME & MY LIFE
Ma Vie:
100/100  (100/100)
Mes Petites Relations & Moi:
Mes Topics sont: Ouverts

MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal Ven 22 Fév - 8:14

Boites de cartons… Voilà donc à quoi ressemblait ma vie. Je n’avais pas beaucoup de choses, trois cartons, un sac remplit d’armes et une valise remplit de vêtements. Je suivais Marcus, je pris un carton et allait le mettre dans l’ascenseur. Finalement une fois que c’était fait on allait tout mettre dans l’appartement. Je n’arrivais pas à croire que j’avais dit oui… je n’aurais pas dû. La dernière fois que j’avais vécue avec Marcus cela s’était vraiment mal terminée. Qu’est-ce que j’étais encore en train de faire comme connerie ? Je gardais la boîte de carton contre moi alors que Marcus refermait la porte. Lorsqu’il me fit signe de le suivre, je déposais doucement la boîte à terre avant de le suivre vers la chambre à coucher. Je roulais déjà automatiquement les yeux. « J’ai dit que je ne voulais pas de ta chambre. T’as vraiment du mal à accepter un non hein. » Croissant mes bras sur ma poitrine je n’étais pas prête à accepter cette chambre. Mais je regardais tout ce qu’il me montrait. Des armes… Mm oké c’était pratique… quand on est une prime. Pourquoi est-ce qu’il se protégeait ainsi ? Un mercenaire avait beaucoup d’ennemis ? J’observais les deux flingues, jolis… par contre les munitions ne me servaient à rien. « Ce n’est pas vraiment les munitions que j’utilise… » Balles argentés pour les lycans, balles en bois spécial pour les vampires. Et moi mes ennemis n’étaient pas humains.

Le miroir ? J’arquais un sourcil et le suivait. Lorsqu’il attrapait ma main je le regardais sans rien dire, le laissant faire. Par contre tout cela me paraissait assez … « J’ai l’impression d’être dans la chambre à coucher de James Bond. » Je souris faiblement. Puis il tentait à nouveau de me convaincre. Je soupirais. C’est vrai que niveau sécurité cette pièce était excellente, mais je n’étais pas le genre de personne à me cacher dans une petite pièce. Et puis.. « De qui est-ce que je suis censée me cacher et me protéger ? » Je doute fort que Lucas allait venir ici, quoi qu’avec lui… on n’était jamais sure de rien. Et Marcus…. Bah il semblait bien se porter, semblait même être plus calmé que d’habitude, à croire qu’il était devenu quelqu’un de nouveau… Enfin ce n’était surement qu’une impression. Le matelas ? J’arquais un sourcil et tournait un bref instant mon regard sur le matelas. Pourquoi je n’aimerais pas le matelas ? Ce n’était pas pour ca que je ne voulais pas de cette chambre. Je ne voulais pas être traité comme quelqu’un de bien, car je ne l’étais pas et je ne méritais pas un tel traitement. Quand il parlait de se promener nu, mes yeux devenaient toutes petites. « Je ne te crois pas…. « Il ne ferait pas une telle chose, si ? Enfin après réflexion s’il en était très bien capable, après tout on parlait de Marcus. Je soupirais doucement. Oui, il était vainqueur. Mais il ne devait pas penser que je n’allais pas mettre des conditions au fait de vivre ici. « D’accord je prends la chambre, mais dès que j’ai assez d’argent ou que je trouve un appartement moins cher, je pars. Je ne veux pas être un poids. » Même si il n’allait peut-etre jamais me l’avouer, je ne voulais quand même profiter de lui. J’avais remarqué qu’il gardait toujours ma main dans la sienne et je ne fus rien pour la retirer, ce ne fut que lorsqu’il s’en rendit compte et qu’il s’excusait que mon regard croisait le sien. « C’est bon Marcus, ce n’est qu’une main… » Pas comme ci c’était la première fois que notre peau se touche hein. Enfin … j’étais fatiguée, physiquement et mentalement. Surtout mentalement.

Je retournais dans le salon ou j’avais laissé mes cartons ainsi que ma valise. Je trainais ma valise jusqu’à la chambre et l’ouvris. Je voulais me changer. J’avais pu me rafraichir après l’accident mais je portais toujours les mêmes vêtements. Je sortais un simple training et le posais sur le lit avant de me tourner vers Marcus. Il comprit bien vite et il quittait la pièce alors que je me changeais. Une fois changée, j’ouvris à nouveau la porte de la chambre à coucher et allait près de Marcus. « Merci…. Je sais que je ne mérite pas tout ça…. » Je jouais nerveusement avec mes mains. « Si ma présence te pose des problèmes…. Peu importe les raisons…. Dis-le et je pars…. Bon ben… je pense que je vais me reposer un peu… » Moi qui d’habitude savait quoi dire, je dois dire que là j’étais un peu paumé. Je ne savais pas quoi dire. Alors je me contentais de lui faire un petit signe de la main avant d’aller m’allonger sur le lit. Je me mis en position d’un foutus mais je ne mettais pas la couverture au-dessus de moi. Je ne pensais pas trouver du sommeil. Mais la journée avait été longue, rude et le café était parti de mon système, petit à petit je sombrais dans un sommeil, qui malgré tout ce que j’avais pensé, se voulait quand même profond.

_________________
Crystal Anderson

« I don’t want to run away but I can’t take it, I don’t understand. If I don’t need you then why does your name resound in my head? If you’re not for me then why does this distance maim my life?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

More about me


MessageSujet: Re: And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal

Revenir en haut Aller en bas
 

And I’m woundering why I still fight in this life - Marcus ft Crystal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cover Your Eyes :: Ireland :: Dublin :: Les habitations :: Loft de Marcus Lawson-
Sauter vers: